Derniers articles publiés

Le taux de chômage en Europe

Carte et comparatif 01.08.2018

Avec 16,82 millions de personnes sans emploi, le taux de chômage dans l'Union européenne atteint 6,8% en juillet 2018, et 8,2% dans la zone euro. Il s'agit des taux les plus faibles depuis la crise de 2008.

Plus de 17 millions d'Européens sans emploi

Selon Eurostat, 16,82 millions de personnes étaient au chômage dans l'Union européenne en juillet 2018 (6,8% de la population active), dont 13,38 millions au sein de la zone euro (8,2%). Comparé à juillet 2017, le chômage a baissé de 1,94 million de personnes dans l’UE28 et de 1,37 million dans la zone euro.

En matière d'emploi, les contrastes en Europe sont marqués : une amplitude de 17 points sépare les extrêmes. Quand la République tchèque connait un taux de chômage de 2,3% et que l'Allemagne enregistre 3,4%, celui-ci culmine en Grèce (19,5% en mai 2018) et en Espagne (15,1%). La France, elle, se classe en 4e position des Etats les plus touchés par le chômage (9,2%) tandis que la moyenne de la zone euro est à 8,2%.

Source : Eurostat

Sur un an, le taux de chômage a baissé dans tous les États membres. Les baisses les plus marquées ont été observées à Chypre (de 10,7% à 7,7%), en Grèce (de 21,7% à 19,5% entre mai 2017 et mai 2018), au Portugal (de 8,9% à 6,8%) et en Croatie (de 10,9% à 8,8%).

Source : Eurostat

Les contrastes européens en matière de chômage sont encore plus visibles chez les jeunes, avec une différence allant du simple au quintuple entre les extrêmes.

Le taux de chômage des jeunes en Europe

Remarque : pour l'office européen des statistiques Eurostat, le taux de chômage représente le pourcentage de chômeurs dans la population active, sur la base de la définition de l'Organisation Internationale du Travail (OIT). La population active représente le nombre total des personnes ayant un emploi ou étant au chômage. Les chômeurs sont les personnes âgées de 15 à 74 ans qui :

  • sont sans travail pendant la semaine de référence,
  • sont disponibles à commencer à travailler dans les deux semaines suivantes,
  • qui soit ont été à la recherche active d'un travail pendant les quatre semaines précédentes, soit qui ont trouvé un travail à commencer dans les trois mois suivants.