Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

PVC, bisphenols, phtalates : la Commission européenne fait la chasse aux produits chimiques nocifs

L’exécutif européen a présenté lundi 25 avril sa “feuille de route” pour restreindre l’utilisation de substances chimiques dangereuses pour la santé humaine et pour l’environnement. Les ONG applaudissent, l’industrie grimace.

Le commissaire européen responsable du marché intérieur, Thierry Breton, explique que cette feuille de route visant les substances chimiques nocives permet aux entreprises d'être mieux préparées aux éventuelles restrictions à venir - Crédits : Aurore Martignoni / Commission européenne
Le commissaire européen responsable du marché intérieur, Thierry Breton, explique que cette feuille de route visant les substances chimiques nocives permet aux entreprises d’être mieux préparées aux éventuelles restrictions à venir - Crédits : Aurore Martignoni / Commission européenne

“Bientôt la ‘grande détox’ ?”, se demande Libération. Ce lundi, “la Commission a adopté ‘une feuille de route’ visant à interdire d’ici 2030 plusieurs familles de substances connues depuis des années voire des décennies pour empoisonner notre corps et l’environnement”, poursuit le quotidien. Une présentation qui intervient “dans le cadre de la vaste révision en cours de la législation européenne sur les produits chimiques”, soulignent Les Echos.

Or, précise Le Soir, “le travail ne manque pas” dans le secteur de la chimie : “on estime à 12 000 (sur les 200 000 circulant dans l’Union) le nombre de produits dangereux pour la santé humaine et/ou pour l’environnement”. Ainsi, 74 % des “300 millions de tonnes de substances chimiques […] produites chaque année par l’industrie” seraient “[dangereux] pour la santé et l’environnement”, selon l’Agence européenne de l’environnement citée par Le Monde.

Phtalates, bisphénols, PVC, parabens, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés, composés perfluorés (PFAS) … Ces polluants dits ‘du quotidien’ sont partout : jouets, biberons, tétines, emballages alimentaires, vêtements, meubles, appareils électroniques, cosmétiques, peintures, produits d’entretien”, liste le quotidien.

Six familles prioritaires

La feuille de route présentée hier par la Commission doit préparer le terrain à un projet de révision du règlement REACH sur l’évaluation, l’autorisation et la restriction des substances chimiques, attendu pour le “second semestre”, selon Les Echos. Celle-ci permettrait alors une approche “générique” de la gestion des risques, introduisant “des interdictions par groupe de substance, sans avoir besoin de démontrer un risque inacceptable pour chaque substance, comme c’est le cas aujourd’hui” [Le Monde].

“Six premières familles de substances font ainsi désormais l’objet d’un projet d’interdiction progressive”, expliquent Les Echos. Elles ont été “sélectionnées pour leur nocivité et leur présence dans des produits courants”. Cette “liste noire”, qui compte les PVC, les bisphénols et les retardateurs de flammes, “a été approuvée par les Etats membres, associés aux travaux”, ajoute le journal.

Le Bureau européen de l’environnement (BEE), qui fédère plus de 140 organisations à l’échelle de l’UE, estime [qu’] entre 4 000 et 7 000 substances devraient être interdites d’ici à 2030″, relaie Le Monde. L’ONG se félicite d’ailleurs de cette initiative qui, “si elle est mise en œuvre, sera la plus grande suppression réglementaire jamais réalisée de produits chimiques autorisés” selon elle [Les Echos].

Critiques de l’industrie

Les parties prenantes ont besoin de transparence et de visibilité. La feuille de route permet aux entreprises d’être mieux préparées aux éventuelles restrictions à venir”, explique le commissaire chargé du Marché intérieur Thierry Breton, cité par Les Echos.

Plus largement, elle doit ouvrir “le bal d’un vaste verdissement de la chimie européenne devant faire tendre le quatrième secteur industriel du continent vers le ‘zéro produit toxique’ “, prophétise le quotidien économique. Car “la démarche de la Commission s’inscrit dans le cadre de son objectif ‘zéro pollution’ ” du Pacte vert européen, complète Le Soir.

Mais ce tournant devrait susciter l’opposition de l’industrie pétrochimique, rapporte 20 Minutes avec l’AFP. Et pour cause, le BEE note que presque “tous les produits manufacturés dans les magasins et nos foyers seront touchés” [20 Minutes].

Des “dérogations pourraient toutefois être accordées pour certains usages jugés ‘essentiels’ : une possibilité qui augure encore quelques batailles entre la direction générale chargée du marché intérieur et de l’industrie, pilotée par le Français Thierry Breton, et celle de l’environnement de Virginijus Sinkevičius pour définir ce qui est ‘essentiel’ ou non” [Le Monde].

Les autres sujets du jour

Défense

Diplomatie

Energie

Environnement

Guerre en Ukraine

Présidence française du Conseil de l’UE

Présidentielle 2022

Transport

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur PVC, bisphenols, phtalates : la Commission européenne fait la chasse aux produits chimiques nocifs

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide

1 commentaire

  • Avatar privé
    Eliopatchikov

    Phtalates, bisphénols, PVC, parabens, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés, composés perfluorés (PFAS) … Ces polluants chimiques dits “du quotidien” sont partout…
    Souhaitons une prise de conscience collective sur ce problème avéré !
    Ces produits sont-ils présents ou détectés dans l’eau du robinet (produit d’alimentation le mieux contrôlé de France) ?
    Vivement les manifestations des “Anti-CHIM” …
    CQFD