Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

L’Union européenne lance deux nouvelles plateformes de réseaux sociaux

Plusieurs agences et institutions européennes ont investi Mastodon et Peertube, des alternatives open source aux réseaux sociaux traditionnels. Une manière de promouvoir un modèle européen du numérique plus respectueux des données personnelles.

L'Union européenne lance deux nouvelles plateformes de réseaux sociaux
Crédits : Akinbostanci / iStock

A l’heure où le milliardaire américain Elon Musk a racheté le réseau social Twitter, provoquant quelques polémiques entre internautes, l’UE s’est installée chez son concurrent, Mastodon. Ici, pas de “tweet” mais des “pouets”, des messages instantanés pour communiquer avec sa communauté.

“EUVoice” et “EUVideo”

Open source, décentralisée et gratuite, la plateforme Mastodon cumule en effet de nombreux avantages. Créé en 2016 par le jeune développeur allemand Eugen Rochko, le logiciel concurrent du petit oiseau bleu n’est pas envahi de publicités et ne cible pas ses utilisateurs. Il est par ailleurs financé grâce à des dons.

Baptisé “EuVoice”, le serveur ouvert fin avril par l’Union européenne compile ainsi des messages provenant de différentes institutions et d’organes officiels. La Cour de justice de l’UE a ainsi son propre compte, tout comme l’Agence européenne pour le programme spatial. Cette initiative a été lancée par le Contrôleur européen de la protection des données (CEPD), l’équivalent de la CNIL à l’échelle de l’UE.

Exemple de "fil" de la Cour de justice de l'UE
Exemple de “fil” de la Cour de justice de l’UE - Crédits : capture d’écran du compte EuVoice @Curia_fr

En parallèle, le régulateur européen a également développé “EUVideo” grâce au logiciel Peertube, une plateforme vidéo sur le modèle de YouTube répondant à des exigences similaires à Mastodon en matière de respect de la vie privée.

Concrètement, cela signifie, par exemple, que EUVoice et EUVideo ne s’appuient pas sur des transferts de données personnelles vers des pays en dehors de l’Union européenne et de l’Espace économique européen ; il n’y a pas de publicité sur les plateformes ; et il n’y a pas de profilage des individus qui peuvent utiliser les plateformes”, explique Wojciech Wiewiórowski, le contrôleur européen de la protection des données. “Ces mesures, parmi d’autres, donnent aux individus le choix et le contrôle sur la façon dont leurs données personnelles sont utilisées”, ajoute le responsable.

Ces deux initiatives sont pour l’instant des pilotes, les agents européens vont ainsi recueillir les avis des utilisateurs pour comprendre les capacités de ces plateformes et promouvoir des alternatives aux réseaux sociaux habituels.

A la fin de l’année 2020, la Commission européenne avait dévoilé sa stratégie à l’horizon 2023 en matière de logiciels libres, souhaitant privilégier l’ouverture des codes sources des logiciels “afin de fournir de meilleurs services européens qui visent à réduire les coûts pour la société et l’enrichissent”.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur L'Union européenne lance deux nouvelles plateformes de réseaux sociaux

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide