Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Israël/Hamas : les Européens condamnent unanimement les attaques terroristes et constatent leur impuissance

Depuis les attaques perpétrées par le Hamas samedi 7 octobre, l’Union européenne et ses Etats membres ont affiché un soutien sans équivoque à Israël. Une partie de la presse revient sur leurs tentatives infructueuses de relance du processus de paix.

Le ministre israélien de la Défense a annoncé lundi "un siège complet" à Gaza : "pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz", a-t-il ajouté
Le ministre israélien de la Défense a annoncé lundi “un siège complet” à Gaza : “pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz”, a-t-il ajouté - Crédits : Nidal Alwaheidi / iStock

D’abord, l’horreur. Celle du sang, de la haine et de la peur. Mais depuis que le bruit des armes résonne à nouveau entre le Hamas et Israël, un autre mot revient : la stupeur”, résume L’Humanité.

Samedi 7 octobre, le groupe armé palestinien a lancé une attaque coordonnée de grande ampleur contre l’Etat hébreu, prenant “les forces de sécurité israéliennes au dépourvu” [Politico]. “Le bilan est effarant : au moins 700 morts et 2 000 blessés, plus d’une centaine de personnes kidnappées”, rapporte Le Monde. “Du jamais-vu dans l’histoire d’Israël”, poursuit le journal du soir.

En réponse, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a lancé une contre-offensive. “Déjà, les bombardements israéliens ont fait 350 morts et près de 2 000 blessés selon les services de santé palestiniens”, cités par Le Monde. Ce lundi matin, la riposte a gagné en intensité, avec l’annonce du “siège” de Gaza par le ministre israélien de la Défense [BFM TV].

L’Europe se réveille aujourd’hui avec une toute nouvelle guerre sur son flanc est, tandis qu’Israël intensifie ses frappes et se prépare à une éventuelle incursion terrestre dans la bande de Gaza” [Politico].

Condamnations européennes

Etats-Unis, Européens et de nombreuses capitales dans le monde ont réprouvé avec vigueur les attaques du Hamas contre Israël”, constatent Les Echos. Depuis Bordeaux, où elle est venue participer à la rentrée de Renaissance samedi, Ursula von der Leyen a “condamné avec la plus grande fermeté” l’offensive militaire menée par le Hamas [Le Figaro]. “Cette violence, ce n’est ni une solution politique, ni un acte de bravoure. C’est purement du terrorisme”, a déclaré en français la présidente de la Commission européenne depuis la tribune.

Le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell a pour sa part dénoncé la prise en otage “effroyable” de civils et appelé à leur libération “immédiate”, rapporte Le Soir. Charles Michel, le président du Conseil européen, a également fustigé des “attaques aveugles contre Israël et son peuple […], infligeant terreur et violence à des citoyens innocents”.

Les capitales européennes se sont jointes à ces réprobations. Côté français, le président Emmanuel Macron a déclaré samedi qu’il “[condamnait] fermement les attaques terroristes qui frappent actuellement Israël” [Le Parisien]. En Allemagne, le chancelier Olaf Scholz a estimé dimanche que l’Etat hébreu “avait ‘le droit de se défendre’ face aux attaques ‘barbares’ du Hamas, réaffirmant le soutien ‘ferme et sans faille’ ” de Berlin vis-à-vis d’Israël [Le Point].

Quelle politique pour l’UE ?

Les événements du week-end mettent “également en lumière la politique de l’UE au Proche-Orient”, selon la Neue Zürcher Zeitung. Et notamment son aide au développement et le soutien humanitaire à destination des Palestiniens, qui s’est élevé à 296 millions d’euros en 2022. “Ces fonds doivent servir à payer des prestations sociales, des salaires et des pensions ainsi que des projets de développement et d’éducation en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza”, précise le quotidien suisse. Mais “les Européens doivent faire face à la question de savoir si, par leurs paiements aux Palestiniens, ils contribuent à financer le terrorisme”, Israël “reprochant” à l’UE ses relations avec certaines ONG palestiniennes [Neue Zürcher Zeitung]. Dans ce contexte, “le gouvernement autrichien a annoncé lundi la suspension de ses programmes d’aide au développement dans les territoires palestiniens”, relève Le Monde.

Les tentatives européennes de relancer le processus de paix n’avancent pas depuis des années”, constate la Neue Zürcher Zeitung. La Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle de son côté que “mi-septembre, l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite, la Ligue arabe et l’Union européenne s’étaient rencontrées au niveau ministériel en marge de l’Assemblée générale des Nations unies”. “La réunion, à laquelle ont participé plus de cinquante ministres des Affaires étrangères, avait pour but de préparer un paquet de soutien visant à inciter les Israéliens et les Palestiniens à conclure un accord de paix”, poursuit le quotidien allemand. 

Depuis 2006, l’UE a par ailleurs une représentation diplomatique à Jérusalem ainsi qu’à Ramallah, en Cisjordanie. Josep Borrell, cité par la Frankfurter Allgemeine Zeitung, a fait savoir que la centaine de personnels qu’elles comportent était “en sécurité”. Le haut représentant a annoncé ce matin une réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères de l’UE, prévue mardi [L’Orient-Le Jour].

Les autres sujets du jour

Commission européenne

Elections

Elections européennes

Energie

Espace

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Israël/Hamas : les Européens condamnent unanimement les attaques terroristes et constatent leur impuissance

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide