Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Parlement européen : le Fidesz de Viktor Orbán quitte le groupe conservateur

Le Premier ministre hongrois a annoncé mercredi que son parti quittait le groupe du Parti populaire européen au Parlement européen. Après des années de conflits, ce dénouement politique préfigure une recomposition de la droite européenne.

Viktor Orbán a anticipé une potentielle exclusion de son parti du PPE
Viktor Orbán a anticipé une potentielle exclusion de son parti du PPE - Crédits : Conseil européen

Claquement de porte” , commence Le Monde. Après que l’information a circulé dans les médias hongrois, c’est dans une lettre postée sur Twitter par une des ministres de son gouvernement que Viktor Orbán a fait connaître sa décision, avec “effet immédiat” [Le Monde]. Les membres de son parti, le Fidesz, se sont ainsi retirés du groupe du Parti populaire européen (PPE) au Parlement de Strasbourg. Si le parti hongrois “n’est désormais plus [attaché] au contingent parlementaire PPE, [il] n’a pas encore abandonné la structure-parti PPE” [Courrier international]. Suspendu de cette dernière depuis 2019, il pourrait toutefois en être bientôt exclu pour de bon.

La décision de M. Orbán a été prise après une réforme des statuts votée mercredi, qui permet aux membres du groupe PPE “de sanctionner par une suspension ou une exclusion toute dérive d’un groupe d’élus qui ne respecteraient plus les valeurs du parti” [Les Echos]. Cette nouvelle disposition a été adoptée avec une large majorité de 148 voix contre 28. Le quotidien régional Ouest-France parle d’un “chiffon rouge” pour Viktor Orbán, qui a dénoncé une démarche “antidémocratique, injuste et inacceptable” ne respectant pas “le Fidesz et [ses] électeurs” [La Libre].

Le groupe des conservateurs, qui perd ainsi 12 députés, demeure malgré tout la principale force au Parlement européen. “Maintenant, la question pour Orbán et le PPE est de savoir si la rupture va leur profiter ou leur nuire à long terme” , commente Maïa de La Baume pour Politico. Du côté du Fidesz, le parti “perd sa place au sein d’une grande force politique, influente et riche, qui lui a donné une plate-forme pour faire valoir ses intérêts sur la scène européenne” , poursuit le média.

Vers une unification de la droite dure au Parlement européen ?

C’est la fin, provisoirement du moins, d’une longue, très longue, saga” , rappelle Le Soir. Le Monde évoque quant à lui le “tumultueux compagnonnage” entre le Fidesz et le PPE depuis des années. Si “l’exclusion du Fidesz a été réclamée plusieurs fois au sein du PPE, en raison de ses virulentes prises de position anti-UE et de mesures jugées attentatoires aux droits fondamentaux” [La Libre], il demeurait soutenu au sein de la droite européenne. Ainsi, “les acteurs principaux du spectacle de mercredi ont été les chrétiens-démocrates allemands (CDU) […] et leurs alliés bavarois de la CSU, longtemps réticents à agir contre [le parti magyar] mais qui ont soutenu le changement de règle” [Politico].

Les députés provenant des pays nordiques et du Benelux, “moins enclins à l’indulgence vis-à-vis du dirigeant hongrois que leurs partenaires, allemands notamment” , étaient les plus prompts à demander des sanctions contre le gouvernement de Budapest [Le Point]. L’élu belge membre du PPE Benoît Lutgen a estimé que c’était une “très bonne nouvelle” , dans un tweet rapporté par La Libre. Finalement, lors du vote interne de mercredi, Viktor Orbán “n’a été soutenu que par quelques élus slovènes, croates, italiens, roumains de la minorité hongroise et par la Française Nadine Morano” [Le Monde].

Quel groupe le parti hongrois va-t-il désormais rejoindre ? Celui des Conservateurs et réformistes européens (CRE) est souvent mentionné, où dominent les ultraconservateurs polonais de Droit et Justice (PiS). C’est “le choix le plus probable et le plus logique” selon le média hongrois Index, cité par Courrier international. Le CRE a “immédiatement fait part de sa ‘solidarité’ avec le Fidesz” , font savoir Florence La Bruyère et Jean Quatremer dans Libération. Le groupe pourrait d’ailleurs accueillir d’autres nouveaux arrivants : “au sein du [PPE], certains spéculent sur un autre départ prochain : celui des quatre députés slovènes du Premier ministre Janez Janša” , également très marqué à droite [Le Point].

Les autres sujets du jour

Allemagne

Brexit

Economie

Politique et élections

Suède

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Parlement européen : le Fidesz de Viktor Orbán quitte le groupe conservateur

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide