Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Qatargate : le Parlement européen poursuit son introspection

Le Parlement européen tente de faire toute la lumière sur les soupçons de corruption visant certains de ses membres depuis vendredi dernier. Après la destitution de la vice-présidente grecque Eva Kaïlí, l’institution réfléchit au renforcement de ses règles de transparence.

Dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de corruption du Parlement européen au profit du Qatar, des bureaux de l'institution ont été placés sous scellés, et plus d'un million d'euros saisis en cash, pour partie au domicile de l'eurodéputée Eva Kaïlí
Dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de corruption du Parlement européen au profit du Qatar, des bureaux de l’institution ont été placés sous scellés et plus d’un million d’euros saisis en cash, pour partie au domicile de l’eurodéputée grecque Eva Kaïlí - Crédits : Oleksii Liskonih / iStock

Pour tous, c’est un premier soulagement”, débute Le Monde. Mardi 13 décembre, le Parlement européen a démis à une écrasante majorité l’élue grecque Eva Kaïlí de sa fonction de vice-présidente, “alors que plusieurs centaines de milliers d’euros ont été découvertes dans son appartement bruxellois”, rappelle La Croix.

Les eurodéputés se sont également prononcés, ce jeudi, “sur une résolution qui dénonce en des mots très durs cette ingérence présumée de l’Emirat, qui aurait cherché à influencer les votes de l’assemblée et ainsi redresser son image dans l’opinion européenne” [Les Echos]. La résolution réclame “la création d’un poste de vice-président chargé de l’intégrité et d’une commission chargée d’évaluer les failles dans les règles de transparence du Parlement”.

Il y a trois jours, la présidente du Parlement européen Roberta Metsola avait promis de lancer “un processus de réforme pour voir qui a accès à nos locaux, comment ces organisations, ONG et personnes sont financées, quels liens ils ont avec les pays tiers”, rappelle Le Monde.

Réactions internes

Les représentants de l’Alliance des socialistes et démocrates (S&D), dont sont issus Eva Kaïlí et d’autres suspects, n’ont pas manqué de réagir. “Notre engagement à représenter et à servir les citoyens européens est clair et ne sera pas entaché par le comportement criminel de certains”, a notamment déclaré la présidente du groupe Iratxe García Pérez, citée par Le Monde. “D’autres eurodéputés ont été suspendus, en attendant les développements de l’affaire”, relate La Croix.

Une “vague d’arrestations et de perquisitions des bureaux et des domiciles des députés européens et des assistants parlementaires”, opérée par la police belge, a par ailleurs eu lieu ces derniers jours, rapporte El Mundo. L’audience de comparution devant la justice de Mme Kaïlí, écrouée depuis dimanche dernier, a quant à elle été reportée au 22 décembre. “L’élue restera en détention jusque-là”, indique Le Parisien.

Jeu du Qatar et Maroc

A Bruxelles, le haut niveau de responsabilité des personnes visées dans l’affaire a provoqué un choc. En revanche, “ce qui n’a surpris personne”, tranche El Mundo, “c’est le fait qu’un ou plusieurs Etats étrangers aient tenté d’influencer les députés européens pour obtenir une politique favorable à ses intérêts”.

Et outre le Qatar, “les enquêtes pointent [désormais] du doigt un deuxième pays au moins, le Maroc, dans le système de corruption présumé au sein du Parlement européen”, indique le quotidien espagnol.

Selon des informations révélées par De Morgen et De Standaard ce mercredi et relayées par L’Echo, le pays est désormais “dans le collimateur de la justice”. L’ambassadeur marocain en Pologne Abderrahim Atmoun pourrait en effet avoir joué un rôle d’intermédiaire pour fournir “des cadeaux physiques ou des paiements” à la fille et à la femme de l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri, l’une des quatre personnes actuellement sous les verrous dans le cadre du Qatargate.

Des conséquences pour 2024 ?

L’enquête “déploie progressivement ses tentacules” [El Mundo]. Alors que le Conseil européen qui s’est ouvert ce matin doit avancer sur d’autres sujets clés, la présidente du Parlement européen Roberta Metsola doit y “informer les 27 dirigeants nationaux des détails troublants” de l’affaire, indique Politico.

A Strasbourg, les députés ont déjà en tête les prochaines élections européennes de 2024. La plupart d’entre eux craignent que “le scandale [ne marque] toute la fin de la législature” et “donne lieu à toutes sortes de spéculations sur son ampleur ou le fait que d’autres Etats tiers auraient pu se livrer à des pratiques similaires” [Les Echos].

Pour Politico, “les élections européennes sont traditionnellement l’occasion pour les forces anti-européennes de faire entendre leur voix”. Dans ces circonstances, “il est à craindre que le scandale du Qatar, qui a secoué le Parlement, ne discrédite encore plus l’institution”, conclut le média en ligne.

Les autres sujets du jour

Conseil européen

Elargissement

Numérique

Prix Sakharov

Relations extérieures

Royaume-Uni

Suède

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Qatargate : le Parlement européen poursuit son introspection

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide