Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

“Paquet climat” : le Parlement européen reporte la réforme du marché carbone et valide la fin des voitures thermiques d’ici 2035

Lors d'une séance mouvementée mercredi 8 juin, les eurodéputés n'ont pas réussi à s'accorder sur la fin des quotas gratuits de carbone, un élément clé du paquet "Fit for 55" sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ils ont en revanche approuvé la fin de la vente des véhicules neufs diesel et essence d'ici 13 ans.

Le Parlement européen à Strasbourg s'est déchiré mercredi 8 juin sur la question climatique - Crédits : Union européenne / Flickr CC BY 2.0
Le Parlement européen à Strasbourg s’est déchiré mercredi 8 juin sur la question climatique - Crédits : Union européenne / Flickr CC BY 2.0

Cette après-midi du 8 juin à Strasbourg aura été “agitée, surprenante et ‘historique’ ”, décrit France info. “Comme souvent, le drame s’est joué sur les bancs du Parlement européen. Jamais avares en coups de théâtre, les eurodéputés, réunis en plénière, étaient appelés à voter […] 8 des 14 textes que contient le gigantesque paquet ‘Ajustement à l’objectif 55′ (ou ‘Fit for 55’)”, explique L’Usine Nouvelle.

Parfois présenté comme “le plus grand paquet législatif au sein de l’UE depuis la création du marché unique et de l’euro” [20 Minutes], ce plan “doit permettre à [l’Union] d’atteindre ses objectifs climatiques” : réduire de 55 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Il s’agit ainsi, pour Le Monde, de “l’une des réformes fondamentales pour que l’Union européenne parvienne, comme elle s’y est engagée, à la neutralité carbone en 2050″.

Le paquet climat a explosé en vol

Pour autant, “le consensus trouvé après des mois de négociations sur la réforme du système d’échange de quotas d’émission a volé en éclats” lors des votes, lit-on sur le site du Figaro. Si “le travail des commissions et dans les coulisses à l’approche des plénières permet en général de limiter les coups de théâtre de ce genre”, hier “le paquet climat a explosé en vol”, abonde Contexte. Les députés ont ainsi, “par des jeux d’alliances successifs et contre-nature, retoqué la réforme du marché du carbone (dit ETS, pour Emissions Trading System), sur lequel s’échangent des permis d’émissions de CO2″, relate la journaliste Virginie Malingre dans Le Monde.

S’y sont opposés d’une part “les Verts, les S&D et la gauche radicale (GUE/NGL), qui le trouvaient insuffisant”, d’autre part “les souverainistes (ECR) et l’extrême droite (ID) qui, à l’inverse, le jugeaient trop ambitieux”, poursuit-elle. Dans les colonnes du Journal du Dimanche, l’eurodéputée écologiste Marie Toussaint dénonce ainsi “un affaiblissement du texte sous l’effet d’amendements conclus entre la droite du PPE et les centristes et libéraux de Renaissance”. C’est “le vote d’un amendement ouvrant la voie à un maintien des ‘quotas gratuits” [de carbone accordés aux entreprises polluantes] jusqu’en 2034 [qui] a en effet fait dérailler le train européen” : “Nous ne pouvions pas nous permettre d’attendre 2034″, poursuit le député européen écologiste Yannick Jadot [L’Usine Nouvelle].

Faute d’accord sur cette date, “le compromis tombe et entraîne dans sa chute le texte sur le fonds social pour le climat et la taxe carbone aux frontières (CBAM)”, explique Contexte. Ceux-ci “vont être renégociés en commission” [France info] et pourraient revenir dans l’hémicycle le 23 juin.

En 2035, la fin des voitures neuves à moteurs thermiques

Les autres textes au menu de la plénière ont, en revanche, franchi l’examen de passage. C’est le cas de celui sur les quotas d’émissions de l’aviation et surtout celui sur les émissions de CO2 des voitures”, fait savoir Contexte. “L’interdiction de vendre au sein de l’UE des voitures neuves équipées de moteurs thermiques à partir de 2035 a [ainsi] été adoptée”, souligne France info. “Une décision historique” et “une victoire majeure”, pour Pascal Canfin, “l’eurodéputé macroniste (Renew) qui préside la commission environnement du Parlement européen” [Le Monde].

Celui-ci “redoutait jusqu’au dernier moment que le PPE [droite conservatrice] ait aussi la peau de ce texte”, poursuit le journal. Car cette autre mesure phare du paquet climat “a été l’objet d’un intense lobbying de la part de plusieurs constructeurs automobiles, poussant pour que la date soit la plus tardive possible, voire qu’il n’y en ait pas du tout”, lit-on dans 20 Minutes.

Dès lors, “seuls les véhicules neufs à batteries électriques ou à hydrogène pourront être vendus. Pour s’y préparer, les constructeurs automobiles devront réduire les émissions de CO2 de leurs voitures neuves de 55 % à partir de 2030″, contre 50 % pour les camionnettes, détaille Le Figaro. “C’est d’autant plus important que le secteur représente à lui seul un cinquième des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne”, poursuit le journal.

Pour le reste, le Parlement européen a approuvé l’élargissement du marché du carbone aux secteurs de l’aviation et du maritime. Il a également validé la création d’un second marché du carbone, auquel seront soumis les poids lourds et les immeubles de bureau” [Le Monde].

Enfin, “ce vote, aussi historique fût-il, n’est qu’une étape. Les Vingt-Sept doivent encore adopter leur propre position de négociation […]. Débuteront alors les véritables tractations, avec l’objectif de parvenir à un accord entre Etats, Commission et Parlement d’ici la fin de l’année”, détaille Le Figaro.

Les autres sujets du jour

Climat

Consommation

Espagne

Royaume-Uni

Social

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur "Paquet climat" : le Parlement européen reporte la réforme du marché carbone et valide la fin des voitures thermiques d'ici 2035

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide