Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Actualité

Soupçons de détournement de fonds européens : Marine Le Pen et le RN seront jugés à partir de septembre

Le RN et 27 personnalités liées au parti sont soupçonnés d’avoir détourné des fonds de l’UE dédié aux assistants parlementaires des eurodéputés. Montant du préjudice estimé : au moins 6,8 millions d’euros.

Marine Le Pen a été députée européenne de 2004 à 2017 - Crédits : Michel CHRISTEN / Parlement européen
Marine Le Pen a été députée européenne de 2004 à 2017 - Crédits : Michel CHRISTEN / Parlement européen

Rendez-vous est pris pour les dirigeants du Rassemblement national. A compter du 30 septembre et jusqu’au 27 novembre, Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen, le RN et des cadres du parti dans les années 2010 seront jugés par le tribunal correctionnel de Paris, a indiqué la juridiction ce mercredi 27 mars.

La double finaliste à l’élection présidentielle ainsi que 26 autres personnalités liées au parti nationaliste sont soupçonnées de détournement de fonds européens. Ils auraient mis en place entre 2004 et 2016 un système de rémunération par l’Union européenne des assistants parlementaires d’eurodéputés frontistes qui travaillaient en réalité pour le compte du parti, et non pour les eurodéputés en question.

Marine et Jean-Marie Le Pen parmi les prévenus

A ce titre, Marine Le Pen, députée européenne de 2004 à 2017, sera jugée pour détournement de fonds publics et complicité. Elle a toujours contesté ces faits dont elle est soupçonnée. Sur le banc des prévenus figurent d’autres personnalités emblématiques de la formation d’extrême droite. A commencer par son fondateur, Jean-Marie Le Pen, qui a siégé sur les bancs du Parlement européen de 1984 à 2003, puis de 2004 à 2019. Son état de santé pourrait toutefois le dispenser d’assister au procès.

Le maire de Perpignan Louis Aliot, l’ancien numéro deux du parti Bruno Gollnisch, et l’eurodéputé désormais vice-président de Reconquête, Nicolas Bay, figurent parmi les prévenus. En tout, 11 personnes ayant été élues eurodéputés et 12 autres ayant été assistants parlementaires à Strasbourg doivent être jugés, ainsi que quatre collaborateurs du partis.

Au moins 6,8 millions d’euros de préjudice

L’enquête sur ces soupçons de détournement de fonds européens a débuté en mars 2015, lorsque le Parlement européen a annoncé avoir saisi l’office anti-fraude de l’UE (Olaf) à propos d’irrégularités qui auraient commises par le Front national (depuis devenu Rassemblement national) portant sur des salaires versés à des assistants parlementaires. Deux juges d’instruction financiers parisiens se sont ensuite chargés des investigations. Par la suite, Marine Le Pen a été mise en examen en juin 2017 pour “abus de confiance” et “complicité”, des poursuites requalifiées plus tard en “détournement de fonds publics”.

Le Rassemblement national et ses élus et dirigeants de l’époque sont ainsi soupçonnés d’avoir mis en place “de manière concertée et délibérée [un] système de détournement” des enveloppes allouées par l’UE à chaque député pour rémunérer des assistants parlementaires. Ces enveloppes s’élèvent à 21 000 euros par mois.

Les assistants parlementaires n’auraient en réalité pas travaillé pour le compte de leur eurodéputé dans le cadre de leur travail parlementaire au niveau européen, mais plutôt pour le compte du RN. Ce qui aurait permis au parti nationaliste d’effectuer des économies salariales, faisant reposer le travail des petites mains du parti sur les moyens financiers du Parlement européen.

Ce dernier, qui s’est porté partie civile dans ce procès, avait évalué en 2018 son préjudice à 6,8 millions d’euros sur une période allant de 2009 à 2017.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Soupçons de détournement de fonds européens : Marine Le Pen et le RN seront jugés à partir de septembre

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide