Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Le Parlement européen approuve la fin des voitures thermiques en 2035

Mesure phare de son "paquet climat", également appelé "Fit for 55", la Commission européenne avait proposé d'interdire la vente des voitures neuves roulant à l'essence et au diesel à partir de 2035. Une disposition validée mercredi 8 juin par les eurodéputés.

La législation européenne impose déjà des normes de performances en matière de CO2 aux constructeurs automobiles
La législation européenne impose déjà des normes de performances en matière de CO2 aux constructeurs automobiles - Crédits : Tramino / iStock

Les débats s’annonçaient musclés à Strasbourg, et ils l’ont été. Réunis en session plénière cette semaine au Parlement européen, les eurodéputés ont finalement voté pour l’arrêt de la vente des véhicules neufs thermiques et hybrides en 2035, suivant la proposition de la Commission européenne. En 2035, les constructeurs ne pourraient donc proposer que des voitures et camionnettes électriques ou à hydrogène, tandis que les véhicules neufs vendus en 2030 devraient produire entre 50 et 55 % d’émissions carbone en moins par rapport aux niveaux de 2021.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

En l’état actuel, le texte ne concerne pas le marché de l’occasion. Les véhicules qui roulent au diesel ou à l’essence pourront donc être revendus après 2035…jusqu’à épuisement du stock ! La stratégie européenne est toutefois d’approcher des 100 % de véhicules zéro émissions sur les routes en 2050. La proposition supprime par ailleurs dès 2030 les dérogations qui existent dans la législation actuelle pour les constructeurs qui produisent entre 1 000 et 10 000 voitures particulières neuves.

Cette interdiction à l’horizon 2035 est une “victoire pour le climatselon Manon Aubry, co-présidente du groupe de la Gauche unitaire européenne au Parlement. “Cela peut paraître lointain, mais treize ans pour transformer totalement la plus grande industrie en termes d’emplois en Europe, c’est évidemment extrêmement rapide”, avait souligné le président de la commission Environnement Pascal Canfin (Renew) sur France info.

La droite européenne défendait une réduction de 90 % des émissions automobiles en 2035, là où la Commission proposait 100 % (d’où l’interdiction de la vente de véhicules polluants à cette date). L’amendement déposé par le groupe conservateur au Parlement européen n’aura pas acquis une majorité d’eurodéputés à sa cause.

Les eurodéputés doivent maintenant s’accorder avec les Etats membres en trilogue, une fois que ces derniers seront eux-mêmes parvenus à un accord entre eux au Conseil. Et la Commission devrait produire un rapport d’ici la fin de l’année 2023. Ce rapport évaluerait si un financement ciblé est nécessaire pour garantir une transition équitable dans le secteur automobile, notamment afin d’atténuer les répercussions néfastes sur l’emploi.

Le transport routier représentait, en 2019, plus de 70 % des émissions de CO2 du secteur des transports dans l’UE, ce dernier contribuant au quart des émissions européennes. C’est également le seul secteur où les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté au cours des trente dernières années.

L’ensemble du “paquet climat” présenté en juillet 2021 par l’exécutif européen vise à réduire d’au moins 55 % les émissions de gaz à effet de serre de l’UE à l’horizon 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Une première étape avant d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, objectif du Pacte vert pour l’Europe.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le Parlement européen approuve la fin des voitures thermiques en 2035

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide