Logo Toute l'Europe

Les Européens et la politique européenne de voisinage

En 2006, la Commission a lancé le premier Eurobaromètre sur la politique de voisinage de l’Union. Cette politique concerne 16 pays voisins de l’Union (hors Russie, avec qui l’Union a signé un partenariat stratégique).

Connaissance des relations entre l’UE et ses voisins

Les Européens connaissent mal les pays candidats à l’adhésion à l’Union européenne. 34 % des personnes interrogées citent la Turquie, 12 % la Croatie, alors que l’Ancienne République de Macédoine (5 %) arrive en 11e position des pays cités, derrière des Etats déjà membres de l’Union comme la Pologne (9 %). Les réponses à cette question diffèrent beaucoup selon les pays. Les Français, qui pourraient un jour avoir à se prononcer par référendum sur l’entrée de la Turquie dans l’UE, ne sont que 40 % à connaître le statut du pays sur la voie de l’adhésion.

Les Européens désignent d’abord comme “voisins” de l’Union ceux qui ont une frontière commune avec l’UE, comme l’Ukraine (57 %), la Russie (55 %) ou encore la Biélorussie (49 %). Peu d’Européens déclarent (44 %) s’intéresser à l’actualité des pays voisins de l’Union, mais il existe ici des écarts considérables entre les Etats, Chypre est le pays le plus curieux de ses voisins (66 % d’intéressés), la France est assez bien placée (59 %), et c’est en République Tchèque que l’on s’y intéresse moins (27 %).

Pour la majorité des Européens (67 %), l’Union entretient de bons rapports avec ses voisins.

Les souhaits des citoyens concernant la politique de voisinage

Si la politique de voisinage de l’UE reste peu connue (20 %, seulement +2 points par rapport à 2006), le sondage montre que tous les domaines de cette politique reçoivent un fort soutien de l’opinion : la lutte contre le crime organisé et le terrorisme (89 %), l’environnement et l’énergie (86 %), le développement économique (85 %), la démocratie (82 %), l’éducation et la formation (81 %) et enfin l’immigration (77 %).

Seuls 30 % des Européens (avec seulement 20 % de Français) pensent que les pays voisins partagent les mêmes valeurs que l’Union et 73 % des Européens pensent que l’action de l’Union peut encourager le développement de la démocratie dans ces pays.

Alors qu’ils sont 60 % à penser que l’action de l’Union dans ses pays peut limiter le risque de guerre et de conflit en Europe, ils sont tout de même 40 % à penser qu’encourager des réformes dans ces pays pourrait mettre en péril leur propre paix et stabilité. Le soutien à une action de l’UE faiblit sensiblement (33 % seulement) lorsque les conflits peuvent donner lieu à des problèmes de réfugiés ou économiques dans les pays voisins.

49 % des Européens pensent que les pays voisins sont d’accord pour coopérer avec l’Union et entreprendre des réformes chez eux. Ils sont 63 % à penser que l’Union ne devrait pas coopérer avec les pays qui ne montrent pas la volonté de progresser.

Sur le plan économique, si 61 % des sondés pensent qu’aider à la prospérité des pays voisins assurera la prospérité de l’Union, ils sont 79 % à penser qu’aider ces pays coûtera très cher à l’Union européenne.

Eurobaromètre spécial 285 - vague 67.3

Cette étude a été réalisée entre le 25 mai et le 30 juin par TNS Opinion & Social à la demande de la DG Communication, auprès de la population, âgée de 15 ans et plus, des Etats membres de l’Union selon la méthode de sélection aléatoire (probabiliste) à phases multiples.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Les Européens et la politique européenne de voisinage

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide