Logo Toute l'Europe

Covid-19 : ce qu'il faut savoir pour voyager en Europe cet été

Depuis le 1er juillet, le pass sanitaire est entré en vigueur en Europe. Bien que l’Union européenne tente de coordonner au mieux les restrictions mises en place par les Etats membres, les mesures nationales anti-Covid diffèrent toujours d’un pays à l’autre. En cette période estivale, voici les principales questions à vous poser avant de partir en vacances dans un autre Etat de l’Union.

voyages en Europe en train
Crédits : FilippoBacci / iStock

Voici une liste de questions pratiques afin de préparer votre séjour en Europe cet été :

Les frontières sont-elles ouvertes ? Où puis-je me rendre ?

En Europe, les frontières sont ouvertes aux voyageurs provenant de France cet été grâce à la mise en place du certificat numérique Covid de l’UE. Le document comporte trois informations : la preuve d’une vaccination, le résultat d’un test PCR ou antigénique ainsi qu’une preuve de guérison du Covid-19. Depuis le 1er juillet, le certificat sanitaire européen décliné en France est utilisable dans les Etats membres de l’UE et dans les autres pays de l’espace Schengen : le Liechtenstein, l’Islande, la Suisse et la Norvège. Attention, si le dispositif est destiné à faciliter les voyages, les Etats se laissent toutefois la possibilité d’imposer des restrictions supplémentaires, comme une quarantaine, en cas de reprise épidémique.

En France, l’application TousAntiCovid est le support numérique sur lequel les voyageurs peuvent inscrire leurs preuves de vaccination ou de test. La plateforme permet d’obtenir un code QR fourni après chaque injection. Le site de l’Assurance maladie propose de récupérer une attestation vaccinale au format européen. Concernant les personnes qui ont déjà contracté le Covid-19 dans les derniers mois, le portail SI-DEP permet de télécharger son certificat de test de dépistage. Le code QR est également utilisable au format papier.

La quasi-totalité des pays européens autorisent les voyageurs à se rendre sur leur territoire sans test ou quarantaine si ceux-ci sont entièrement vaccinés. Une période de plusieurs jours après la seconde injection est cependant demandée dans la plupart des cas.

Les contraintes pour se rendre à Malte sont un peu plus fortes. Si une personne a été testée positive puis a reçu une seule dose de vaccination, elle n’est pas autorisée à entrer dans le pays. L’archipel impose aussi une quatorzaine dans un hôtel pour les voyageurs présentant un test PCR négatif en arrivant sur le territoire.

Dois-je me faire tester avant de partir en vacances ou de rentrer de mon séjour ?

Les Etats demandent souvent la preuve de deux injections d’un vaccin. Pour ceux qui ne peuvent pas en justifier, le test négatif demeure la règle d’or pour passer les frontières dans de nombreux cas, sauf si vous vous êtes remis du Covid-19 dans les derniers mois. Si vous avez reçu une injection du vaccin unidose Janssen, votre vaccination est considérée comme complète.

La question du retour à la maison se pose également. Actuellement, la France impose l’obligation de présenter un test PCR ou antigénique négatif réalisé 72 heures avant le départ pour les voyageurs européens non-vaccinés souhaitant entrer sur le territoire. Désormais, Chypre, l’Espagne, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal font l’objet d’une surveillance renforcée, avec un test PCR ou antigénique de moins de 24 heures exigé au retour pour les personnes qui ne sont pas vaccinées.

Or les tests PCR sont payants dans la plupart des pays, et il est préférable de les réserver suffisamment en amont du départ du lieu de villégiature. Dans les aéroports allemands, le coût du dépistage peut varier entre 69 et 150 euros. En Espagne, comptez environ 40 euros pour un test antigénique, 100 euros pour un test PCR. C’est plus cher qu’en Croatie, où les non-résidents peuvent se faire tester en clinique privée pour 40 ou 50 euros. A l’inverse, au Danemark, certains centres sont gratuitement accessibles aux touristes, avec une inscription en ligne au préalable. Certaines régions touristiques mettent par ailleurs en ligne la liste des centres susceptibles de réaliser des tests. C’est le cas aux Canaries, par exemple. Le Centre européen des consommateurs est une source d’information importante notamment sur le sujet des tests, tout comme les sites internet des ambassades françaises à l’étranger ou France diplomatie.

Si vous revenez de certains territoires extra-européens (Brésil, Argentine, Colombie…), une quarantaine est imposée après l’arrivée en France. Les voyageurs provenant du Royaume-Uni ont besoin de remplir une attestation et de présenter un test PCR de moins de 72 heures ou antigénique de moins de 48 heures afin d’arriver en France, avec un isolement de sept jours pour les personnes non vaccinées.

Attention, pensez à partir avec votre carte européenne d’assurance maladie (CEAM), à demander au moins 20 jours avant le départ. L’assurance maladie française prend en charge la somme forfaitaire de 35 euros sur les tests PCR réalisés en Europe. Cependant, si une avance des frais vous est demandée ou si vous n’êtes pas en possession de la CEAM, le site Ameli met à disposition le document à compléter à l’étranger. Pensez également à demander une facture lorsque vous réalisez votre test hors des frontières nationales.

Quels transports utiliser pour aller à l’étranger ?

Des mesures supplémentaires peuvent s’appliquer selon le mode de transport utilisé pour se rendre à l’étranger. A l’aéroport, en France, les documents demandés (preuve de vaccination, résultat de test négatif…) sont généralement à présenter avant d’embarquer dans l’avion.

Toutes les voies maritimes ne sont pas accessibles. Ainsi, la Grèce a limité l’accès à ses ports depuis la Turquie.

Par ailleurs, si vous vous déplacez en voiture, vérifiez que la traversée d’une frontière est possible. Certains pays ont en effet limité les passages afin de faciliter les contrôles. La France a par exemple fermé le Col d’Ispéguy RD949 pour se rendre en Espagne ou encore le pont de Marchandises, entre Hendaye et Irun. Selon le ministère des Affaires étrangères, l’entrée en Grèce par voie terrestre est ouverte via la Bulgarie (poste frontière de Promachonas, de Nymfaia, d’Ormenio, d’Exochis), la Macédoine du Nord (poste frontière Evzonon, Nikis, Doïranis), via l’Albanie (poste frontière de Chrystallopigi, Kakavia, Mavromati) et via la Turquie (poste frontière de Kastanies, Kipon)”. Par le poste de Mavromati, les tests PCR ou antigéniques sont systématiques pour tous les voyageurs entrant sur le sol grec.

Une fois sur place, certaines zones peuvent faire l’objet de restrictions des mobilités. Madrid laisse par exemple ouverte cette possibilité pour plusieurs de ses quartiers : une carte est disponible en ligne.

Le site internet du ministère des Affaires étrangères de votre pays de séjour (souvent avec une version en langue anglaise) peut vous donner de précieuses informations à ce sujet, tout comme France diplomatie.

Dois-je remplir un formulaire avant de partir ?

A l’heure actuelle, la plupart des pays imposent ou conseillent fortement de remplir un formulaire en ligne avant l’arrivée sur leur territoire. Il est, par exemple, obligatoire en Espagne afin de passer le contrôle à l’aéroport et doit être rempli en ligne dans les 48 heures avant l’arrivée sur le territoire.

Que se passe-t-il si je tombe malade à l’étranger ?

Si chaque Etat a sa propre politique concernant les étrangers qui contractent le Covid-19 sur leur sol, le respect des gestes barrières et d’un certain nombre de règles sont assez semblables d’un pays à l’autre. L’isolement est ainsi de mise. Chypre a ainsi édité une plaquette d’information destinée aux touristes qui commenceraient à avoir des symptômes du Covid, avec un numéro de téléphone spécifique à contacter. Notons qu’en cas de test positif, Chypre transfère les étrangers dans des établissements distincts, en prenant en charge les frais d’hébergement, de restauration et de médicament. Des hôtels de quarantaine sont aussi prévus pour les cas contacts.

Les sites internet des consulats français à l’étranger proposent parfois une liste de professionnels de santé francophones à contacter. En dernier recours, il est possible de composer le 112 ou le 118 en cas d’urgence, de malaise ou de difficultés respiratoires.

Il est conseillé de posséder la carte européenne d’assurance maladie, à demander au moins 20 jours avant le départ. L’assurance maladie française prend en charge la somme forfaitaire de 35 euros sur les tests PCR réalisés en Europe. Le site Ameli vous propose le document à compléter à l’étranger.

Dois-je télécharger l’application nationale de lutte contre le Covid-19 ?

Rarement, même si cela dépend des pays. Comme c’est le cas de TousAntiCovid en France, les applications numériques nationales peuvent servir de pass sanitaire une fois sur place. Si l’application est parfois utilisée seulement pour les grands événements (festivals, concerts, matchs…), elle permet aussi de profiter des lieux de loisir et de culture plus modestes dans certains Etats. Au Danemark, le Coronopass (aussi utilisable sous format papier) sert pour se rendre dans tous les commerces du quotidien.

Aux Canaries, il est obligatoire de télécharger l’application locale RadarCovid et de la conserver encore quelques jours après son départ. Certaines applications nationales sont interopérables et compatibles entre elles.

De son côté, le gouvernement de Chypre a annoncé que son SafePass était uniquement destiné aux citoyens chypriotes, le formulaire obligatoire d’entrée pour les voyageurs étrangers CyprusFlightPass faisant office de pass sanitaire pour les touristes arrivés sur l’île. Sa présentation est par ailleurs nécessaire afin d’accéder à un certain nombre de lieux, comme les centres commerciaux, les théâtres et les cinémas.

Est-ce que les bars, les restaurants et les boîtes de nuit sont ouverts ?

La saison estivale étant un moment important pour les pays dont l’économie dépend en grande partie du tourisme, les lieux de fêtes et de réjouissances rouvrent progressivement leurs portes. En Belgique, les bars et les restaurants peuvent recevoir des clients, en intérieur comme en extérieur, de 5h à 1h du matin. De plus, les restaurants des hôtels peuvent assurer le repas en chambre pour les clients.

Il est aussi possible de déjeuner à l’intérieur à Madrid, même si les tables sont limitées à six personnes. Les bars et les restaurants ferment par ailleurs à 1h du matin. Dans les Baléares comme aux Canaries ou dans la communauté d’Aragon, il est interdit de fumer en terrasse. Le gouvernement d’Andalousie adopte des mesures spécifiques pour chaque territoire, une carte est disponible en ligne (en espagnol).

Alors que la France a rouvert les boîtes de nuit le 9 juillet, la tendance semble être à la reprise de leurs activités un peu partout en Europe. En revanche, les protocoles sanitaires risquent d’y être plus stricts et la diffusion du variant Delta menace de ralentir cette reprise, les gouvernements appelant généralement à privilégier les événements en extérieur. Certains pays comme Chypre ouvrent les portes de leurs discothèques pendant l’été afin d’attirer les touristes. L’Espagne avait annoncé que les boîtes de nuit pourraient reprendre du service dans les régions où circule faiblement le virus. La Catalogne, qui les avait autorisées à accueillir du public depuis le 21 juin avec un protocole sanitaire spécifique, a annoncé la fermeture de leurs portes le 10 juillet. C’est le cas également des Pays-Bas qui ont fermé les discothèques le 12 juillet face à une reprise de l’épidémie. 

Si vous prévoyez un “road-trip” avec différents points d’étape, pensez au fait que tous les pays n’appliquent pas les mêmes mesures de manière uniforme sur leur territoire. Non seulement des restrictions localisées peuvent être en place mais l’organisation politique de l’Etat peut aussi attribuer certaines compétences aux régions. Une carte du gouvernement italien indique les mesures principales selon les territoires. En Allemagne ou en Espagne, vous pouvez vérifier les restrictions respectivement sur le site internet des Länder et des communautés autonomes concernés par votre voyage.

Est-ce que les lieux culturels et de loisirs sont ouverts ?

Comme pour les bars et les restaurants, les lieux dédiés aux loisirs et à la culture sont majoritairement ouverts cet été en Europe. Il est très courant de voir les responsables des monuments ou d’autres lieux recevant du public imposer ou recommander aux visiteurs une réservation plusieurs jours à l’avance afin de respecter les jauges réduites, comme c’est le cas des musées en Belgique. Certains services demandent aussi d’utiliser la carte bancaire et refusent les paiements en espèces afin d’éviter les contacts.

En Italie, les stations balnéaires peuvent pratiquer leurs activités selon les règles définies par les régions et provinces autonomes. La plupart des lieux touristiques comme les centres thermaux ou les parcs d’attraction sont désormais ouverts. En Croatie comme à Chypre, les casinos accueillent du public.

En Espagne et dans d’autres pays, les communes peuvent décider d’interdire ponctuellement l’accès à certaines plages au public en cas de risque trop élevé. Quant à la Croatie, elle a mis en place un label Safe stay pour tous les lieux de loisirs, même pour les hébergements et les activités nautiques, qui garantit le respect de normes sanitaires. Le site descriptif est disponible en français.

Puis-je me rendre à un grand événement (festival, concert, match…) ?

Si les spectateurs étrangers seront privés de Jeux olympiques au Japon, de grands événements peuvent se tenir avec du public en Europe. En Catalogne, vous devez présenter un test négatif ou une preuve de vaccination pour participer à des événements en plein air réunissant plus de 500 personnes.

Dix villes du continent ont ainsi accueilli l’Euro de football, en plus de Londres, qui avait installé une fan-zone sur Trafalgar Square. L’Italie a testé son application Mitiga dans un stade accueillant plus de 4 000 spectateurs le 19 mai. Pour les matchs et les gros concerts, l’application propose de générer un code QR en allant se faire tester dans un des centres italiens partenaires. A l’entrée du stade ou de l’événement, l’utilisateur peut ainsi prouver qu’il a été testé négatif au Covid-19.

D’importants festivals de musique ont annulé leur édition 2021 (Sziget en Hongrie, Roskilde au Danemark…). En BelgiqueTomorrowland comptait sur les progrès de la vaccination et devait décaler son édition 2021 à la fin de l’été, mais les organisateurs ont récemment annoncé que le festival ne pourrait pas se tenir cette année. Mais d’autres festivals pourront se tenir, sous certaines conditions encore une fois. 

Il est probable que des tests rapides soient parfois effectués aux portes de ces différents évènements afin de pouvoir y accéder.

Le port du masque est-il obligatoire ?

Vérifiez quels types de masques sont acceptés (masques FFP2 obligatoires à Berlin, par exemple) dans les transports en commun ou dans les lieux recevant du public à l’étranger. 

En Espagne, le port du masque n’est plus obligatoire à l’extérieur depuis le 26 juin mais une distance d’un mètre cinquante doit être respectée entre personnes n’appartenant pas à la même bulle sociale. Le masque reste encore exigé en intérieur ou dans des espaces clos comme les transports en commun ou les commerces. Si vous voyagez en covoiturage, le port du masque est également requis.

De plus en plus de pays ont allégé l’obligation de le porter en extérieur, comme la Pologne, les Pays-Bas ou la Hongrie. Et depuis le 1er juin, il n’y a plus d’amendes pour les personnes ne portant pas de masque sur les plages de Malte.

Suis-je remboursé si mon voyage a été perturbé par le Covid-19 ?

Dans le cas d’un voyage à forfait réservé en agence, si le séjour a été écourté ou prolongé en raison de la pandémie, c’est à l’agence de prendre en charge le retour. Elle doit avoir réservé un vol plus tôt ou plus tard si le vôtre a été annulé.

Concernant le logement, les propriétaires comme les plateformes de réservation en ligne (Booking, Expedia, AirBnb,…) n’ont pas l’obligation de rembourser la réservation.

Dans tous les cas, pour une location comme pour une assurance annulation, lisez bien le contrat et vérifiez quelles situations sont considérées comme légitimes afin d’annuler gratuitement le voyage. Certaines agences de voyages proposent aujourd’hui une assurance complémentaire Covid-19 destinée à couvrir des imprévus liés à la pandémie. Là aussi, le Centre européen des consommateurs vous aide à connaître vos droits.

Les enfants sont-ils soumis aux mêmes conditions que les adultes ?

Cela dépend des pays, certains demandent un test négatif avant le départ dès le plus jeune âge. En Italie et en Irlande, ce test est, par exemple, obligatoire à partir de 6 ans contre dix ans pour l’Autriche. Le Portugal, l’Espagne, la Grèce et la Croatie demandent quant à eux un pass sanitaire à compter de l’âge de 12 ans pour les voyageurs depuis la France. Afin de rentrer dans l’Hexagone, l’obligation de présenter un résultat négatif à un test PCR s’applique à partir de onze ans. Une déclaration sur l’honneur est également nécessaire.

Généralement, les formulaires de voyages à remplir sont obligatoires pour tout passager, même mineur.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Covid-19 : ce qu'il faut savoir pour voyager en Europe cet été

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide

6 commentaires

  • Avatar privé
    Alexandre Labadie

    Bonjour,
    Nous partons avec notre fille de 11 ans pour Berlin du 2 au 9 août.
    Nous sommes vaccinés (les 2 doses depuis le 16 juin)
    Notre fille doit-elle faire un test PCR?
    Nous prenions l’avion.
    Dans l’attente de votre retour?
    Cordialement

    • Avatar privé
      Redaction

      Bonjour, les tests PCR et antigénique sont obligatoires pour tout voyageur à partir de 6 ans. Votre fille devra donc fournir un test négatif de moins de 72 heures s’il s’agit d’un test PCR et de moins de 48 heures s’il s’agit d’un antigénique. Bonnes vacances !

  • Avatar privé
    vera GRUJIC

    Je pars au mois d’août en Serbie, en avion, je suis vaccinée, dois-je faire un test PCR pour l’aller-retour, merci de votre réponse

  • Avatar privé
    Laura

    Bonjour, je comprends tout à fait les règles en cours en France. Cependant, j’ai une interrogation. Je vis au Royaume-Uni et je vais aller passer une semaine chez des amis en Espagne puis une semaine en France pour voir ma famille. Dois-je m’isoler en arrivant en France, vu que mon pays du départ est le Royaume-Uni?
    Merci pour votre aide.

    • Avatar privé
      Redaction

      Bonjour,
      Depuis le 9 juin, si vous êtes entièrement vaccinée, à savoir deux semaines après la seconde dose, vous n’aurez pas besoin de vous isoler en arrivant en France depuis l’Espagne ou le Royaume-Uni.
      Cependant, selon le ministère de l’Intérieur, l’attestation de déplacement vers la France depuis un pays de la zone orange “concerne les voyageurs arrivant sur le territoire par un vol direct ou après un transit de moins de quatorze jours dans un autre pays tiers”. Votre séjour en Espagne durant une semaine, l’isolement à l’arrivée en France est la règle en vigueur pour l’instant, parmi d’autres. Ces mesures sont toujours susceptibles d’être adaptées selon les évolutions de la situation épidémique.

  • Avatar privé
    jean-jacques

    bonjour si je veux partir faire un road treap en andalousie , le VACCIN suffit pour rentre en Espagne !
    par contre pour mon retour ??
    la France va exigé un test PCR , je le fais où sur la route ( c’est plus des vacances de décontraction alors ??
    en fait on vous dit que le vaccin ne va pas , pour autant vous protéger ,
    ou que vous pouvez donnez le virus malgré être vacciné
    si je peux sortir de France ?? vacciné !! je ne peux plus y rentrer sans test PCR ?? de peur que j’infecte la France ??
    alors à quoi sert le vaccin ??
    pourquoi un pays autorise -t-il les vacanciers chez lui ; mais leur dit =
    si vous rentrez ???? on veut que vous soyez clean même vacciné .
    en fait au dela de la santé publique , on fait semblant d’une pseudo liberté ; mais c’est presque encore du “”“restez chez vous “”
    je fais comment , lors d’un road treap , pour gaspiller 120.€ et avoir le temps de remonter avec le PCR toujours valable ??
    et si c’est un faux positif ou négatif ??
    il faut qu’ils accordent leurs violons .….….….….
    sinon comme depuis le début de cette crise , c’est de la coercition et du n’importe quoi
    les dirigeants me déçoivent de plus en plus
    jean-jacques
    en fait que le mondialisme des marchandises est libre … les humains eux , sont captifs et sous contrainte