Logo Toute l'Europe

Energie : "minimiser les interdépendances entre politique énergétique et politique étrangère"

IFRIJan Horst Keppler, de l’Université de Paris-Dauphine, se penche sur la politique énergétique de l’UE dans le cadre d’un dossier du dernier numéro de la revue Politique étrangère de l’Institut français des relations internationales (IFRI), consacré à l’Europe, ses identités et ses politiques.

L’énergie a toujours été un “vecteur de la construction européenne” (CECA, Euratom …) et une politique européenne en la matière “pourrait [aujourd’hui] aider à cristalliser une identité européenne renouvelée” . Un des enjeux clés : le prix de l’énergie importée. Jan Horst Keppler rappelle qu’aujourd’hui “le gaz (importé à 60 %) constitue encore la variable d’ajustement dans la comparaison entre le scénario de référence et le scénario de politique alternative” . Et, “même dans un scénario politiques alternatives, le secteur électrique européen consommera en 2030 davantage de gaz et autant de pétrole (importé à 80 %) qu’aujourd’hui” .

Pour le chercheur, “la situation actuelle ne réclame pas l’introspection autour de subventions mutuelles, mais l’acceptation d’une interdépendance globale (mondiale), et la création de structures favorisant le développement, la réactivité et la compétitivité des industries européennes de l’énergie” . “Les décideurs européens devraient donc veiller avec leurs partenaires (Etats-Unis, Chine, Russie, Arabie Saoudite) à l’existence de marchés transparents, fiables et fluides, avec des prix déterminés par les évolutions continues de la technologie et de l’activité économique, davantage que par les évènements politiques ou militaires, avec tout ce que ceux-ci comportent de rhétorique, de criantes irrationnelles et d’hyperboles” . L’idée est de “minimiser les interdépendances entre politique énergétique et politique étrangère” . Ainsi, “dans une phase caractérisée par la rareté croissante” , “un système commercial multilatéral (et non bilatéral) constitue, et de loin, la meilleur manière de gérer des bénéfices en faveur des producteurs comme des consommateurs” .

L’auteur appelle les Etats membres à trouver un consensus en matière de politique énergétique et à assumer leur “leadership intellectuel sur la scène globale” .

Politique étrangère n°3/2007, IFRI, 2007

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Energie : "minimiser les interdépendances entre politique énergétique et politique étrangère"

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide