Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

La Commission européenne recommande le statut de candidat à l’UE pour la Bosnie-Herzégovine

L'exécutif européen a recommandé aux Etats membres de l'UE d'accorder le statut de candidat à l'adhésion à la Bosnie-Herzégovine, mercredi 12 octobre. Un signal fort à l'égard du pays et des Balkans, sujets à de fortes influences extérieures.

Le Conseil de l'UE avait donné son feu vert à cette procédure en juin, en exigeant des pouvoirs publics bosniens plusieurs réformes en faveur de la démocratie et de l'Etat de droit
Le Conseil de l’UE s’était déclaré en juin dernier prêt à octroyer le statut de candidat à la Bosnie-Herzégovine, en exigeant des pouvoirs publics bosniens plusieurs réformes en faveur de la démocratie et de l’état de droit - Crédits : btgbtg / iStock

Pour la paix en Europe”, titre le Süddeutsche Zeitung. Le Monde indique que “la Bosnie-Herzégovine attendait cet adoubement” depuis près de 20 ans. “La Commission a proposé officiellement aux 27 Etats membres de lui accorder ce statut, qui pourrait lui ouvrir, à long terme, les portes de l’UE”, explique le journal.

C’est un “moment historique pour les citoyens de Bosnie-Herzégovine”, qui a déposé sa candidature en 2016, s’est enthousiasmé le commissaire européen à l’Elargissement Olivér Várhelyi [Politico]. Pour le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, le processus d’élargissement de l’UE est “un investissement à long terme dans la paix, la prospérité et la stabilité pour notre continent” [Süddeutsche Zeitung].

Nouvel élan en faveur de l’élargissement

Cet activisme dans la région est éminemment politique et géostratégique de la part de l’UE”, analyse Le Monde. Car la recommandation “intervient dans le contexte d’un nouvel élan en faveur de l’élargissement de l’UE, suscité par la guerre de la Russie en Ukraine” [Politico]. “Il s’agit d’envoyer un signal d’encouragement à une région perméable aux influences hostiles”, abondent Les Echos.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a souligné que le contexte de guerre était le principal facteur d’accélération de ces prises de position, rapporte El País. “Le vent du changement souffle à nouveau sur l’Europe. Comme dans les années 1970, lorsque l’Espagne, le Portugal et la Grèce ont choisi la démocratie, ou lorsque les combattants de la liberté ont fait tomber le mur de Berlin”, a déclaré l’Allemande lors de son discours adressé mercredi aux ambassadeurs de l’UE réunis à Bruxelles [El País].

Après l’Ukraine et la Moldavie, qui ont obtenu le statut de candidat en un temps record en juin dernier, l’UE “a senti que les Balkans occidentaux étaient frustrés de ne pas bénéficier de la même accélération”, notent Les Echos.

Conditionnalité

Pourtant, selon La Stampa, “il ne semble pas que Sarajevo ait ce qu’il faut pour mériter cette approbation”. Les étapes à franchir avant l’intégration éventuelle du pays dans l’UE restent nombreuses. “En ce qui concerne la concurrence, la libéralisation du marché, la protection des consommateurs et la propriété intellectuelle, les progrès sont ‘limités ou nuls’, tandis que les avancées sont ‘limitées’ en ce qui concerne l’agenda vert, de plus en plus central et prioritaire dans l’action de l’UE et de ses Etats membres”, rapporte le journal italien à la lecture du dossier de la Commission sur les progrès accomplis par la Bosnie-Herzégovine.

L’exécutif européen appelle Sarajevo à un “ensemble substantiel de réformes clés qui renforcent les droits fondamentaux, l’Etat de droit, les institutions démocratiques et le fonctionnement du pays”, pour obtenir le titre de pays candidat [El País].

Un long processus d’adhésion

Hormis le cas particulier de l’Ukraine, aucun pays parmi les candidats actuels n’a de perspective réaliste d’être admis dans les prochaines années”, écrit le Süddeutsche Zeitung.

El País rappelle qu’après “sa désignation comme candidat, un long processus de négociations formelles s’engage entre l’UE et le pays candidat, qui doit adopter les lois européennes déjà en place et faire tous les préparatifs nécessaires pour les appliquer correctement. Il doit également satisfaire aux critères d’adhésion, qui comprennent des réformes judiciaires, administratives, économiques et autres”, ajoute le quotidien espagnol.

Il appartiendra aux Vingt-Sept de décider [à l’unanimité], lors du sommet des dirigeants en décembre, de soutenir ou non cette proposition de feu vert”, annonce La Stampa. En cas d’approbation, la Bosnie-Herzégovine rejoindrait sept autres Etats ayant obtenu le statut de candidat : l’Albanie, la Macédoine du Nord, la Moldavie, le Monténégro, la Serbie, la Turquie et l’Ukraine.

Les autres sujets du jour

Elargissement

Energie

Hongrie

Italie

Relations extérieures

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur La Commission européenne recommande le statut de candidat à l'UE pour la Bosnie-Herzégovine

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide