Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Guerre en Ukraine : l’Otan opte pour la prudence après une explosion mortelle en Pologne

Une explosion, provoquée par un missile "de fabrication russe", a fait deux morts en Pologne mardi 15 novembre. Réunis en urgence, les dirigeants de l'Otan se montrent prudents concernant la provenance de la frappe.

Une réunion G7-Otan a eu lieu ce mercredi matin autour du président américain Joe Biden, en marge du sommet du G20 à Bali, en Indonésie
Une réunion G7-Otan a eu lieu ce mercredi matin autour du président américain Joe Biden, en marge du sommet du G20 à Bali, en Indonésie - Crédits : Commission européenne

Un large cratère jouxté d’une remorque de tracteur éventrée, calcinée”, décrit Libération. “L’explosion, mardi 15 novembre, a eu l’effet d’une déflagration géopolitique”, poursuit le journal. Un projectile de “fabrication russe”, selon le ministère polonais des Affaires étrangères dans un communiqué, a atterri en Pologne, faisant deux morts dans le village de Przewodów situé à six kilomètres de l’Ukraine [Politico].

Tôt ce mercredi matin, les leaders des grandes puissances de la planète, réunis à Bali en Indonésie pour le sommet du G20, ont retrouvé, en urgence, le président américain Joe Biden pour coordonner leur réponse”, relatent Les Echos. Après plus d’une heure de réunion, ils ont “finalement opté pour une posture de prudence. Pas de précipitation”, explique le quotidien économique.

Le président américain Joe Biden “a déclaré que les informations préliminaires sur le tir de missile indiquent qu’il est peu probable qu’il ait été tiré depuis la Russie et il s’est engagé à enquêter sur l’incident” [The Wall Street Journal]. Une position partagée par les Européens qui tranche toutefois avec celle du président ukrainien Volodymyr Zelensky qui a “directement rejeté la faute sur la Russie”, note le média américain.

Plus tôt dans la nuit, le président polonais Andrzej Duda “a également appelé à la prudence, alors que la crainte d’une escalade du conflit entre la Russie et l’Ukraine montait”, explique Le Monde. “Rien n’indique que d’autres [incidents semblables] suivront”, a-t-il déclaré dans des propos relayés par le journal français.

Un accident ?

Après le retrait des troupes russes de la ville de Kherson, les derniers jours ont été marqués par une intensification des bombardements de la Russie sur le territoire ukrainien. “Près d’une centaine d’engins ont ainsi visé délibérément les réseaux d’alimentation électrique afin de déstabiliser l’alimentation en courant de la population”, rapportent Les Echos.

Plusieurs pistes sur l’origine de l’incident ont été envisagées par les dirigeants. En raison de la proximité de la frontière polonaise, “il est possible que l’explosion soit due à un missile tiré dans la mauvaise direction ou aux restes d’un missile abattu par les systèmes de défense aérienne ukrainiens”, souligne le New York Times. Les Echos font savoir que “le tir pourrait être le fait d’une manœuvre accidentelle des forces ukrainiennes”, qui sont parfois équipées de matériel russe, “mais également provenir des positions russes installées en Ukraine plus près de la ligne de front”.

Selon le quotidien espagnol El País, “le ton général des réactions témoigne d’une double intention : montrer une unité inébranlable et faire preuve de calme afin d’éviter l’escalade, un objectif contre lequel les alliés de l’Otan se prémunissent depuis le début de l’invasion russe”.

Moment délicat

Une attaque délibérée aurait des conséquences plus larges et beaucoup plus graves, car la Pologne - contrairement à l’Ukraine - est membre de l’Otan”, relève le New York Times.

L’incident marque “un moment délicat pour l’alliance dirigée par les États-Unis, qui a tenté d’aider l’Ukraine à défendre son territoire sans être entraînée directement dans le conflit”, estime The Wall Street Journal. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, préside par ailleurs “une réunion d’urgence des ambassadeurs auprès de l’alliance militaire” ce mercredi 16 novembre à Bruxelles pour discuter de l’incident et des suites à y donner [Politico].

Pour le journal allemand Die Zeit, “les frappes de missiles en Pologne ont soulevé la question de savoir si l’Otan devenait ainsi partie à la guerre”. Le président Andrzej Duda a déclaré qu’il était “très probable” qu’il demande l’invocation de l’article 4 de la charte de l’Otan, article “en vertu duquel les membres se concertent lorsque l’intégrité territoriale ou la sécurité d’une nation est menacée”, détaille le New York Times. Un article activé une seule fois dans l’histoire de l’organisation, à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Les autres sujets du jour

Budget européen

COP27

Défense européenne

Economie

Espagne

Guerre en Ukraine

Royaume-Uni

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Guerre en Ukraine : l'Otan opte pour la prudence après une explosion mortelle en Pologne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide