Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Le Parlement européen secoué par un scandale de corruption en lien avec le Qatar

Après l’interpellation de six personnes par la police belge vendredi 9 décembre, pour soupçons de corruption au profit d’un Etat du Golfe, le Qatar, quatre d’entre elles ont été écrouées hier à Bruxelles. La présence d’une eurodéputée sème le trouble dans les rangs de l’institution, alors qu’une semaine décisive sur plusieurs dossiers européens s’ouvre à Strasbourg et Bruxelles.

La vice-présidente du Parlement européen Eva Kaïli (ici le 7 décembre dernier), a été inculpée pour corruption et blanchiment d'argent dans le cadre d'une enquête menée par un juge belge sur des soupçons de versements effectués par le Qatar
La vice-présidente du Parlement européen Eva Kaïlí (ici le 7 décembre dernier), a été inculpée pour corruption et blanchiment d’argent dans le cadre d’une enquête menée par un juge belge sur des soupçons de versements effectués par le Qatar - Crédits : Parlement européen

L’annonce a provoqué un ‘tremblement de terre’ sur la scène politique européenne, avec le Parlement européen au cœur du problème”, écrit le quotidien grec Efsyn. Révélées par les journaux belges Knack et Le Soir, “plus d’une quinzaine de perquisitions ont été menées par les agents de l’Office central [belge] pour la répression de la corruption” vendredi dernier à Bruxelles.

Une enquête “visant des responsables soupçonnés de corruption au profit d’un Etat du Golfe a fortement secoué le Parlement européen”, indiquait samedi Le Monde qui mentionne désormais expressément le Qatar. Car parmi les personnes interpellées figure l’eurodéputée grecque Eva Kaïlí, membre du groupe Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D) et vice-présidente de l’institution. “La sociale-démocrate grecque est la personne la plus haut placée impliquée dans l’affaire”, note El País.

Au micro de France Inter, Pierre Haski relate qu’une “opération pare-feu a été déclenchée” compte tenu du retentissement de l’affaire. La présidente du Parlement européen Roberta Metsola a décidé “de suspendre avec effet immédiat tous les pouvoirs, devoirs et tâches qui ont été délégués à Eva Kaïlí en sa qualité de vice-présidente du Parlement européen”, a annoncé un porte-parole de la Maltaise cité par La Libre. Le Pasok, le parti socialiste grec, a décidé d’exclure la députée tandis que l’Autorité grecque de lutte contre le blanchiment d’argent a annoncé avoir gelé tous ses avoirs. L’“ancienne présentatrice de télévision […] était vue comme une étoile montante du parti” en Grèce, indique Le Parisien.

Corruption

Quatre personnes ont été écrouées dimanche pour “appartenance à une organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption”. Elles sont soupçonnées “d’avoir accepté de l’argent du Qatar pour redresser l’image de l’Emirat et influencer les décisions de l’assemblée européenne” [Les Echos]. “Les autorités judiciaires n’ont pas livré leur nom, mais il s’agit d’Eva Kaïlí, […] de Francesco Giorgi, un assistant parlementaire qui est son compagnon, de Pier Antonio Panzeri, ancien eurodéputé social-démocrate italien […] et de Niccolo Figa-Talamanca, dirigeant de l’ONG No Peace Without Justice”, liste Le Monde.

La Stampa rapporte que lors des 16 perquisitions effectuées, “environ 600 000 euros en espèces ont été saisis, ainsi que du matériel informatique et des téléphones portables”. “C’est l’une des plus grandes affaires de corruption à avoir ébranlé une institution européenne”, estime Pierre Haski [France Inter].

Au vu de l’enquête, Eva Kaïlí doit être remplacée en tant que vice-présidente du Parlement européen afin de protéger la respectabilité de l’institution et la confiance des citoyens”, a déclaré la présidente du groupe S&D Iratxe García Pérez citée par El País.

Selon plusieurs médias dont le journal allemand Die Welt, “le Qatar aurait tenté d’exercer une influence sur le Parlement européen, par exemple en offrant des cadeaux”.

Le Qatar au centre du jeu

L’affaire éclate en pleine Coupe du monde 2022 de football, “alors que le pays organisateur doit déployer des efforts pour défendre sa réputation décriée en matière de respect des droits humains, notamment ceux des travailleurs”, souligne La Libre. Pour La Stampa, “c’est précisément sur la piste de la protection des droits de l’homme, notamment à l’approche de la Coupe du monde, que la relation avec le Qatar a pu se développer”.

Le Soir rappelle qu’une rencontre officielle entre Eva Kaïlí et Ali bin Samikh al Marri, ministre qatari du Travail, a eu lieu le 1er novembre dernier, peu avant le début du Mondial. Lors du débat et du vote, fin novembre dernier, d’une résolution condamnant les violations des droits humains au Qatar, “des eurodéputés S&D et d’autres groupes avaient voté contre”, se souviennent Les Echos.

Après ces développements, le discours monumental d’Eva Kaïlí au Parlement européen, au cours duquel elle a fait d’énormes déclarations de soutien au Qatar, affirmant qu’il est un pionnier en matière de droits du travail, ne devrait plus susciter tant de questions”, dénonce railleur Efsyn.

Climat “électrique

Le Parlement européen, “qui se réunit [cette semaine] à Strasbourg dans une plénière qui s’annonce électrique, va évidemment débattre de ces révélations”, relatent Les Echos. Les eurodéputés devaient notamment valider l’ouverture de pourparlers “en vue de finaliser un texte facilitant le régime de visas pour les voyageurs du Qatar et du Koweït” [France info]. Une mesure à laquelle ont d’ores et déjà prévu de s’opposer de nombreux eurodéputés compte tenu du contexte.

L’institution européenne va devoir se livrer à une sérieuse introspection si les faits sont confirmés”, estime Pierre Haski [France Inter]. “Car elle risque d’en sortir affaiblie, alors qu’elle est notamment engagée dans un bras de fer financier avec la Hongrie de Viktor Orbán [sur le respect des valeurs de l’état de droit]. Il lui sera plus facile de discréditer Bruxelles après l’épisode qatari”, conclut le journaliste.

Les autres sujets du jour

Energie

Environnement

Guerre en Ukraine

Numérique

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le Parlement européen secoué par un scandale de corruption en lien avec le Qatar

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide