Logo Toute l'Europe

Renaud Muselier : "La transition écologique est l’un des marqueurs clés de notre action"

A l’occasion du Congrès des Régions 2021, Renaud Muselier, Président de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, revient sur ses attentes concernant la nouvelle programmation des fonds européens 2021-2027, ses priorités en termes de transition écologique et l’application du Plan de relance européen aujourd’hui sur les rails.

Renaud Muselier est le Président de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis 2017
Renaud Muselier est le Président de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur depuis 2017 - Crédits : DR

Quels ont été les thèmes prioritaires de votre Région dans l’octroi de fonds lors de la programmation des fonds européens 2014-2020 ?

A notre arrivée avec Christian Estrosi, la Région Sud n’avait pu compter que sur 320 millions d’euros de fonds européens entre 2007 et 2013. La première de nos priorités était donc d’améliorer notre capacité à attirer l’ensemble des crédits européens disponibles pour financer les projets stratégiques pour notre territoire. Afin de définir plus précisément notre politique européenne, la Région Sud s’est dotée d’une feuille de route ambitieuse. Ce cadrage rigoureux a permis de capter plus de 4,6 milliards d’euros en région entre 2014 et 2020 au bénéfice de thématiques clefs comme l’aménagement du territoire, l’environnement, l’aide aux entreprises ou la politique de montagne. 

Sur cette dernière, la Région est notamment autorité de gestion du Programme Interrégional du Massif des Alpes, dont l’enveloppe sera de 17 millions d’euros pour la nouvelle programmation. Si on ajoute à cela les fonds récupérés dans le cadre du programme de coopération transfrontalière Alcotra, il est important de rappeler que l’Union européenne joue un rôle fondamental dans le développement équilibré des territoires alpins et frontaliers.

Pourriez-vous nous parler d’une réalisation emblématique financée grâce à l’Union européenne dans votre Région dont vous êtes particulièrement fier ?

Répondre aux enjeux de la pollution de l’air causée par les navires est une priorité pour la première région maritime de France. C’est pourquoi nous avons lancé le dispositif régional “Escales Zéro Fumée”. Il permet à la Région d’accompagner le branchement électrique à quai des navires lorsqu’ils stationnent dans nos grands ports régionaux comme Toulon et Marseille. Au total, plus de 30 millions d’euros ont été consacrés à ce dispositif afin que l’ensemble des ferries soient connectés en 2023, puis les bateaux de croisière à partir de 2025.
L’Union européenne a participé au financement de ces projets ambitieux en matière de lutte contre la pollution de l’air au travers du Fonds européen de développement régional (FEDER). Les crédits européens ont permis au Grand Port Maritime de Marseille de financer l’amenée électrique à hauteur de 4,88 millions d’euros et au Port de Toulon de connecter 100 % de ses car-ferries avec plus de 4,12 millions d’euros. Ce sont aujourd’hui des résultats concrets, réalisés rapidement au bénéfice de nos habitants.

Quelles sont vos attentes pour la nouvelle programmation 2021-2027 ?

Pour 2021-2027, nous avons défini un objectif précis. Avec les élus de ma majorité, nous souhaitons capter plus de dix milliards de Fonds européens sur le territoire régional d’ici 2027. Pour y arriver, nous avons construit une nouvelle feuille de route spécifique autour de trois grands enjeux d’avenir définis par l’Union européenne : accompagner le développement et les transitions du tissu économique, préserver l’environnement et la biodiversité, et assurer un aménagement équilibré du territoire, notamment sur le numérique.

Dans le cadre de la programmation 2021-2027, la Région Sud aura à sa charge plus d’un milliard d’euros de fonds européens au titre des programmes opérationnels pour lesquels elle est autorité de gestion. Afin de réaliser nos objectifs, nous allons maintenir le travail rigoureux mené depuis 2014 et programmer l’ensemble des crédits européens à notre disposition. En parallèle, la Région sera en alerte permanente pour participer ou accompagner nos partenaires locaux dans le cadre des appels à projets thématiques de l’Union européenne.

La Région Sud possède un écrin de biodiversité entre mer et montagne. Quelles sont les priorités de la Région concernant l’adaptation du territoire à la transition climatique, énergétique et environnementale ?

La transition écologique est l’un des marqueurs clés de notre action. Elle est aussi au cœur des préoccupations de la Commission européenne. Il va sans dire que le Pacte vert européen sera une opportunité et un atout majeur pour permettre aux territoires de continuer à agir durablement sur la production d’énergies propres, la réduction des pertes énergétiques, la décarbonation des activités et la protection de notre biodiversité. Dans ce cadre, les Bouches-du-Rhône pourront compter sur près de 150 millions d’euros, directement gérés par la Région Sud au titre du Fonds de transition juste.

Au-delà des directives nécessaires pour assurer une stratégie commune à l’échelle mondiale, européenne ou nationale, je suis intimement convaincu qu’une majeure partie de notre action pour l’environnement s’opère au plus près des territoires. Fort de ce constat, j’ai fait de la préservation de l’environnement le fil rouge de ma première mandature en lançant en 2017 le Plan climat régional, “une COP d’avance”. Aujourd’hui nous allons plus loin grâce à notre Plan Climat 2 “Gardons une COP d’avance” qui nous permet de mobiliser 40 % de notre budget annuel sur 141 mesures autour de l’air, de la mer, de la terre, de l’énergie et des déchets pour améliorer le quotidien des habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

C’est dans le cadre de ces ambitions assumées que nous avons accueilli en septembre dernier le Congrès mondial de la nature à Marseille. Il a été l’occasion pour de grandes entreprises comme VINCI Autoroutes, et quatre de ses partenaires, de nous rejoindre pour faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur une région sans plastique à l’horizon 2050.

Comment l’aide du Plan de relance se traduit-elle dans votre région ? La crise économique liée au Covid-19 vous a-t-elle amené à soutenir un secteur en particulier ?

Avec le Covid-19 nous avons dû développer une nouvelle méthode de travail, de nouvelles formes d’interactions sociales. Le sans contact s’est démocratisé, les déplacements quotidiens se sont raréfiés. Pour autant, rien ne s’est arrêté et l’ensemble de nos secteurs sont prêts à repartir. Aussi, afin d’être le plus efficace possible et de consommer l’ensemble des fonds mis à notre disposition par le Plan de relance européen, nous avons décidé de nous concentrer sur trois thématiques majeures. La relance économique, la relance numérique et la relance environnementale du territoire régional. Grâce au dispositif REACT-EU, nous pouvons donc compter sur plus de 107 millions d’euros au titre du FEDER pour venir en aide à nos petites et moyennes entreprises, finaliser la transition numérique des lycées régionaux et maintenir notre action en faveur d’un aménagement durable et équilibré de l’ensemble des territoires qui composent la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La Conférence sur l’avenir de l’Europe a été lancée en mai dernier. En tant que Président de Région, comment aimeriez-vous voir évoluer la politique régionale de l’Union européenne ?

Avant d’être Président de Région, j’étais député européen et j’ai appris à connaître l’Europe, à parler “l’européen”. J’ai découvert quel formidable outil l’Union européenne pouvait être pour nos territoires et à travers cette Conférence je me réjouis que nos concitoyens soient appelés à prendre part au futur de la politique européenne. 

Alors que la France prendra bientôt la présidence de l’Union européenne, je souhaite que la politique régionale de l’Europe soit toujours plus à l’écoute du terrain. C’est en ce sens que nous accueillerons les 3 et 4 mars prochains le Sommet des villes et des Régions, coorganisé avec le Comité européen des Régions. Il sera l’occasion d’apporter la contribution des collectivités territoriales européennes aux questions ouvertes par la Conférence sur l’Avenir de l’Europe.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est banniere-region-sud.png.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Renaud Muselier : "La transition écologique est l’un des marqueurs clés de notre action"

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide