Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Transports : à Cayenne, un projet d’envergure pour faciliter la mobilité

Lancé en octobre 2020, le projet de Transport en commun en site propre (TCSP) vise à restructurer l'offre de transports à Cayenne, capitale de la Guyane, tout en s'inscrivant dans un objectif de baisse des émissions de CO2. Ce chantier est mené par la Communauté d'agglomération du centre littoral de Guyane, en lien avec l'Etat. Financé en partie grâce aux fonds européens, il devrait aboutir à l’horizon 2023.

L'achèvement du TCSP devrait permettre de désenclaver certains quartiers et de réduire les émissions de carbone dans l'agglomération de Cayenne (image d'illustration)
L’achèvement du TCSP devrait permettre de désenclaver certains quartiers et de réduire les émissions de carbone dans l’agglomération de Cayenne (image d’illustration) - Crédits : Pavel Mora / iStock

Le projet de Transport en commun en site propre, en cours de réalisation, est une voie réservée et sécurisée de la circulation automobile, permettant à un bus à haut niveau de service (BHNS) de desservir les principaux axes de circulation.

Première infrastructure de ce type en Guyane, cette initiative représente la première phase d’un réseau de 20 kilomètres, qui reliera Matoury et Rémire-Montjoly à la ville capitale, Cayenne, et constituera l’armature centrale du réseau de transport. “Les experts ont dessiné une nouvelle colonne vertébrale propice au développement de l’agglomération”, se réjouissait au début des travaux en octobre 2020 l’ancienne présidente de la Communauté d’agglomération du centre littoral (CALC), Marie-Laure Phinera-Horth, citée par le média ultra-marin Ewag.

Désenclavement et rapidité

Une série d’objectifs sont fixés à horizon 2023. Dès cette date, le nouveau réseau permettra de transporter plus 20 000 voyageurs par jour dans l’agglomération de Cayenne à une fréquence d’un bus toutes les 10 minutes aux heures de pointe.

Grâce à deux lignes réparties sur plus de 10 kilomètres de voies, le projet TCSP assurera aux usagers une fréquence de passage élevée et une forte capacité de transport. L’objectif est également de désenclaver certains quartiers, notamment les zones urbaines sensibles et les quartiers prioritaires de la politique de la ville, en permettant aux habitants de se déplacer plus facilement. En juillet 2021, l’actuel président de la Communauté d’agglomération Serge Smock a dévoilé le nom de ces nouveaux transports : Yanéo, résultat d’un jeu avec un vote en ligne.

Le trajet du bus à haut niveau de service relie Mont Lucas, le Vieux Port de Cayenne et le site des Maringouins - Crédits : page Facebook @Travaux TCSP de l’Agglo

Ce projet doit également permettre de désencombrer le trafic au niveau du centre de l’agglomération de Cayenne. Il permettra de faciliter la circulation des bus dans les zones embouteillées et le BHNS rendra l’offre de transport plus attractive notamment pour les personnes à mobilité réduite. 

Au-delà de la construction d’une nouvelle voie pour le bus, les nouvelles infrastructures routières comprennent aussi des espaces pour les échanges de transports. Le projet comprend par exemple des terminaux de transfert de passagers, un parc relais de 200 places, une nouvelle signalisation, un système de gestion du trafic, ainsi que deux terminaux de gare et un dépôt de bus.

Promouvoir la mobilité bas carbone à l’échelle européenne

Le Fonds européen de développement régional (FEDER) subventionne le projet à hauteur de 40 millions d’euros sur un coût total de 166 millions d’euros. Cette initiative est actuellement le plus grand projet d’investissement financé pour la mobilité à ce jour en Guyane.

A terme, la réduction du trafic résultant de la mise en place du TCSP devrait permettre “d’économiser 17 226 tonnes de CO₂” dans la zone, selon l’étude d’impact sur l’environnement du projet demandée par le gouvernement. Le projet en cours de réalisation s’inscrit ainsi dans le cadre du Pacte vert européen, visant à transformer plusieurs secteurs de la société, avec un objectif de neutralité climatique d’ici à 2050.

Un système de transport public efficace réduira les temps de trajet, incitera les habitants à ne pas utiliser la voiture, améliorera la sécurité des déplacements et permettra une réduction des émissions de CO2″, expliquait en juillet dernier la commissaire européenne à la Cohésion et aux réformes, Elisa Ferreira.

Article cofinancé par l'UE, en partenariat avec l'ANCT

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Transports : à Cayenne, un projet d'envergure pour faciliter la mobilité

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide