Logo Toute l'Europe

Après le 11 septembre, l'engagement militaire des pays de l'UE en Afghanistan de 2001 à 2021

En réponse aux attaques du 11 septembre 2001, la quasi-totalité des Etats membres de l’Union européenne s’est engagée militairement en Afghanistan aux côtés des Etats-Unis.

Des soldats allemands à Mazâr-e Charîf en Afghanistan en 2008 - Crédits : Laura K. Smith / Flickr ResoluteSupportMedia CC BY 2.0
Des soldats allemands à Mazâr-e Charîf en Afghanistan en 2008 - Crédits : Laura K. Smith / Flickr ResoluteSupportMedia CC BY 2.0

A la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, qui ont fait près de 3 000 morts, l’armée américaine envahit l’Afghanistan dans le cadre de l’opération Enduring Freedom. Le pays est alors sous la coupe des talibans, qui entretiennent des liens étroits avec les terroristes d’Al-Qaïda. 

Une guerre qui ne fait que commencer

Leur régime est renversé dès le mois de novembre, mais les talibans restent très puissants au sein du pays. A côté de l’opération sous commandement américain, une coalition internationale sous l’égide de l’OTAN, la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS), est dépêchée en décembre 2001, pour continuer à les combattre et aider le nouveau gouvernement à sécuriser le territoire. 

Presque tous les pays de l’UE participent à cette mission, à l’exception de Chypre et de Malte, avec des effectifs militaires plus ou moins importants (environ 132 000 soldats déployés pour l’ensemble de l’opération en février 2011). Avec 4 000 militaires, la France fournit le quatrième contingent le plus important (après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne).

A la fin de l’opération en décembre 2014, la mission Resolute Support prend le relais. Celle-ci est davantage axée sur la formation des forces armées afghanes, avec des effectifs bien plus modestes (environ 13 000 soldats en juillet 2016). Tous les pays de l’UE ayant participé à la précédente mission se réengagent sauf la France et l’Irlande.

Malgré cette mobilisation militaire internationale, le conflit s’enlise. Les talibans conservent une force de frappe importante, tant humaine que matérielle, s’appuyant notamment sur les revenus du trafic d’opium, dont l’Afghanistan est l’un des épicentres.

Vers un accord entre les Etats-Unis et les talibans

Elu en 2016 sur la promesse de mettre un terme aux “guerres sans fin” des Etats-Unis, le président américain Donald Trump cherche à désengager son pays d’un conflit à l’issue des plus incertaines. Les Américains entament alors des négociations avec les talibans afin de quitter l’Afghanistan. A Doha (Qatar), les représentants des deux parties signent en février 2020 un accord impliquant le retrait des troupes américaines en échange de l’engagement des talibans de ne pas s’en prendre aux Etats-Unis et à leurs alliés. 

Vainqueur du scrutin présidentiel de novembre 2020, le nouveau président Joe Biden ne remet pas en cause l’accord (même s’il repousse de quatre mois la date de départ initialement prévue) : les soldats américains et européens commencent à quitter le pays le 1er mai 2021, pour un retrait total devant s’achever avant le 11 septembre 2021. Parmi les plus gros contingents, l’Allemagne et l’Italie achèvent le retrait de leurs troupes en juin, peu après le départ de pays à la présence plus faible, tels que l’Espagne ou encore l’Estonie.

Le retrait américain conduit ainsi à la fin de la mission Resolute Support, dont le terme officiel est le 12 juillet, sans volonté des alliés européens des Etats-Unis de poursuivre la guerre. Face à la rapide progression des forces talibanes, le départ complet de l’armée américaine est quant à lui avancé au 31 août, et se termine même un jour plus tôt.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Après le 11 septembre, l'engagement militaire des pays de l'UE en Afghanistan de 2001 à 2021

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide