Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Budget 2014 : l’austérité passera par la baisse des dépenses

De nombreux Etats membres de la zone euro dont l'Italie, l'Irlande, le Portugal et la France tablent sur une baisse des dépenses plutôt que sur une hausse d'impôts pour leur budget 2014.

Moscovici et Schauble

Selon Le Figaro, la rigueur budgétaire en Europe ne s’accompagne pas forcément d’un tour de vis fiscal. Bien au contraire. C’est en tout cas la conclusion que l’on peut tirer de présentation des projets de budget, mardi 15 octobre, en Italie, au Portugal et en Irlande, trois pays placés sous étroite surveillance de Bruxelles. La France n’est pas en reste puisque le gouvernement martèle que 80% de l’effort passera par des économies et qu’il y aura “quasi stabilisation” des prélèvements obligatoires. [France Info]

En Italie, le Premier ministre Enrico Letta, qui présentait ce mardi son budget 2014, a annoncé un allégement ­fiscal de près de 5 milliards d’euros, ciblés pour l’essentiel sur les cotisations salariales et patronales. Les entreprises bénéficieront par ailleurs d’un crédit d’impôt de 15 000 euros sur trois ans pour la création d’un contrat à durée indéterminée.

Le gouvernement a également confirmé l’abolition définitive de la taxe d’habitation sur la première résidence (IMU), impôt très décrié par Silvio Berlusconi. Pour financer ces “cadeaux fiscaux” sans contrevenir aux promesses faites à Bruxelles, le gouvernement a privilégié les coupes dans les dépenses publiques, en particulier dans la santé.

Le Portugal, sous assistance financière depuis 2011, choisit aussi de desserrer l’étau fiscal. Avant de dévoiler un nouveau budget d’austérité pour 2014, le gouvernement conservateur de Pedro Passos Coelho a annoncé une réduction progressive de l’impôt sur les sociétés, qui passera de 25 à 23% en 2014, puis sera ramené à un taux de 17 à 19% d’ici à 2016.
Cette mesure est destinée à relancer les investissements et à doper la compétitivité, d’une économie plus dépendante que jamais des exportations.

Quant à l’Irlande, également sous assistance de la troika (FMI-BCE-Commision européenne) jusqu’en décembre, elle entend bien conserver sa fiscalité attractive avec un taux d’IS à 12,5%, le plus bas de l’Union européenne, afin de booster sa compétitivité et son commerce extérieur. “Pas question de toucher à l’IS” a martelé Michael Noonan, ministre des Finances irlandais avant de présenter son budget au Parlement, En revanche, pour boucler ce septième budget d’austérité depuis 2008, Dublin a introduit un nouvel impôt sur les banques, qui devrait rapporter 150 millions d’euros, et des taxes sur l’alcool et les cigarettes. [Le Figaro]

Enfin, en France, le projet de loi de finances 2014 qualifié de “budget de combat” , prévoit de ramener le déficit public de 4,1 % de PIB à 3,6 %, sans porter atteinte autant que possible à la croissance renaissante de l’économie. La rigueur portera cette fois essentiellement sur les dépenses, à hauteur de 80 %, l’exécutif assurant que 15 milliards d’économies vont être réalisées pour 3 milliards “seulement” de prélèvements nouveaux. [Les Echos]

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Budget 2014 : l’austérité passera par la baisse des dépenses

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide