Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Royaume-Uni : le patronat souhaite le maintien dans l'UE

A l’occasion de son congrès annuel, lundi 4 novembre, le patronat britannique a vigoureusement plaidé en faveur du maintien du Royaume-Uni dans une Union européenne réformée, soulignant les avantages économiques de l’adhésion alors que le gouvernement a promis un référendum sur la question d’ici 2017 [Le Monde].

David Cameron

Tranchant avec la défiance habituelle dans le pays, la Confédération of British Industries (CBI), principal syndicat patronal du Royaume-Uni, a décidé d’ouvrir son congrès ce lundi avec un plaidoyer pro-européen presque passionné, estime Le Figaro.

Selon le quotidien, la confédération a enquêté pendant dix mois pour préparer un rapport de 180 pages sur la question. Ses conclusions sont sans équivoque : “Nous devons rester dans une UE réformée, et pas nous retrouver à l’extérieur sans influence, résume John Cridland, directeur général de la CBI. “Le marché unique est fondamental pour notre avenir” , ajoute-t-il, cité par La Croix.

La CBI estime, en effet, que cette adhésion représente 4 à 5 % du produit intérieur brut (PIB) annuel du pays, soit 62 à 78 milliards de livres (environ 73 à 91 milliards d’euros). L’adhésion permet l’accès à un marché de près de 500 millions de personnes et a consolidé la position de Londres comme l’un des tout premiers centres financiers dans le monde, juge l’organisation patronale [Le Monde]. Elle estime, par ailleurs, qu’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne pourrait faire fuir 1 400 milliards de livres d’actifs détenus à la City par les banques du continent, rapportent Les Echos.

Les Echos estiment que ce dossier sera l’un des plus difficiles que David Cameron aura à gérer s’il veut rester au pouvoir après les élections de 2015. Il doit en effet faire face aux pressions de la frange eurosceptique du Parti conservateur et à celles du Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) qui exige une sortie immédiate de l’UE. Le Premier ministre a promis à ses concitoyens un référendum sur la question d’ici 2017.

Pour le patronat, l’enjeu est donc de rester dans l’UE, jugée imparfaite sous sa forme actuelle, pour la réformer de l’intérieur dans un sens plus favorable aux entreprises. La CBI demande ainsi le maintien de la clause de non-participation à la directive sur le temps de travail ou encore que la législation sur le travail soit du ressort des Etats, rapporte Le Monde.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Royaume-Uni : le patronat souhaite le maintien dans l'UE

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide