Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Le Fonds social européen soutient le Service militaire volontaire

Soutenu par le Fonds social européen, le Service militaire volontaire (SMV) vise à insérer dans la vie professionnelle et citoyenne des jeunes éloignés de l’emploi. Il a été expérimenté en métropole à partir de 2015 puis pérennisé en 2019.

Même s'il dépend du ministère des Armées, le Service militaire volontaire ne cherche pas à former des militaires de profession
Même s’il dépend du ministère des Armées, le Service militaire volontaire ne cherche pas à former des militaires de profession - Crédits : Ministère des Armées

Piloté par le ministère des Armées, le Service militaire volontaire (SMV) s’adresse à des jeunes français de 18 à 25 ans, éloignés de l’emploi, en situation précaire ou identifiés comme décrocheurs. Le dispositif permet à ces personnes de s’intégrer dans la vie citoyenne active grâce à une formation soutenue, sur les plans comportemental et professionnel.

Les militaires du SMV assurent un encadrement avec bienveillance dans un cadre strict des jeunes, au sein d’un milieu militaire, leur permettant également à terme d’insérer plus facilement le marché du travail. “La préparation à l’emploi proposée par le SMV […] prend en compte la situation globale du volontaire pour lui offrir des perspectives d’intégration et d’évolution personnelle, sociale et professionnelle plus solides”, indiquent les cadres du dispositif. Après la validation du dossier de candidature, le stagiaire volontaire recevra une formation complète et une solde de 345 euros par mois.

Le SMV en chiffres 

Le service militaire volontaire a accompagné plus de 5 000 volontaires âgés de 20 ans en moyenne depuis 2015, dont 2 500 sur la seule période 2019-2021. 

Après la fin du parcours, 72 % des jeunes sortent avec un emploi durable. Quelle que soit leur situation, les jeunes sont suivis pendant 6 mois après la fin de leur parcours.

Le “volontaire stagiaire” : une formation complète

La formation se déroule sur une période de 8 à 12 mois en fonction du métier choisi, en partenariat avec les acteurs de l’emploi et de la formation professionnelle. Le jeune stagiaire pourra par exemple se former pour devenir ouvrier du bâtiment, commis de cuisine, vendeur spécialisé, agent d’entrepôt ou encore chaudronnier.

Si le SMV repose sur l’aspect militaire, notamment par l’acquisition d’une rigueur et d’un savoir-être, il inclut également une formation professionnelle soutenue, accompagnant le stagiaire du recrutement jusqu’à l’emploi. “Le SMV n’a pas pour ambition de former des soldats mais des citoyens”, soulignent les services du dispositif.

Le Service militaire volontaire comprend tout d’abord un mois de formation de type militaire, fondée sur la discipline et le renforcement des règles de vie en société. Suivent en général 4 mois de formation, fondée sur la discipline et l’apprentissage des règles de vie en société, au cours desquels les jeunes sont accompagnés dans l’acquisition d’une plus grande autonomie. Ils sont par exemple formés au secourisme, présentent l’examen du permis B, et entament une remise à niveau scolaire. Pendant cette durée, ils participent également à des actions citoyennes, comme des missions au profit d’œuvres caritatives.

La formation professionnelle à proprement dite vient compléter le dispositif, et peut s’étendre jusqu’à 400 heures pour certains métiers. Les services du SMV s’appuient pour cela sur de multiples partenariats, comme des prescripteurs, des formateurs ou des employeurs, faisant partie des réseaux tissés par les centres.

Une présence partout en France 

Le SMV possède sept régiments et centres de formations répartis en France métropolitaine, que le Fonds social européen cofinance : à Brest, Brétigny sur Orge, Metz, Châlons-en-Champagne, Ambérieu-en-Bugey, La Rochelle et Marseille. 

Les connexions fournies par les centres disséminés partout en France et leur implantation régionale aident les jeunes à bénéficier d’un réseau professionnel avantageux pour leur permettre d’intégrer le marché du travail. Le centre de Brétigny-sur-Orge, par exemple, travaille en partenariat avec Disneyland Paris, la SNCF ou encore Aéroports de Paris.

Un dispositif soutenu par les fonds européens

Le Fonds social européen (FSE) cofinance les actions du SMV sur la période 2019-2021 au titre du programme opérationnel national FSE 2014-2020. Le coût global du SMV est estimé à 57,4 millions d’euros. Dans une démarche d’amélioration de la formation et de l’emploi en Europe, le FSE soutient le projet à hauteur de 60 %, soit une subvention de 34,4 millions d’euros.

Les dépenses prises en charge par FSE concernent les personnels de chaque régiment assurant l’accompagnement des jeunes, le reste des dépenses comprenant également l’hébergement et les repas des participants, ainsi que le matériel utilisé pour les formations réalisées en interne.

Bien que récent, le SMV affiche un succès croissant et des résultats d’insertion probants. “Au vu de ses résultats qui confirment année après année la pertinence et l’efficacité du dispositif, le SMV a vu son objectif de recrutement porté à 1 500 bénéficiaires en 2022″, expliquent les services du ministère. Une antenne a d’ailleurs ouvert à Marseille en octobre dernier, pour étendre le service à la région Sud-PACA.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le Fonds social européen soutient le Service militaire volontaire

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide