Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Stocks de gaz, consommation, renouvelables : les Vingt-Sept s’accordent sur plusieurs objectifs énergétiques européens

Réunis lundi 27 juin en Conseil Energie, les ministres des Etats membres se sont engagés à remplir leurs stocks de gaz à 80 % d’ici le 1er novembre. Ils ont également adopté deux volets du plan climat de l’Union, l’un sur les économies d’énergie, l’autre sur le développement des renouvelables.

A gauche, Kadri Simson, commissaire à l'Energie et à droite, Agnès Pannier-Runacher, ministre française de la Transition énergétique; lors de la conférence de presse suivant le Conseil de l'UE à Luxembourg, lundi 27 juin - Crédits : Conseil de l'UE
A gauche, Kadri Simson, commissaire à l’Energie et à droite, Agnès Pannier-Runacher, ministre française de la Transition énergétique ; lors de la conférence de presse suivant le Conseil de l’UE à Luxembourg, lundi 27 juin - Crédits : Conseil de l’UE

La “guerre en Ukraine a remis la question de la sobriété énergétique au sommet des priorités”, rappelle France info. Or pour les ministres de l’Energie de l’Union européenne, réunis hier à Luxembourg, pas question “pour l’instant au moins, ni [de] céder à la pression et à la panique, ni [de] dévier du chemin tracé”, relate Derek Perrotte dans Les Echos.

Les Vingt-Sept ont ainsi “validé leurs objectifs communs de remplissage des stocks de gaz, sans les réviser en dépit de la récente chute drastique des livraisons de Moscou, et leurs ambitions climatiques, en dépit de tensions croissantes sur leur impact économique”, poursuit le journal.

Remplir les stocks

L’accord du Conseil prévoit tout d’abord que les installations de stockage des Etats membres soient “remplies à au moins 80 % avant le début de l’hiver 2022-2023 et à 90 % avant les hivers suivants” [Le Soir]. Les gouvernements ont donné “à l’unanimité leur ultime feu vert” à la constitution de ces réserves pour les 18 Etats membres qui disposent de stocks, ajoutent Les Echos. Tandis que les “neuf Etats ne disposant pas de réserves propres devront stocker 15 % de leur consommation annuelle chez les autres”, précise le quotidien.

Alors que la guerre en Ukraine “perturbe fortement la fourniture de gaz russe dont le continent est dépendant”, cette augmentation du stockage “vise à éviter les ruptures d’approvisionnement durant l’hiver prochain et contribuer à éviter une envolée continue des prix”, précise la RTBF.

Toutefois, “l’inquiétude monte face aux coupures de robinet opérées par la Russie” [Les Echos]. Et plusieurs Etats, comme les Pays-Bas, s’inquiètent de possibles pénuries, rapporte Politico. “Si certains pays ne sont pas en mesure d’atteindre 80 % - en particulier les grands pays comme l’Allemagne - alors il faut être conscient de l’effet domino que cela aura pour toute l’Europe”, prévient ainsi le ministre néerlandais du Climat, Rob Jetten, cité par le média.

Pour faire face à cette menace, la Commission européenne prévoit de présenter en juillet un “plan d’urgence de réduction de la demande d’énergie”, en concertation avec l’industrie et les Etats membres [Les Echos].

Baisse de consommation et énergies renouvelables

Les Vingt-Sept se sont également concentrés sur des objectifs énergétiques à plus long terme : la réduction de la consommation d’énergie et le développement des renouvelables. Soit “deux parties du plan climatique dévoilé en juillet 2021 par la Commission européenne, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’UE de 55 % par rapport à 1990″, rappelle France info.

Pour la première, “les Vingt-Sept se sont mis d’accord sur un texte plutôt contraignant afin de réduire leur consommation énergétique”, explique Le Figaro. Les ministres “ont arrêté une position commune qui reprend les objectifs maximaux […] proposés par Bruxelles en juillet 2021″, à savoir “une réduction de consommation d’énergie de l’UE d’au moins 9 % entre 2020 et 2030″, précise le journal. Plus récemment, la Commission avait toutefois proposé de relever ce chiffre à 13 % pour diminuer la dépendance de l’UE vis-à-vis des énergies fossiles russes.

Dans le cadre de l’accord du Conseil hier, chaque Etat membre “devra établir des contributions nationales ‘indicatives’ selon ses spécificités (intensité énergétique, PIB…), que la Commission examinera et corrigera si l’objectif à l’échelle de l’UE n’est pas respecté”. Enfin, le texte veut imposer la rénovation “d’au moins 3 % par an des bâtiments publics, et la transparence sur la consommation des centres de données, très énergivores”, complète Le Figaro.

Le Conseil s’est également penché sur l’effort à faire “en matière d’énergie renouvelable”, écrit Le Soir. Sur ce point, “les ministres ont ainsi soutenu les objectifs proposés l’an dernier par la Commission européenne de recourir à des sources d’énergie renouvelable pour 40 % des besoins énergétiques”, informe Midi Libre.   

Après les prises de position de ce dernier Conseil Energie sous présidence française, “les trilogues avec le Parlement vont pouvoir débuter, en vue d’accords finaux avant la fin de l’année. Le caractère contraignant des objectifs, validé par les Etats malgré les forts grincements de dents de Madrid et de Varsovie notamment, sera au cœur de ces ultimes tractations”, soulignent Les Echos.

C’est aujourd’hui au tour des ministres européens de l’Environnement de se réunir pour chercher “à faire éclore les derniers compromis sur certains dossiers climatiques clés de l’UE”, complète Politico.

Les autres sujets du jour

Commerce international

Défense

Economie

Environnement

Migrations

Santé

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Stocks de gaz, consommation, renouvelables : les Vingt-Sept s'accordent sur plusieurs objectifs énergétiques européens

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide