Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

En Corse, le réseau côtier favorise la mobilité douce et durable grâce aux fonds européens

Afin d’encourager la mobilité douce, la Région Corse s’est engagée dans le développement d’un réseau de pistes cyclables, piétonnes et de personnes à mobilité réduite. Le Spassimare et l’Aldilonda, deux promenades longeant le bord de mer de Bastia et financées en partie grâce au Fonds européen de développement régional, incarnent cet engagement.

Le Vieux-Port de Bastia est un lieu touristique de la ville, que traverse le Spassimare
Le Vieux-Port de Bastia est un lieu touristique de la ville traversé par Spassimare - Crédits : sanddebeautheil / iStock

Spassimare : une nouvelle voie piétonne et cyclable à Bastia

Depuis plus de trois ans, les habitants de Bastia et les touristes peuvent profiter d’une nouvelle voie piétonne et cyclable, Spassimare, située dans la commune. Ce projet qui fait partie de la refonte du chemin côtier décidée par la mairie vise à promouvoir la mobilité douce et durable.

Longue de plus de 5 kilomètres, la voie de circulation longe le front de mer de la ville, en allant du port de Toga à la plage de l’Arinella. Réservée aux piétons, aux personnes à mobilité réduite et aux véhicules non motorisés comme les vélos, elle facilite ainsi les déplacements entre le nord et le sud de la deuxième ville la plus peuplée de l’île.

La municipalité a tenu à incorporer un éclairage à ampoules led dans le garde-corps de la promenade, pour éclairer toute la voie et permettre sa fréquentation même à la tombée du jour. Plusieurs traversées piétonnes sécurisées ont été construites, notamment le long des ronds-points segmentant la voie. Des espaces de repos ont également été aménagés le long du parcours, des bancs et des chaises longues permettant aux usagers de faire une halte pour contempler la Méditerranée.

Les financements européens favorisent la transition durable

Ce nouveau réseau de voies vertes le long du front de mer permet de promouvoir la mobilité douce dans la commune de Bastia. La municipalité a voulu faire du Spassimare l’emblème de la transition durable au sein de la ville. Cette réalisation souligne également la volonté d’améliorer l’accessibilité des lieux à tous, en facilitant les déplacements le long du rivage.

Sur un coût global d’un peu plus de 3 millions d’euros, l’Union européenne a participé à hauteur de 60 % au financement du projet, par le biais du Fonds européen de développement régional (FEDER).

Le reste du budget a été financé par la Collectivité de Corse et par la Commune de Bastia, chacune à hauteur de 20 %.

L’Aldilonda : un “balcon sur la mer” pour assurer la liaison entre Spassimare Sud et Nord.

Connectée au Spassimare, l’Aldilonda fait également partie du plan de restructuration global du front de mer de Bastia en faveur de la mobilité douce et durable. La promenade relie le quai sud du Vieux-Port au front de mer par une traversée d’une longueur de 450 mètres situé à 5 mètres au-dessus de la mer. Bâti en contrebas du promontoire qui surplombe le Vieux-Port, l’ouvrage longe les parois rocheuses de la Citadelle médiévale de Bastia, un haut-lieu touristique de la ville.

L'Aldilonda serpente entre les blocs rocheux qui soutiennent la Citadelle de Bastia
L’Aldilonda serpente entre les blocs rocheux qui soutiennent la Citadelle de Bastia - Crédits : Cità di Bastia

Favoriser la mobilité douce à Bastia

Inaugurée en décembre 2020 après 2 ans de travaux, l’Aldilonda remplit un double objectif. La promenade facilite les déplacements en reliant les parties nord et sud de la ville. Ce nouveau “balcon sur la mer” offre aussi une meilleure voie d’accès aux usagers le long de la côte, et permet de mieux raccorder la ville à sa façade maritime.

D’un coût total de 11 millions d’euros, le projet a été financé par la ville, la Collectivité de Corse, et par l’Union européenne via le FEDER.

Ralenti par la crise et des difficultés techniques liées notamment à la découverte de cavités dans la roche, le chantier avait pris du retard. Un temps toutefois nécessaire pour assurer la sécurité de tous les usagers. “Tout a été étudié avec des géotechniciens pour pouvoir amarrer la passerelle au rocher de la citadelle, et ainsi pouvoir résister à la houle grâce à un système de consoles, de tabliers et de dalles ancrés dans la roche”, explique à France 3 Jean-Philippe Spinelli, l’architecte en charge de l’ouvrage.

Ces deux projets, ainsi que celui du Mantinum dévoilé plus tôt dans l’année, permettent de réaliser un véritable réseau de circulation pour les habitants le long du front de mer de Bastia, et symbolisent l’engagement de la région et de l’UE en faveur de modes de déplacements durables et respectueux de l’environnement.



Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur En Corse, le réseau côtier favorise la mobilité douce et durable grâce aux fonds européens

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide