Logo Toute l'Europe

L'Union européenne s'organise face à la flambée des cours de l'énergie

La Commission européenne a assuré mercredi 22 septembre qu’elle validerait les mesures temporaires des Etats membres pour endiguer l’augmentation brutale des prix du gaz et de l’électricité. Une flambée due à la reprise économique observée au niveau mondial, mais aussi à l’attitude de la Russie, principal fournisseur en gaz du Vieux Continent.

Le géant russe Gazprom fournit plus du tiers du gaz européen. Il est accusé d'être à l'origine de la récente flambée du prix de l'électricité sur le Vieux Continent - Crédits : BalkansCat / iStock
Le géant russe Gazprom fournit plus du tiers du gaz européen. Il est accusé d’être entre autres à l’origine de la récente flambée du prix de l’électricité au sein de l’UE - Crédits : BalkansCat / iStock

La hausse des prix de l’énergie, un “spectre qui hante l’Europe”, entame Euronews. Ce spectre, qui planait depuis plusieurs années déjà sur le continent, se fait de plus en plus pressant depuis le début de l’année 2021. Les journalistes de Reuters Kate Abnett et Isla Binnie rapportent que “les prix de référence de l’électricité en Europe se sont envolés cette année, faisant plus que tripler en Espagne et dans d’autres pays”. L’Espagne est en effet “très dépendante des centrales à gaz”, rappellent Les Echos, une matière première dont les cours “ont augmenté de plus de 250 % en Europe depuis janvier” [La Tribune]. “Rarement le coût des ressources avait augmenté aussi rapidement”, alors que “34 millions de citoyens [européens] ne peuvent pas se chauffer”, s’alarme Euronews.

Validation des mesures d’urgence par la Commission

Face à cette situation, la réponse s’élabore au niveau européen. Mercredi 22 septembre, la commissaire européenne à l’Énergie Kadri Simson, citée par France info, a annoncé aux Vingt-Sept que l’exécutif européen validerait les “mesures temporaires” prises en la matière par les Etats. Certains, dont la France, “pas épargnée [par cette flambée] malgré ses centrales nucléaires” [Les Echos], ont en effet d’ores et déjà pris des mesures d’urgence.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière qu’il verserait en décembre une aide ‘exceptionnelle’ de 100 euros aux 5,8 millions de Français bénéficiaires du ‘chèque énergie’ “, prolonge La Tribune. Tandis qu’en Espagne, Euractiv fait savoir que “le gouvernement a instauré une taxe temporaire sur les bénéfices exceptionnels des entreprises du secteur de l’énergie”. Une mesure “qui pourrait rapporter 2,6 milliards d’euros jusqu’à la fin du mois de mars”. Aussi, le gouvernement a allégé les charges des ménages en abaissant la “taxe spéciale sur l’électricité […] de 5,1 % à 0,5 % (le minimum autorisé par la législation européenne) jusqu’à la fin de l’année”, complète le média européen.

Outre ce soutien aux mesures nationales, Les Echos notent que l’exécutif européen a promis de dévoiler “dans les prochaines semaines une ‘boîte à outils’ pour promouvoir le développement accéléré de la part d’énergies renouvelables et des achats groupés à plusieurs Etats sur les marchés de l’énergie”.

Reprise économique et chantage russe : les raisons de la flambée

Juste avant les déclarations de la commissaire à l’Énergie, les Vingt-Sept avaient évoqué le sujet au cours du Conseil des ministres des Transports et de l’Énergie, qui se tenait en Slovénie mercredi 22 septembre. Lors de cette réunion, les membres des gouvernements nationaux ont tenté de trouver des solutions : “l’Espagne a notamment appelé l’Union européenne à plus de coordination en matière de politique énergétique” [Reuters]. Mais les Etats membres ont aussi tenté d’identifier les sources du problème. A l’origine de cette explosion des prix, “la reprise économique” déclenchant une “forte demande asiatique de gaz”, avance en premier lieu Courrier international.

D’autres facteurs propres au contexte européen entrent néanmoins en ligne de compte. “La ministre autrichienne Leonore Gewessler a [notamment] dénoncé ‘une trop forte dépendance’ de l’Union européenne au gaz russe”, relèvent Les Echos. Un serpent de mer pour l’Europe. “Déjà pendant l’hiver 2009, l’Europe avait claqué des dents lorsque le robinet du gaz s’était fermé à cause du duel entre Kiev et Moscou”,  écrit la journaliste Maria G. Zornoza, citée dans Courrier international. Mais c’est en 2014, avec “l’annexion illégale de la péninsule de Crimée”, que “Bruxelles a commencé à se rendre compte que Vladimir Poutine se servait du gaz comme instrument de chantage politique”, poursuit-elle.

Un chantage dont les Européens semblent avoir du mal à se défaire, appuient Les Echos dans un second article : “Gazprom, le géant russe qui détient le monopole des exportations par gazoduc vers l’Union européenne, assure plus du tiers de la demande”. Le journal économique évoque également “l’importance de Nord Stream 2 […], dont les travaux viennent de s’achever” : “Une quarantaine d’eurodéputés avaient demandé, mi-septembre, à la Commission d’enquêter [sur l’entreprise basée à Saint-Petersbourg] soupçonné[e] d’avoir réduit ses approvisionnements de gaz passant par l’Ukraine pour pousser l’Allemagne à approuver plus rapidement l’entrée en service du gazoduc à travers la mer Baltique”.

Pour certains, un autre élément aggraverait l’actuelle crise de l’énergie dans laquelle l’Europe est plongée : le Pacte vert. “L’Union européenne est pointée du doigt pour son objectif de neutralité carbone en 2050″, résume Euronews. Reuters confirme que “ces inquiétudes quant au prix de l’énergie pourraient notamment apporter de l’eau au moulin des opposants à l’extension du marché des quotas carbone aux secteurs du transport et du bâtiment”, l’une des mesures phares du dernier paquet climat dévoilé par la Commission européenne en juillet 2021. Mais d’après les analystes mentionnés par l’agence de presse : “c’est la flambée des prix du gaz, et non le prix des permis payés par les entreprises européennes pour couvrir leurs émissions de CO2, qui est principalement responsable de la hausse du coût de l’électricité”.

Les autres sujets du jour

Allemagne

Droit de l’Union européenne

Economie

L’UE dans le monde

Tribunes et opinions

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur L'Union européenne s'organise face à la flambée des cours de l'énergie

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide