Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Revue de presse

Elections européennes : avec Nicolas Schmit comme candidat commun, les socialistes européens lancent leur campagne

Lors de son congrès ce week-end à Rome, le Parti socialiste européen a investi le commissaire européen Nicolas Schmit comme tête de liste commune pour le scrutin de juin. Le Luxembourgeois fera campagne sur la promesse d’une “Europe sociale”, avec pour objectif de limiter la percée des nationalistes.

Nicolas Schmit (au centre) est commissaire européen à l'Emploi et aux Droits sociaux depuis 2019 - Crédits : compte X du Parti socialiste européen
Nicolas Schmit (au centre) est commissaire européen à l’Emploi et aux Droits sociaux depuis 2019 - Crédits : compte X du Parti socialiste européen

Ces samedi 2 et dimanche 3 février, les socialistes européens étaient réunis à Rome pour lancer leur campagne des élections européennes, du 6 au 9 juin prochain. Une “ville doublement symbolique”, indiquent Les Echos : d’une part “c’est dans la capitale italienne que fut signé, en 1957, le traité fondateur de ce qui est devenu l’UE”, d’autre part l’actuelle cheffe du gouvernement, Giorgia Meloni, est membre de la droite radicale populiste.

Eurodéputés, députés, patrons de partis, commissaires européens et chefs de gouvernement, tous ont estimé que ces élections [européennes] étaient ‘les plus importantes’ depuis des décennies, plus de deux ans après l’invasion de l’Ukraine par la Russie et face à l’hypothèse d’une vague ‘illibérale’ dans les urnes”, rapporte RFI.

Limiter la poussée nationaliste

A la tribune, les différents orateurs ont rappelé l’importance de lutter contre les nationalistes qui, d’après les sondages, pourraient augmenter largement leurs effectifs au Parlement européen à l’issue du scrutin. “L’âme de l’Europe est en danger […]. Les fantômes du passé sont une nouvelle fois aux portes de nos institutions”, a ainsi mis en garde le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez [Le Monde].

Celui qui préside actuellement l’Internationale socialiste a également fustigé la “haine, l’avidité, le mensonge, le déni climatique, l’autoritarisme” de l’extrême droite. “Ils possèdent des armes numériques et ils ont de puissants alliés à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe. Mais nous les battrons, comme nous les avons battus jadis”, a-t-il ajouté, cité par Le Monde.

A l’occasion de ce congrès, le Parti socialiste européen (PSE) en a profité pour dévoiler son manifeste, intitulé “L’Europe que nous voulons : sociale, démocratique et durable”. Les socialistes y promettent notamment “de continuer à aider l’Ukraine, de promouvoir la paix au Proche-Orient et d’augmenter le budget de défense et de sécurité de l’Union européenne, élargie à davantage de pays dans un futur plus ou moins proche”, liste Euronews.

Nicolas Schmit “Spitzenkandidat”

Pour incarner cette voie et porter ce programme, les socialistes européens ont désigné leur candidat commun (ou Spitzenkandidat) en la personne de Nicolas Schmit. Soit la tête de liste susceptible de présider la Commission européenne si son parti remporte le scrutin de juin. Actuel commissaire européen à l’Emploi et aux Droits sociaux au sein de la commission présidée par Ursula von der Leyen, le Luxembourgeois de 70 ans est considéré comme “un spécialiste du travail [et] des questions sociales” [Les Echos].

A ce poste, il a notamment “œuvré aux mécanismes de soutien au marché du travail lors de la pandémie”. Après l’invasion de l’Ukraine, “il s’est impliqué dans l’intégration des réfugiés ukrainiens dans leur pays d’accueil”. “Il réfléchit aussi aux moyens de pallier la pénurie de main-d’œuvre dont souffrent les économies européennes, via une immigration légale et balisée, fondée sur les compétences”, énumèrent Les Echos.

Malgré ses états de service européens, Nicolas Schmit reste “inconnu du grand public”, note Libération. Un candidat commun des sociaux-démocrates européens à qui “la responsabilité échoit presque par défaut”, poursuit le journal français. L’article rappelle par ailleurs que “Frans Timmermans, ancien vice-président de la Commission européenne et poids lourd socialiste”, était initialement pressenti pour endosser ce rôle, avant qu’il ne démissionne en 2023 pour se présenter aux élections législatives néerlandaises.

Mais pour les socialistes, l’enjeu semble se situer ailleurs. “Sauf surprise, le PSE devrait rester, à l’issue des élections européennes des 6 et 9 juin, la deuxième force politique d’Europe, et peser sur la prochaine législature”, ajoute Libération. “Le groupe socialiste se voit comme un faiseur de rois et d’alliances au Parlement où il devrait conserver 140 eurodéputés selon les projections. […] Le camp socialiste peut espérer arracher des concessions en échange de son soutien lors du vote de confirmation par les eurodéputés du ou de la présidente de la Commission européenne”, anticipe le quotidien.

Les autres sujets du jour

Asile et migrations

Commerce

Défense

Elections européennes

Energie

Environnement

Institutions

Numérique

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Elections européennes : avec Nicolas Schmit comme candidat commun, les socialistes européens lancent leur campagne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide