Logo Toute l'Europe

Bernard Tapie, ce député européen…

Au cours de sa carrière, l’homme d’affaires qui a porté de nombreuses casquettes, a également fait son apparition dans l’hémicycle du Parlement européen (1994-1997). Il est décédé dimanche 3 octobre, des suites d’une longue maladie.

Bernard Tapie en juillet 1994 dans les locaux du Conseil de l'Europe qui accueillaient à l'époque les députés européens
Bernard Tapie en juillet 1994 dans les locaux du Conseil de l’Europe qui accueillaient à l’époque les députés européens – Crédits : Parlement européen

Décédé le 3 octobre à l’âge de 78 ans, des suites d’un cancer, Bernard Tapie aura connu de nombreuses vies. Dirigeant d’entreprises et de clubs sportifs, ministre de la Ville dans le gouvernement Bérégovoy, député des Bouches-du-Rhône, patron de presse mais aussi animateur télé, chanteur et acteur, il aura également marqué la scène européenne à plusieurs reprises.

Sportivement tout d’abord, en remportant la Ligue des champions en 1993 avec l’Olympique de Marseille, dont il était président, un exploit toujours inégalé par un club français. Mais aussi dans le jeu politique après son élection en juin 1994 au Parlement européen. Cette année-là, après avoir refusé de s’allier avec les socialistes menés par Michel Rocard, mais conforté par le Président de la République François Mitterrand, il conduit sa propre liste baptisée “Energie Radicale”, pour le Mouvement des radicaux de gauche (MRG).

Contre toute attente, Bernard Tapie recueille 12 % des suffrages, permettant à sa liste de gagner 13 sièges, et fait donc son entrée dans l’hémicycle européen aux côtés de Christiane Taubira, Noël Mamère ou Catherine Lalumière. Dans le sillage du succès de la liste Energie Radicale, les 13 eurodéputés français sont rejoints au Parlement européen par six autres (Royaume-Uni, Italie, Belgique, Espagne) et constituent le groupe “Alliance radicale européenne” (ARE) dont Catherine Lalumière prendra la présidence (1994-1999). Bernard Tapie siègera principalement durant ce mandant au sein de la commission des transports et du tourisme, ainsi que celle des relations économiques extérieures dont il était membre suppléant.

Ce passage à Strasbourg, marquera également la fin de sa carrière politique. En novembre 1995, il est condamné en appel à huit mois de prison ferme et trois ans d’inéligibilité dans l’affaire VA-OM, un match de football truqué entre le club marseillais et celui de Valenciennes deux ans plus tôt. 

L’Assemblée nationale lève son immunité parlementaire en septembre 1996, au contraire du Parlement européen. Il y cesse quand même toute activité en février 1997 en présentant sa démission.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Bernard Tapie, ce député européen…

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide