Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) soutient l’action des banques alimentaires

Afin d’acheter et de distribuer des denrées alimentaires, la banque alimentaire Paris Ile-de-France perçoit des aides des fonds européens. Un soutien dont profite également l’association MaMaMa afin de venir en aide aux plus démunis, notamment les nourrissons.

La banque alimentaire de Paris et d'Ile-de-France bénéficie de fonds européens pour venir en aide aux plus démunis - Crédits : Roselyne Gautier / Banque alimentaire de Paris et d'Ile-de-France
La banque alimentaire de Paris et d’Ile-de-France bénéficie de fonds européens pour venir en aide aux plus démunis - Crédits : Roselyne Gautier / Banque alimentaire de Paris et d’Ile-de-France

En mars 2020, le gouvernement décrète un confinement de la population pour tenter de faire face à la propagation du Covid-19. Magali Bragard décide alors de devenir bénévole pour l’AP-HP et d’aider à la prise en charge des malades de cette nouvelle maladie. “Très vite, je me suis rendu compte que des gens étaient dans des situations très difficiles et notamment des femmes avec leur nourrissons”, explique-t-elle. L’idée de créer une association pour leur venir en aide s’impose rapidement à Magali Bragard. En compagnie de deux autres collègues (Marielle et Marguerite), qui comme elles sont au service de l’AP-HP et de la Croix-Rouge, elle fonde officiellement MaMaMa (les syllabes communes aux prénoms des trois femmes), le 6 mai (elles sont rapidement rejointes par Aïcha).

Leur objectif : assurer la livraison de produits alimentaires en particulier pour les très jeunes enfants. “Nous avons voulu investir un angle mort de l’aide alimentaire car il faut bien réaliser qu’il existe très peu de produits qui peuvent être distribués aux nourrissons dans ce cadre car ce sont des produits peu périssables et qui finissent rarement dans les colis des banques alimentaires”.

Malgré tout, les jeunes femmes, entourées de “150 à 200 bénévoles réguliers”, indique Magali Bragard, réussissent à livrer dès le 7 mai des produits comme du lait infantile, des céréales, des petits pots ou encore des compotes, dans un ancien studio du Club Dorothée, mis à disposition par la mairie de Saint-Denis et la SEM Plaine Commune Développement.

Nous dévalisons leurs stocks de compotes !”  

L’association récupère notamment des denrées auprès de la Banque alimentaire de Paris et d’Ile-de-France (Bapif). Créée en 1984, elle est affiliée à la Fédération Française des Banques Alimentaires. “Nous travaillons avec MaMaMa depuis septembre 2020”, raconte la présidente de la Bapif Nicole Farlotti. “Chaque mois nous leur proposons une liste d’une dizaine de produits. Elles nous passent commande et viennent récupérer les produits”, poursuit-elle. Malheureusement, dans ces listes “il y a très peu de produits destinés aux nourrissons, donc à chaque passage nous dévalisons leurs stocks de compote !”, explique Magali Bragard.

La banque alimentaire leur propose une trentaine de produits de base - répertoriés chaque année dans le but de répondre aux besoins du plus grand nombre de bénéficiaires possible - achetés grâce à l’aide financière des fonds européens comme le FEAD, pour “Fonds européen d’aide aux plus démunis” (des produits qui viennent compléter le reste des stocks issus des dons notamment). On y trouve entre autres, de la farine, des pâtes, du chocolat, des céréales, de la confiture, des steaks hachés, du beurre et “de l’huile…quand nous en avons”, liste Nicole Farlotti.

Les fonds européens en soutien

Le FEAD soutient les actions menées par les pays de l’UE pour apporter une aide alimentaire et/ou une assistance matérielle de base aux plus démunis. Il permet donc de financer l’achat de denrées alimentaires en particulier mais également de vêtements et d’autres biens essentiels à usage personnel, tels que des chaussures, du savon ou du shampooing.

En France, il est distribué entre quatre organismes : la Croix-Rouge, les Restos du cœur, le Secours populaire et les banques alimentaires”, explique la présidente de la Bapif. La Fédération française des banques alimentaires s’occupe de répartir la part des fonds entre les différentes banques alimentaires.

Ensuite, de notre côté nous passons commande des produits dont nous avons besoin, dans la limite de ce budget”, détaille Nicole Farlotti. “Nous envoyons cette liste à la fédération qui la transmet à France AgriMer [office agricole français ayant pour mission d’appliquer certaines mesures prévues par la Politique agricole commune], qui se charge de faire des appels d’offre avant que les produits ne soient livrés directement dans nos entrepôts”.

Actuellement, les denrées pouvant être distribuées le sont grâce au financement du fonds pour la période 2014-2020. Ou plutôt 2021, car il a été prolongé d’une année en raison de la pandémie. “Lorsque nous avons passé nos commandes en octobre 2021, que nous recevrons en septembre 2022, nous avions à disposition 2,6 millions d’euros”, révèle Nicole Farlotti, ce qui constitue près d’un tiers des approvisionnements de la Bapif.

Un montant stable par rapport à 2019, où la banque alimentaire a pu recevoir 2,8 millions d’euros. Sachant que 2021 a été une année particulière : “Nous avons reçu 4,7 millions d’euros car le plan de relance européen était intégré dedans”. Nicole Farlotti prévoit encore de recevoir environ 2,5 millions d’euros d’aide financière pour l’année prochaine, au moment où débutera la campagne 2022-2027 du FSE+ (Fonds social européen) qui réunira quatre fonds européens, dont le FEAD, qui étaient auparavant distincts.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD) soutient l'action des banques alimentaires

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide