Logo Toute l'Europe

Inondations en Europe : le changement climatique pointé du doigt

Plusieurs pays européens ont été touchés par des inondations ravageuses ces derniers jours, avec près de 200 morts et de nombreux disparus. Alors que l’Allemagne comme la Belgique, pays parmi les plus durement frappés, préparent la reconstruction, le dérèglement climatique est mis en cause autant par des experts que par les responsables politiques.

La présidente de la Commission européenne a constaté samedi les dégâts près de Liège, en Belgique
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est rendue près de Liège en Belgique, samedi 17 juillet, pour y constater les dégâts - Crédits : Christophe Licoppe / Commission européenne

Les inondations “du siècle” [Le Monde]. C’est ainsi que la chancelière Angela Merkel les a qualifiées lors d’un déplacement dans le sud-ouest de l’Allemagne dimanche 18 juillet. Les dégâts “ont fait au moins 191 morts en Allemagne et en Belgique, un bilan qui continue de s’alourdir alors que de nombreuses personnes sont toujours portées disparues”, indique le journal.

Crue exceptionnelle et solidarité européenne

Suite à une accumulation exceptionnelle de précipitations sur une partie de l’Europe, dont principalement la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne, de nombreuses rivières” sont entrées en crue exceptionnelle, explique la RTBF. Avec de nombreuses conséquences désastreuses : “routes éventrées, ponts enfoncés” [Euronews], maisons détruites ou “inhabitables” [Le Soir], “voitures balayées dans les rues” [Süddeutsche Zeitung]… Depuis ce week-end, “plus l’eau se retire, plus les dommages aux maisons et aux propriétés, aux entreprises et aux infrastructures sont visibles”, décrit le quotidien allemand.

Prenant la mesure de la “catastrophe” en Rhénanie-Palatinat, Angela Merkel a assuré que “l’addition de tous les événements auxquels nous assistons en Allemagne et la force avec laquelle ils se produisent, tout cela laisse penser (…) que cela a un lien avec le changement climatique[Le Monde]. “La langue allemande ne connaît pratiquement aucun mot pour décrire la dévastation”, a déploré sous le choc la chancelière, citée par Der Spiegel.

Une aide d’urgence d’au moins 300 millions d’euros sera présentée en conseil des ministres [mercredi 21 juillet], avant un vaste programme de reconstruction de plusieurs milliards d’euros”, a annoncé le ministre allemand des Finances Olaf Scholz [Ouest-France].

Les jours défilent et, après l’effroi, les communes pansent leurs plaies”, relève pour sa part Le Soir. Comme l’Allemagne, la Belgique a connu des inondations meurtrières. “Selon les autorités [belges], un peu plus de 37 000 ménages  étaient toujours sans électricité dimanche et 3 600 étaient privés de gaz” [Ouest-France]. De son côté, “Ursula von der Leyen était en déplacement ce samedi 17 juillet dans la ville belge de Pepinster, non loin de Liège, qui est la plus touchée par les fortes inondations survenues dans le pays”, fait savoir RTL. “Nous les Européens, nous sommes avec vous, votre deuil est notre deuil, nous allons en sortir ensemble”, a déclaré la présidente de la Commission européenne, tout en soulignant la solidarité dont ont fait preuve les pays frontaliers dans les missions de sauvetage.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a d’ailleurs décidé de demander un soutien financier du fonds de solidarité de l’UE, selon La Libre. Le mécanisme de protection civile de l’Union européenne a également été mobilisé. “Il s’agit principalement d’une interface (baptisée Centre de coordination de la réaction d’urgence, CCRU) gérée par la Commission, qui met en contact l’Etat demandeur et ceux qui sont prêts à fournir des moyens en personnel et matériels (avions, hélicoptères, bateaux, médicaments, etc.)”, explique Libération.

Changement climatique

Un dispositif d’urgence qui pourrait s’avérer utile à l’avenir, plusieurs experts pointant, à l’instar d’Angela Merkel, la responsabilité du changement climatique dans ces événements météorologiques extrêmes. Même si d’autres éléments sont à prendre en compte, selon l’éditorialiste belge François Mathieu dans La Libre, qui considère que “l’entretien des voiries, et particulièrement des égouts, l’arrachage des haies, le bétonnage des chemins, l’entretien des puits karstiques, l’agrandissement de parcelles constructibles sont quelques-unes des thématiques qui, comme le ressac, reviennent non pas depuis la catastrophe de la semaine dernière, mais depuis des années, voire des dizaines d’années”.

En l’état actuel de la science, il est très difficile d’attribuer un événement précis au changement climatique”, estime quant à lui le chercheur François Gemenne, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dans Le Soir. Il pense toutefois que cette nouvelle donne mondiale “va rendre ces événements climatiques à la fois plus fréquents et plus violents”.

Ne serait-ce pas le moment opportun pour un accord mondial sur le climat ?”, interroge pour sa part Henrik Müller dans Der Spiegel. “Lorsque les représentants des pays du G20 se réuniront à Naples jeudi [22 juillet], les principaux pollueurs du changement climatique seront une fois de plus assis ensemble”, poursuit le professeur de journalisme économique, tout en soulignant l’importance “d’accélérer” la transition vers une économie décarbonée. Après la présentation du paquet climat “Fit for 55” par la Commission européenne la semaine dernière, les Européens pourraient avoir un rôle moteur sur la question. Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, l’exécutif européen a en effet proposé une série de textes législatifs destinés à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2030.

Ce n’est pas être cynique que de constater que cette énième catastrophe naturelle aura davantage d’effets sur les opinions publiques que n’importe quelle campagne publicitaire pour faire prendre conscience que le temps de la procrastination est passé”, d’après Jean Quatremer pour Libération. Et François Gemenne de conclure dans Le Soir : “si chacun peut faire un effort pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’adaptation aux conséquences du changement climatique doit venir des pouvoirs publics”.

Les autres sujets du jour

Chypre

Covid-19

Pologne

Royaume-Uni

Santé

Sport

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Inondations en Europe : le changement climatique pointé du doigt

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide