Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Biographie : qui est Mario Draghi ?

Ancien président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi était depuis février 2021 aux commandes d'une large coalition gouvernementale en Italie. Le 21 juillet dernier, une nouvelle crise politique l'a conduit à remettre sa démission.

Mario Draghi lors du Conseil européen des 23 et 24 juin 2022
Mario Draghi lors du Conseil européen des 23 et 24 juin 2022 - Crédits : Conseil européen

Romain de naissance et auréolé d’une carrière européenne, Mario Draghi est revenu dans la capitale au mois de février 2021 pour endosser le rôle de président du Conseil, l’équivalent du Premier ministre en Italie. 

Il succède alors à Giuseppe Conte, contraint à la démission après avoir vu sa coalition se fissurer. Un an et demi plus tard, l’ancien président de la Banque centrale européenne subit le même sort. Son successeur sera désigné à la suite des élections anticipées du 25 septembre 2022.

Économiste puis banquier 

Mario Draghi suit des études en économie à l’université “La Sapienza” dans la capitale italienne. Un cursus qu’il poursuivra au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Boston. De retour sur ses terres natales, il embrasse une carrière universitaire durant laquelle il enseigne l’économie et la politique monétaire à Florence, Venise ou encore Padoue. 

Après un passage de six ans au sein de la Banque mondiale, il retourne en Italie et devient de 1991 à 2001 directeur général du ministère du Trésor public, chargé des privatisations.

Fils de banquier, il s’engage ensuite dans cette voie. De 2002 à 2005, il effectue un passage dans la banque d’affaires Goldman Sachs, où il est vice-président en charge de l’Europe. Mais il revient une fois de plus à Rome l’année suivante pour devenir gouverneur de la Banque d’Italie, poste qu’il occupe jusqu’en 2011. Des années difficiles, car l’Italie est frappée de plein fouet par la crise financière, mais durant lesquelles il voit sa popularité nationale grandir. 

Une carrière européenne 

L’avenir européen de Mario Draghi se dessine alors. Le 16 mai 2011, sa candidature à la présidence de la Banque centrale européenne est officiellement présentée par l’Eurogroupe. Un mois plus tard, le 24 juin, la décision est entérinée par le Conseil européen. La présidence débute le 1er novembre suivant.

La politique de Mario Draghi tranche avec celle de son prédécesseur, le Français Jean-Claude Trichet. Plusieurs des mesures qu’il met en place sont “non conventionnelles”, c’est à dire non définies dans les traités comme faisant partie du mandat de la BCE. 

Dès le 26 juillet 2012, en plein cœur de la crise économique et financière, il annonce lors d’une conférence de presse que la BCE fera “tout ce qui est nécessaire” (“whatever it takes”) pour sauver la zone euro. Une petite phrase qui provoque un grand soulagement dans le monde de la finance et permet aussitôt aux bourses européennes de repartir. 

Un discours qui sera suivi d’effets : un programme d’achat d’actifs (OMT), permettant de racheter massivement les dettes d’Etats de la zone euro (puis d’entreprises à partir de 2016) s’avèrera très puissant pour rassurer les investisseurs bien qu’il n’ait jamais dû être utilisé. La BCE lance également une série de prêts aux banques, baptisées “long term refinancing operations” (LTRO). Pour de nombreux observateurs, les décisions de Mario Draghi, alors surnommé “Super Mario”, ont permis de sauver l’euro.

Durant sa présidence, il diminue également les taux d’intérêt, jusqu’à devenir négatifs. Une politique qui lui vaudra d’ailleurs un autre surnom, celui de “compte Draghila”, utilisé en premier lieu par le tabloïd allemand Bild. Le journal l’accuse d’avoir pénalisé les épargnants - allemands notamment. Par ailleurs, alors que Goldman Sachs est accusée d’avoir maquillé les comptes de la Grèce avant la crise, son rôle au sein de la grande banque américaine restera également flou. 

Mario Draghi quitte son poste après un mandat de huit ans. En poste depuis le 1er novembre 2019, la Française Christine Lagarde affirme lors de sa prise de fonction vouloir poursuivre les chantiers entamés par son prédécesseur, en finalisant l’union bancaire ou en prenant position pour la création d’un budget de la zone euro.

Tous les chemins mènent à Rome

Agé de 73 ans, Mario Draghi occupe cette fois le devant de la scène politique nationale à partir de février 2021. Après trois semaines de crise politique suite à la démission de Giuseppe Conte, il lui succède au poste de président du Conseil.

Coalisant l’ensemble des forces politiques représentées au Parlement à l’exception de l’extrême droite des Frères d’Italie, son gouvernement est chargé de poursuivre la lutte contre le coronavirus et de conduire la relance économique de son pays.

Malgré l’éclectisme de sa coalition, l’ancien banquier central affiche un visage résolument européen. Il soutient par exemple un projet de réforme des traités de l’UE ainsi que l’octroi du statut de candidat à l’adhésion de l’Ukraine. Une décision approuvée en juin 2022 lors d’un Conseil européen.

Un mois plus tard, les soubresauts de la politique italienne ont toutefois raison de “Super Mario”. En juillet, trois partis de sa coalition -le M5S, Forza Italia et la Ligue- refusent de lui accorder la confiance, poussant ce dernier à remettre sa démission. 

S’il continue aujourd’hui de gérer les affaires courantes, l’issue des nouvelles élections prévues le 25 septembre 2022 pourrait l’amener à devoir quitter ses fonctions. 

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Biographie : qui est Mario Draghi ?

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide