Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Tribunes

Le CESE veut renforcer le dialogue social

Le Comité économique et social européen (CESE) fête ses 65 ans. L’occasion, pour ses membres, de réaffirmer son rôle de porte-voix de la société civile auprès des institutions européennes.

Le siège du Comité économique et social européen (CESE) se situe à Bruxelles - Crédits : compte Facebook EESCCulture
Le siège du Comité économique et social européen (CESE) se situe à Bruxelles - Crédits : compte Facebook EESCCulture

Avec quelques mois de retard, puisqu’il a tenu sa première session plénière en mai 1958, le Comité économique et social européen (CESE) a fêté ses 65 ans ! Mais sûrement pas célébré l’heure de la retraite, comme l’a exprimé son président Oliver Röpke : “Au cours de ces 65 années, le Comité a construit une véritable plateforme permettant à la société civile d’exprimer librement son point de vue afin d’améliorer la législation de l’UE. Dans un contexte géopolitique en pleine mutation, la voix d’une société civile forte et indépendante est aujourd’hui plus importante que jamais”.

C’est avec l’organisation d’un débat, “Renforcer la société civile, défendre la démocratie”, le 13 décembre à Bruxelles, que le CESE a fêté cet anniversaire et réaffirmé son rôle essentiel. “C’est la société civile, dans son rôle de chien de garde, qui veille à ce que personne n’éteigne les freins et contrepoids, l’Etat de droit ou les valeurs et droits fondamentaux, afin que personne ne débranche la démocratie”, a poursuivi le président, fixant en quelque sorte le cap pour l’avenir.

Les membres du CESE représentent la diversité des organisations de la société civile à travers l’Europe, y compris les entreprises, les syndicats et d’autres groupes d’intérêt. Il s’agit d’un organe consultatif de l’UE qui émet des avis à l’intention de la Commission européenne, du Conseil de l’UE et du Parlement européen, jouant ainsi le rôle de pont entre les institutions décisionnelles de l’UE et les citoyens de l’UE. “Le CESE est plus que jamais nécessaire, alors que tant d’Européens sont confrontés à des difficultés. Il faut résister à la tentative d’ignorer le rôle du dialogue social organisé”, a insisté Georges Dassis, ancien président du CESE et président de l’Association des anciens membres du CESE.

Au cœur de la démocratie européenne 

Comme cela a été souligné au cours du débat, le CESE a été un partenaire de premier plan dans le débat sur le Socle européen des droits sociaux au cours des dernières années. Le CESE a également fait partie intégrante de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, dont les recommandations finales mentionnent explicitement le CESE comme un instrument permettant d’accroître la participation et la transparence dans la démocratie européenne. Parmi les exemples récents du rôle du CESE, on peut citer le fait qu’il a été le premier à demander une véritable Union européenne de la santé et qu’il a été à l’avant-garde de la proposition du “droit à la réparation”. Stefano Mallia, président du groupe des employeurs, a souligné l’impact des travaux du CESE, en mettant en exergue les améliorations apportées à la législation depuis 1958. “Au cours des derniers mois, nous avons atteint plusieurs objectifs clés, notamment le contrôle de la compétitivité et le ‘Blue Deal’ de l’UE. Et nous continuerons à travailler pour faire valoir les points de vue des personnes que nous représentons”.

La transition énergétique, la lutte contre le réchauffement climatique et la réponse à la menace géopolitique posée par la Russie sont autant de défis qui renforcent la nécessité d’un CESE qui contribue à construire un consensus pour le bien commun et à promouvoir les valeurs de l’intégration européenne. “Depuis 65 ans, le CESE offre aux représentants syndicaux une plateforme leur permettant d’engager des discussions significatives avec les employeurs, les organisations de la société civile et d’autres institutions de l’Union européenne. Le succès du CESE repose sur la collaborationCette inclusion garantit que notre travail reste conforme aux principes démocratiques”, a déclaré Lucie Studničná, présidente du groupe des travailleurs.

Evidemment, à quelques mois du scrutin européen (juin 2024), il a été question des élections et du rôle que doit tenir le CESE, très mobilisé. “Le CESE et ses membres ont le mandat et la responsabilité de s’adresser aux citoyens par l’intermédiaire de leurs réseaux d’organisations de la société civile afin de lutter contre la désinformation, les craintes et le manque de confiance”, a ainsi précisé Séamus Boland, président du groupe des organisations de la société civile. “Nous devons également réitérer notre appel en faveur de mesures concrètes visant à mettre en œuvre le dialogue avec la société civile au niveau de l’UE dans tous les domaines politiques”.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le CESE veut renforcer le dialogue social

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide