Logo Toute l'Europe

COP26 : des négociations techniques pour la dernière ligne droite

Les débats de la COP26 se poursuivent ce lundi 8 novembre à Glasgow. Marchés du carbone, aide aux pays pauvres… les négociateurs des 196 pays participants vont traiter de plusieurs sujets clefs et techniques. L’objectif est d’intensifier l’élan initié lors de la première semaine de discussions pour aboutir à des avancées concrètes en espérant faire taire les critiques, notamment des ONG et de la société civile.

Environ 100 000 personnes se sont rassemblées à Glasgow en marge de la COP26 pour demander davantage d'action en faveur du climat
Environ 100 000 personnes se sont rassemblées à Glasgow en marge de la COP26 pour demander davantage d’action en faveur du climat - Crédits : Union européenne

Présidée cette année par le Royaume-Uni, la deuxième semaine de négociations s’ouvre ce lundi à Glasgow pour tenter d’accélérer la lutte contre le réchauffement climatique. “Plusieurs initiatives importantes ont été lancées lors de la première semaine de la COP26″, rappellent Les Echos, comme la signature d’accords sur les émissions de méthane ou contre la déforestation par exemple. Si “la première semaine de la COP26 a enregistré une série d’engagements” [Le Monde], les observateurs demeurent critiques. D’après eux, “il y a un gouffre entre ces proclamations et les réductions d’émissions à atteindre pour tenir les objectifs de l’accord de Paris : maintenir la hausse des températures par rapport à l’ère préindustrielle sous la barre de + 2 °C, si possible 1,5 °C”, indique le quotidien. “Des négociations plus techniques et plus politiques s’ouvrent ce lundi. De leur issue dépendra le succès ou l’échec de la conférence de Glasgow”, résument finalement Les Echos.

Premier bilan en demi-teinte

D’après un porte-parole de l’organisation britannique de la COP, cité par Le Monde, la première semaine a connu “un réel élan pour l’action climatique”. Parmi les annonces marquantes, on peut relever “[les] engagements sur la déforestation, la sortie du charbon ou la levée de milliards de dollars pour des investissements verts, largement promus par la présidence britannique de la conférence mondiale sur le climat”, rappelle le quotidien. Une vingtaine de pays, dont les Etats-Unis et la Canada, se sont également engagés à “arrêter de financer les énergies fossiles à l’international dès 2022, quand une quarantaine de nations […] ont signé une déclaration de ‘transition du charbon vers l’énergie propre ’ ”, complètent Les Echos.

Malgré ces annonces, “les experts affirment qu’il existe en réalité un décalage flagrant entre ce que certains appellent des ‘promesses gonflées et rabâchées’ et les progrès réels en matière de réduction des émissions de combustibles fossiles”, note France 24. Avant cette COP, “les engagements de réduction de CO2 des Etats pour 2030 menaient vers un réchauffement ‘catastrophique’ de 2,7°C”, rappelle le média, qui précise que même “si toutes les nouvelles promesses étaient effectivement remplies, on pourrait limiter le réchauffement un peu au-dessous de +2°C, peut-être 1,8°C”, soit hors du cadre de l’accord de Paris.

La société civile fait largement écho à ce constat, comme en témoignent les “plus de 300 actions qui ont eu lieu à travers le monde samedi 6 novembre pour dénoncer l’aggravation du dérèglement climatique et le manque d’ambitions politiques pour y faire face” [RFI]. “La COP26 est un échec”, a critiqué la militante Greta Thunberg vendredi 5 novembre, s’exprimant “devant des milliers de jeunes qui ont défilé dans Glasgow” [France 24]. “Ce n’est plus une conférence pour le climat, il s’agit désormais du festival mondial de ‘greenwashing’. C’est une célébration de deux semaines de business et de ‘blabla’ “, a renchéri la jeune activiste suédoise [France info].

Les ONG rejoignent ces critiques. Elles soulignent que “ni les pactes ni les initiatives ne sont contraignantes” [Les Echos]. Pour WWF France, “ces ‘belles promesses’ pourraient être structurantes à condition que les pays signataires fassent tout leur possible, cette deuxième semaine, pour concrétiser leurs annonces dans les décisions et les règles d’application de l’accord de Paris à cette COP26″ [Les Echos].

De nombreux sujets encore sur la table

Après un premier bilan critiqué, la deuxième semaine de la COP26 s’annonce “sous haute tension”, indiquent Les Echos. “Les négociateurs vont devoir mettre les bouchées doubles”, souligne le journal.

Plusieurs questions cruciales restent à trancher. Parmi elles, “les négociateurs tenteront en particulier de trouver un accord sur l’encadrement des marchés internationaux du carbone - qu’il s’agisse des échanges de quotas entre pays ou des marchés privés”, notent Les Echos.

Le marché carbone, cela fait partie des sujets extrêmement importants, parce que cela a à voir avec ce qui est tellement unique dans l’action climatique et le Traité de Paris : il y a un rôle-clé pour le secteur privé”, commente Cassie Flynn, qui participe aux négociations en tant que conseillère sur le climat au Programme des Nations Unies pour le développement [RFI].

La question de l’aide aux pays pauvres sera également aux menus des discussions. Ces pays sont “les moins responsables du réchauffement mais […] paient déjà le prix de ses impacts ravageurs” [France 24]. A l’origine, “100 milliards de dollars par an d’aide à l’adaptation pour les pays en développement, [étaient promis] pour 2020″, rappelle RFI. “Aux dernières nouvelles, ce serait pour 2022. La question est aussi de savoir si cette aide sera revue à la hausse, comme beaucoup le demandent”, poursuit la radio internationale.

Cette première semaine est une déception, la plupart de nos préoccupations ne sont pas en train d’être prises en compte réellement”, dénonce quant à lui Ahmadou Sebory Touré, président du Groupe77+Chine rassemblant 134 pays en développement ou émergents, cité par France 24.

Les responsables britanniques espèrent que les négociations se termineront à temps vendredi afin d’envoyer un signal positif au monde”, relèvent Les Echos.

Les autres sujets du jour

Energie

Numérique

Allemagne

Covid-19

Pologne

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur COP26 : des négociations techniques pour la dernière ligne droite

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide