Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Guerre en Ukraine : le réveil de l’Europe isole un peu plus la Russie

Alors que l’invasion russe en Ukraine se poursuit, la presse commente le sursaut opéré par l’Union européenne ces derniers jours. Les sanctions prises à l’unisson commencent à se faire sentir, tandis que le soutien à l’Ukraine se renforce.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le 27 février 2022 à Bruxelles, annonce de nouvelles sanctions contre la Russie - Crédits : Aurore Martignoni / Commission européenne
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le 27 février 2022 à Bruxelles, annonce de nouvelles sanctions contre la Russie - Crédits : Aurore Martignoni / Commission européenne

“Réveil européen” : depuis hier lundi 28 février, le terme semble consacré par de nombreux médias. C’est le titre qu’a par exemple choisi Philippe Gélie pour son éditorial. Le directeur adjoint de la rédaction du Figaro estime ainsi que “Vladimir Poutine, Joe Biden et Volodymyr Zelensky ont gagné leur place dans les livres d’histoire”. La “brutalité” du premier, conjuguée à la “prudence” du second et à l’ “audace” du troisième “ont infligé un électrochoc au Vieux Continent assoupi”.

La guerre menée par Moscou en Ukraine semble avoir permis à l’Union de devenir “une puissance géopolitique”, poursuit le journal italien Il Foglio, traduit par Courrier international. “L’UE a abandonné toute hésitation et utilise tous les outils à sa disposition, en misant sur l’unité et la détermination comme moyen de dissuasion face à la nouvelle situation géopolitique imposée par Poutine”, analyse le journal italien.

“La menace est parue si concrète que les Européens semblent s’être réveillés”, abonde le docteur en géopolitique Frédéric Encel pour France info. Depuis une semaine en effet, les Vingt-Sept accentuent les sanctions envers la Russie, en coordination avec leurs alliés occidentaux, et intensifient leur aide à l’Ukraine. Des mesures internationales dont les effets concrets sont déjà visibles : en Russie, “le rouble s’est effondré et la population se rue sur les distributeurs de billets”, écrit France info.

Nouvelles sanctions

“Après le tapis de sanctions lâché par l’UE dimanche [27 février], 26 nouveaux noms - dont celui du porte-parole du Kremlin - ont été ajoutés à la liste des personnalités visées par un gel des avoirs et une interdiction de circuler sur le territoire européen”, relate Politico. D’autres mesures, notamment financières, sont également sur la table : “de nouvelles banques pourraient [ainsi] être ajoutées prochainement à la liste des établissements ‘déswiftés’ ” [Politico].

“Nous allons livrer une guerre économique et financière totale à la Russie”, prévenait ce matin le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire sur France info, promettant un “effondrement de l’économie russe”. De nouvelles sanctions proposées par la Commission sont à l’étude, tandis qu’une réunion du G7 sur le sujet “est également prévue ‘cet après-midi’ avant une réunion, mercredi, des ministres des Finances européens afin de ‘s’assurer de [leur] bonne exécution’ ”, précise la chaîne publique. Les ministres européens de l’Agriculture doivent également se réunir mercredi 2 mars, rappelant “l’impact de la guerre en Ukraine sur tous les aspects de la politique européenne” [Politico].

Raccordement

Les ministres européens de l’Energie ont également adopté une série de mesures hier, pour “aider l’Ukraine à répondre à ses besoins énergétiques face à l’agression russe” et “assurer la résilience du système énergétique européen, maintenant et demain”, relaie Libération en citant la ministre française de la Transition écologique, Barbara Pompili. Leur réunion “extraordinaire” a répondu à la demande de Kiev de “raccorder l’Ukraine au réseau électrique européen, le pays n’étant plus relié aux installations russes depuis l’invasion jeudi”, précise le quotidien.

Ce raccordement est loin d’être une idée nouvelle, il se prépare depuis le milieu des années 2000”, rappelle Le Monde. Mais la “guerre a accéléré les choses”, écrit Cédric Vallet pour le journal. “Le jour de l’invasion russe, l’Ukraine procédait à un test, prévu de longue date, pour préparer la synchronisation des réseaux, programmée pour 2023”, explique le correspondant à Bruxelles.

Porte ouverte

Autre axe de rapprochement, la volonté d’adhésion de l’Ukraine à l’Union. Politico rapporte que dimanche, “la présidente de la Commission Ursula von der Leyen surprenait certains de ses partenaires en offrant son soutien” à cette adhésion, ayant déclaré : “ils sont des nôtres et nous les voulons parmi nous”. “Une porte entrouverte dans laquelle l’Ukraine s’est engouffrée hier matin” : après avoir publié une vidéo dans laquelle il demande une intégration “sans délai” dans l’UE, le président ukrainien a signé “une demande d’adhésion officielle” [Politico].

Un processus soutenu notamment par l’Elysée, même si le site d’information note un “léger excès d’enthousiasme de la présidente de la Commission”. Celui-ci contraste avec les propos du président du Conseil européen Charles Michel, qui a noté les “différentes opinions et sensibilités” s’exprimant au sein de l’UE sur cette question : un “euphémisme” pour le journal en ligne. Libération titre même : “L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne n’est pas pour demain”. Le processus, qui nécessite l’unanimité des Etats membres, impose des critères stricts au pays candidat et prend habituellement plusieurs années.

Les autres sujets du jour

Climat

Energie

Environnement

Institutions

Numérique

Social

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Guerre en Ukraine : le réveil de l'Europe isole un peu plus la Russie

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide