Derniers articles publiés

Qui sont les futurs commissaires européens ?

Synthèse 10.09.2019 Boran Tobelem

Tous les candidats aux postes de commissaires européens sont désormais connus. De même que leurs portefeuilles depuis mardi 10 septembre. Découvrez les noms et les parcours de celles et ceux qui sont amenés à composer la nouvelle Commission européenne... si le Parlement européen les confirme à ce poste.

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 16 juillet 2019 au Parlement européen, jour de son élection par les eurodéputés - Crédits : Pietro Naj-Oleari / Flickr

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 16 juillet 2019 au Parlement européen, jour de son élection par les eurodéputés - Crédits : Pietro Naj-Oleari / Flickr

Présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen, la future Commission européenne devrait entrer en fonction le 1er novembre 2019. D'ici là plusieurs étapes sont encore nécessaires à sa formation.

Le processus de renouvellement a commencé en juillet, au Parlement européen, avec l'élection de Mme von der Leyen à la tête du futur exécutif européen. Au mois d'août, les Etats membres ont ensuite eu pour tâche de désigner leurs candidats (un par Etat membre) pour constituer le nouveau collège de commissaires. Sauf le Royaume-Uni qui a décidé de ne pas en proposer en raison de son départ de l'UE, prévu le 31 octobre.

Conformément à l'exigence d'Ursula von der Leyen, le nouveau collège pourrait atteindre la parité puisque 13 femmes et 14 hommes ont été proposés, en comptant la future présidente.

Mardi 10 septembre, celle-ci a dévoilé les portefeuilles attribués à chaque candidat. C'est-à-dire leur futur domaine d'action. Comme le commerce, les transports ou l'éducation, par exemple.

Les commissaires européens : nomination et attributions

Du 30 septembre au 8 octobre, les potentiels futurs membres de la Commission seront ensuite auditionnés par les députés au Parlement européen. A la suite de ces auditions, les eurodéputés auront la possibilité de faire connaître leur désapprobation à la nomination d'un ou de plusieurs candidats. Si ces derniers ne sont pas remplacés, les parlementaires pourront retoquer le collège de commissaires dans son ensemble. Le vote d'approbation, condition sine qua non à l'entrée en fonction de la nouvelle Commission, aura lieu pendant la session plénière du 21 au 24 octobre.

Agenda européen : les temps forts de la rentrée

Voici donc la liste des personnalités désignées pour composer la future Commission européenne, avec leur affiliation partisane au niveau européen ainsi que les portefeuilles qui pourraient leur être confiés.

 

 

Présidente

Allemagne - Ursula von der Leyen (Parti populaire européen (PPE), droite conservatrice)

Ursula von der Leyen - Crédits : Pietro Naj-Oleari / FlickrProche d'Angela Merkel, ministre fédérale de 2005 à 2019 aux portefeuilles de la Famille et de la Jeunesse, du Travail puis de la Défense, elle est la première femme à avoir été élue au poste de présidente de la Commission européenne par le Parlement européen, le 16 juillet 2019.

Vice-présidents

Pays-Bas - Frans Timmermans (Parti socialiste européen (PSE), sociaux-démocrates) : vice-président exécutif en charge du Green deal européen et commissaire à la Lutte contre le changement climatique ; commissaire sortant

Frans Timmermans - Crédits : Jennifer Jacquemart / Commission européenneSpitzenkandidat des sociaux-démocrates aux élections européennes de 2019, il aurait donc aimé diriger la Commission européenne. Les chefs d'Etat et de gouvernement lui ont néanmoins promis qu'il conserverait son statut de vice-président. Dans la Commission Juncker, il avait la charge de l'Amélioration de la législation, des Relations inter-institutionnelles, de l'État de droit et de la Charte des droits fondamentaux. Poste qui l'a amené à défendre l'Etat de droit en Europe et à provoquer l'ire de certains Etats de l'Est, notamment de la Hongrie de Viktor Orbán. Avant d'être membre de la Commission, il a été Secrétaire d'Etat puis ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas de 2007 à 2014.

Danemark - Margrethe Vestager (Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (ALDE), centristes libéraux) : vice-présidente exécutive pour l'Europe numérique et commissaire à la Concurrence ; commissaire sortante

Margrethe Vestager - Crédits : Lukasz Kobus  / Commission européenne A la suite d'une carrière nationale en tant que ministre de l'Education et des Affaires ecclésiastiques de 1998 à 2001, puis de l'Economie ainsi que de l'Intérieur de 2011 à 2014, elle devient cette même année commissaire à la Concurrence de la commission Juncker. Ses actions contre les pratiques fiscales d'Apple en Irlande ou encore contre les abus de position dominante de Google en font une figure emblématique de l'UE.

Lettonie - Valdis Dombrovskis (PPE) : vice-président exécutif pour l'Economie au service des personnes et commissaire aux Services financiers ; commissaire sortant

Valdis Dombrovskis - Crédits : Aron Urb / FlickrVice-président de la Commission européenne sortante, chargé de l'Euro et du Dialogue social, il est aussi, depuis 2014, commissaire à la Stabilité financière, aux Services financiers et à l'Union du marché des capitaux. Précédemment, il avait occupé le poste de ministre des Finances letton de 2002 à 2004. Puis, après un mandat de parlementaire européen, il avait été Premier ministre de 2009 à 2014, dirigeant trois gouvernements successifs.

Espagne - Josep Borrell (PSE) : vice-président ; Haut représentant de l'Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité

Josep Borrell - Crédits : Aad Meijer / Wikimedia CommonsMembre de l'exécutif espagnol de 1991 à 1996, sa carrière prend une dimension résolument européenne lors de son élection au Parlement européen en 2004, qui le propulse directement à la présidence de l'assemblée jusqu'en 2007. Après un retour au gouvernement espagnol en qualité de ministre des Affaires étrangères en 2018, le Conseil européen le désigne Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité en juillet 2019 (ce qui en fait un membre du collège de commissaires, sous réserve d'approbation de ce dernier par le Parlement européen).

République tchèque - Věra Jourová (ALDE) : vice-présidente aux Valeurs et à la Transparence ; commissaire sortante

Věra Jourová - Crédits : Annika Haas / FlickrCommissaire européenne sortante à la Justice, aux Consommateurs et à l'Égalité des genres, elle a aussi été quelques mois ministre du Développement régional de son pays avant d'occuper ce poste.

Grèce - Margaritis Schinas (PPE) : vice-président à la Protection du mode de vie européen

Margaritis Schinas - Crédits : Basia Pawlik / Commission européenne Après avoir été député européen de 2007 à 2009, il est porte-parole en chef de la Commission européenne depuis 2014 et est donc loin d'être étranger à cette institution et à son fonctionnement.

Slovaquie - Maroš Šefčovič (PSE) : vice-président aux Relations interinstitutionnelles et à la Prospective ; commissaire sortant

Maroš Šefčovič - Crédits : Lukasz Kobus / Commission européenneDiplomate de carrière, il est commissaire européen depuis 2009. Depuis l'année suivante, il fait partie des vice-présidents de l'institution. Chargé des Relations interinstitutionnelles et de l'Administration sous José Manuel Barroso, puis chargé de l'Union énergétique sous Jean-Claude Juncker.

Croatie - Dubravka Šuica (PPE) : vice-présidente à la Démocratie et à la Démographie

Dubravka Šuica - Crédits : compte Facebook @dubravkasuicaAprès avoir été maire de Dubrovnik dans les années 2000, elle fait partie des premiers députés européens croates, en étant élue en 2013. Elle est réélue à ce poste en 2014.

Autres commissaires

Autriche - Johannes Hahn (PPE) : commissaire au Budget et à l'Administration ; commissaire sortant

Johannes Hahn - Crédits : Stian Mathisen / FlickrCommissaire sortant à l'Elargissement et à la Politique européenne de voisinage, il a été de 2007 à 2010 ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de son pays.

Belgique - Didier Reynders (ALDE) : commissaire à la Justice

Didier Reynders - Crédits : Albin Lohr-Jones / FlickrContinuellement présent dans les gouvernements belges depuis 1999, il a tour à tour été ministre des Finances, puis des Affaires étrangères et de la Défense. Convoitant la présidence du Conseil de l'Europe en juin 2019, il s'incline face à la Croate Marija Pejčinović Burić.

Bulgarie - Mariya Gabriel (PPE) : commissaire à l'Innovation et à la Jeunesse ; commissaire sortante

Mariya Gabriel - Crédits : G20 Argentina / FlickrDéputée européenne élue en 2009, puis réélue en 2014, elle devient commissaire européenne à l'Economie et à la Société numérique en 2017. En 2013, au Parlement européen, alors qu'elle coordonne le groupe PPE à la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres, elle est lauréate du prix du Député européen de l'année, catégorie "égalité des genres".

Chypre - Stélla Kyriakides (PPE) : commissaire à la Santé

Stélla Kyriakídou - Crédits : compte Facebook @stella.kyriakidesPsychologue de formation, elle est députée chypriote depuis 2006, poste auquel elle a été réélue deux fois. De fin 2017 à début 2018, elle a également été présidente de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

Estonie - Kadri Simson (ALDE) : commissaire à l'Energie

Kadri Simson - Crédits : EU2017EE Estonian Presidency / FlickrMinistre des Affaires économiques et des Infrastructures de 2016 à 2019, elle réalisera, si sa candidature est retenue, son premier mandat européen.

Finlande - Jutta Urpilainen (PSE) : commissaire aux Partenariats internationaux

Jutta Urpilainen - Crédits : compte Facebook @urpilainenjuttaDe 2008 à 2014, elle est présidente du Parti social-démocrate de Finlande (SDP), tout en étant à partir de 2011 ministre des Finances. Concurrencée à la tête du parti par Antti Rinne, actuel Premier ministre finlandais, elle perd son poste de présidente du SDP en 2014 et quitte ses fonctions gouvernementales la même année.

France - Sylvie Goulard (son parti national, La République en marche (LaREM), n'est pas affilié à un parti européen mais siège au sein du groupe centriste libéral Renew Europe au Parlement européen) : commissaire au Marché intérieur

Sylvie Goulard - Crédits : Swaf75 / Wikimedia CommonsDiplômée de l'ENA, elle démarre une carrière de haute fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères en 1989. A partir de 2001, elle devient conseillère politique du président de la Commission européenne de l'époque, l'Italien Romano Prodi. Puis elle est élue eurodéputée en 2009, un mandat au cours duquel elle contribuera notamment à l'élaboration des sanctions contre les Etats ne respectant pas les règles budgétaires européennes ("Six-Pack"). Réélue au Parlement européen en 2014, elle quitte son poste en 2017, devenant ministre des Armées après l'élection d'Emmanuel Macron. Sa présence au gouvernement ne dure cependant qu'un mois : Sylvie Goulard décide de quitter l'exécutif après l'ouverture d'une enquête préliminaire la concernant, en lien avec l'affaire des assistants parlementaires - présumés fictifs - du MoDem. Une démission qu'elle explique par sa volonté de pouvoir démontrer sa "bonne foi".

Hongrie - László Trócsányi (PPE) : commissaire au Voisinage et à l'Elargissement

László Trócsányi - Crédits : Andor Elekes / Wikimedia CommonsAncien ambassadeur de Hongrie en Europe de l'Ouest de 2000 à 2014 (Belgique, Luxembourg puis France), ce juriste devient ministre de la Justice en 2014. Jusqu'à son élection, en mai 2019, au Parlement européen, après avoir conduit la liste du Fidesz, le parti de Viktor Orbán. Spécialiste de droit constitutionnel, il a également fait partie de la Cour constitutionnel hongroise de 2007 à 2010 ainsi que de la Commission de Venise, organe consultatif du Conseil de l'Europe de 2005 à 2013.

Irlande - Phil Hogan (PPE) : commissaire au Commerce ; commissaire sortant

Phil Hogan - Crédits : Arno Mikkor / FlickrCommissaire sortant à l'Agriculture et au Développement rural, il a d'abord eu une carrière politique en Irlande, ayant été ministre de l'Environnement, du Patrimoine et des gouvernements locaux avant d'entrer dans la Commission Juncker en 2014.

Italie - Paolo Gentiloni (PSE) : commissaire à l'Economie

Paolo GentiloniMembre du Parti démocrate (PD) italien, Paolo Gentiloni a été président du Conseil des ministres de 2016 à 2018. Il occupait auparavant la fonction de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans le gouvernement Matteo Renzi, en 2014.

Lituanie - Virginijus Sinkevičius (son parti national, l'Union lituanienne agraire et des verts (LVŽS), n'est pas affilié à un parti européen mais siège au sein du groupe écologiste Verts/ALE au Parlement européen) : commissaire à l'Environnement et aux Océans

Virginijus Sinkevičius - Plamen Stoimenov / FlickrÂgé d'à peine 28 ans, il sera, si sa candidature est retenue, le seul membre de la future Commission dont le parti (l'Union lituanienne agraire et des Verts) est affilié aux écologistes au Parlement européen. D'abord élu à la Seimas, le parlement lituanien, en tant que député en 2016, il est depuis 2017 ministre de l'Economie.

Luxembourg - Nicolas Schmit (PSE) : commissaire à l'Emploi

Nicolas Schmit - Crédits : Annika Haas / FlickrIl a été ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Immigration du gouvernement de coalition de Jean-Claude Juncker (PPE) de 2009 à 2013, lorsque ce dernier était encore à la tête de son pays. Il a ensuite rempilé en tant que ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Economie sociale et solidaire dans la coalition menée par le libéral Xavier Bettel, de 2013 à 2018.

Malte - Helena Dalli (PSE) : commissaire à l'Egalité

Helena Dalli - Crédits : Annika Haas / FlickrMinistre du Dialogue social, de la Consommation et des Libertés civiles dans le premier gouvernement du social-démocrate Joseph Muscat (2013-2017), elle accède au portefeuille des Affaires européennes et de l'Egalité dans le second gouvernement qu'il dirige, à partir de 2017.

Pologne - Janusz Wojciechowski (Alliance des conservateurs et réformistes européens (ACRE), droite eurosceptique) : commissaire à l'Agriculture

Janusz Wojciechowski - Crédits : compte Twitter @jwojcDéputé polonais, puis député européen de 2004 à 2016, il est ensuite appelé à la Cour des comptes européenne. Fin août 2019, il est proposé par son parti Droit et Justice (PiS) comme futur commissaire européen de la Pologne, en remplacement de Krzysztof Szczerski, qui refuse d'endosser le portefeuille de commissaire à l'Agriculture.

Portugal - Elisa Ferreira (PSE) : commissaire à la Cohésion et aux réformes

Elisa Ferreira - crédits : compte_Twitter_@ElisaFerreiraEPEconomiste et femme politique, elle dirige depuis 2016 la Banque du Portugal, banque centrale du pays. Auparavant, elle a été ministre dans les deux gouvernements dirigés par le social-démocrate António Guterres (actuel Secrétaire général des Nations unies). De l'Environnement de 1995 à 1999, puis de la Planification jusqu'en 2002. Elle a également été eurodéputée de 2004 à 2016.

Roumanie - Rovana Plumb (PSE) : commissaire aux Transports

Rovana Plumb - Crédits: Partidul Social Democrat / Flickr Rovana Plumb est actuellement députée européenne et vice-présidente du groupe des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen. Elle a occupé plusieurs postes ministériels en Roumanie de 2012 à 2019 : à l'Environnement, au Travail, aux Fonds européens, à l'Education nationale ainsi qu'aux Transports.

Slovénie - Janez Lenarčič (indépendant) : commissaire à la Gestion des crises

Janez Lenarčič - Crédits : Mario Salerno / Conseil de l'UEÉgalement diplomate, il a notamment occupé plusieurs postes à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), tel que directeur du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (2008-2011). Depuis 2016, il est représentant permanent de la Slovénie auprès de l'Union européenne.

Suède - Ylva Johansson (PSE) : commissaire aux Affaires intérieures

Ylva Johansson - Crédits : Anders Henrikson / FlickrMinistre suédoise du Travail depuis 2014, elle a aussi occupé la fonction de ministre de l'Education de 1994 à 1998, puis des Affaires sociales et des Personnes âgées de 2004 à 2006.