Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Dans les Pays de la Loire, l’Union européenne aide à préserver la biodiversité et restaurer l’environnement

La Région Pays de la Loire bénéficie d'un soutien des fonds européens pour ses actions en faveur de l'environnement. De la biodiversité locale à la restauration de marais à poissons, voici quelques exemples.

Le héron cendré fait partie des espèces recensées dans le Parc naturel régional de Brière, dans les Pays de la Loire
Le héron cendré fait partie des espèces recensées dans le Parc naturel régional de Brière, dans les Pays de la Loire - Crédits : Skynesher / iStock

Seulement 11 % des cours d’eau des Pays de la Loire sont dans un bon état écologique. Un comble lorsque l’on porte le nom de l’un des plus grands fleuves de France. Afin de remédier à cette situation, la Région a mis en place le programme européen LIFE REVERS’EAU pour restaurer le fonctionnement naturel des bassins versants et des cours d’eau. Le principe ? Reconquérir un bon état de ces cours d’eau sur tout le territoire. Un plan d’action qui repose aussi sur la mobilisation et la sensibilisation de la population et des élus autour des enjeux liés à cette précieuse ressource.

Restaurer les rivières des Pays de la Loire

Le projet LIFE REVERS’EAU est composé de nombreux projets, plus ou moins grands, qui contribuent à ces objectifs. 30 kilomètres de haies doivent être plantées et 10 kilomètres de cours d’eau restaurés. A l’origine de perturbations du fonctionnement biologique des milieux aquatiques, 20 obstacles à l’écoulement doivent par ailleurs être supprimés.

C’est le cas tout au long de la rivière Longèves, qui passe près de Fontenay-le-Comte, en Vendée. Elle termine sa course dans la rivière du nom de son département puis dans l’océan, via le Marais poitevin. Gués, écluses ou moulins empêchent parfois l’eau de s’écouler, perturbant par exemple les trajets des anguilles, poissons emblématiques de la région. Sur ce parcours, un château situé à L’Hermenault est agrémenté de seuils, d’un pont ou encore d’un grand bassin circulaire qui servait de piscine à chevaux. Autant d’obstacles au bon écoulement de l’eau qu’il s’agit d’aménager.

Si les premières réflexions sont nées en 2017, la construction du projet avec toutes les parties prenantes a véritablement débuté en janvier 2018. 13 partenaires y participent. Ces initiatives représentent plus de 15 millions d’euros sur 5 ans, dont 7,1 millions sont accordés par l’UE. L’Agence de l’eau Loire-Bretagne est une contributrice importante, avec 4,1 millions d’euros.

LIFE est un programme de l’Union européenne pour la biodiversité et l’environnement. Il a fêté ses 30 ans le 21 mai dernier. LIFE est doté de 5,4 milliards d’euros sur la période 2021-2027.

Restauration d’un marais à poissons

Toujours en Vendée, le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) a participé à la restauration d’un marais à poissons. D’une durée d’un mois, les travaux ont permis de restaurer en 2020 3,5 hectares d’habitats à Talmont-Saint-Hilaire. Situé en zone Natura 2000, le site est l’héritier du travail humain qui a façonné ces marais depuis le Moyen-Âge, investis par de nombreuses espèces entretemps.

Concrètement, le curage du fond de la zone permet de limiter l’envasement, donc de diminuer la quantité de matière organique, et de favoriser ainsi le taux d’oxygène dans l’eau, essentiel à une bonne conservation de ces milieux et des espèces qui y habitent. Le projet a coûté près de 37 000 euros, dont 10 000 euros proviennent du FEADER.

Oiseaux, reptiles, fleurs… recensement de la faune et de la flore du Parc naturel régional de Brière

Qui connaît vraiment le patrimoine naturel de sa commune ? En Loire-Atlantique, près de Saint-Nazaire, 8 villages ont fait l’objet dès 2020 d’un recensement exhaustif des espèces animales et végétales qu’ils abritent. Situés à l’est du Parc naturel régional de Brière (PNR), ces communes ont ensuite été rejointes par 13 autres, à l’ouest du parc. Avec le Fonds européen de développement régional (FEDER), l’UE a financé environ la moitié du projet initial, à savoir 127 000 euros.

Le maintien et la valorisation de ce patrimoine naturel est au cœur de ces “Atlas de la biodiversité communale”. Un site internet permet de recenser et de parcourir les espèces observées sur le territoire, des nénuphars aux loutres en passant par les busards et les écrevisses. Selon Yann Lozachmeur, chargé d’opération pour le PNR, les observations sur les huit premières communes ont par exemple confirmé la forte présence du Morio, un papillon tacheté de bleu et aux ailes bordées d’une couleur crème. Il est aujourd’hui en déclin mais présent dans ce marais riche en biodiversité.

Des animations sont organisées toute l’année afin de partager les connaissances des naturalistes et de faire découvrir au grand public les plantes et animaux qui les entourent. Au programme, sorties nature, initiation aux chants des oiseaux, construction d’abris pour chauve-souris ou recherche de coccinelles.

Article cofinancé par l'UE, en partenariat avec l'ANCT

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Dans les Pays de la Loire, l'Union européenne aide à préserver la biodiversité et restaurer l'environnement

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide