Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Actualité

Streaming musical : le Parlement européen souhaite rééquilibrer la balance en faveur des artistes

Mercredi 17 janvier, les députés européens ont soutenu une résolution appelant à mieux réguler la diffusion de musique en continu.

Applications musicales
Aujourd’hui, l’essentiel des recettes liées au streaming musical est détenu par les plateformes et les grands labels - Crédits : iStock / Wachiwit

Avec 532 voix pour, 61 contre et 33 abstentions, les législateurs européens ont adopté mercredi le rapport de l’Espagnol Ibán García Del Blanco. Ce texte non législatif appelle la Commission européenne à mettre en place un cadre juridique européen réglementant le secteur du streaming musical, aujourd’hui dominé par des plateformes comme Spotify, Apple Music ou encore Deezer. Cette “diffusion en continu” représente aujourd’hui 67 % du chiffre d’affaires mondial du secteur de la musique, avec un chiffre d’affaires annuel dépassant les 20 milliards d’euros.

Les députés souhaitent ainsi que la répartition de cette valeur soit plus équitable au profit des auteurs, face aux détenteurs des plateformes, aux producteurs et aux éditeurs. Au-delà d’une diminution générale de cette valeur depuis le lancement des plateformes de streaming dans les années 2000, les revenus générés par la production musicale sont actuellement concentrés dans les mains des grands labels et des artistes les plus populaires. Les plateformes de diffusion en continu prélèvent elles-mêmes 30 % des recettes en moyenne, contre 55 % pour les labels (12,7 % revenant aux interprètes) et 15 % pour les éditeurs (9,7 % revenant aux auteurs), selon le service de recherche du Parlement européen.

Vers un fonctionnement des algorithmes plus transparent

Autre mesure phare de la résolution : la transparence des algorithmes et des outils de recommandation. Parmi les pratiques déloyales auxquelles seraient confrontés les artistes figure la manipulation des chiffres par les plateformes pour réduire leur rémunération. Le texte condamne par ailleurs les systèmes dits de “payola”, à travers lesquels les auteurs acceptent des revenus moindres en échange d’une plus grande visibilité en ligne. Il préconise également la création d’un label indiquant les morceaux générés par l’intelligence artificielle. 

Le Parlement européen appelle enfin à accroitre la visibilité des œuvres musicales européennes sur les plateformes de streaming, évoquant même la possibilité d’imposer des quotas. Le fonctionnement actuel des plateformes tend en effet à recommander les morceaux les plus écoutés, ce qui nuit à la variété des contenus proposés. Pour les députés européens, la réglementation devrait donc inclure un indicateur de diversité évaluant l’éventail des genres et des langues disponibles, ainsi que la présence d’auteurs indépendants. L’Union européenne est en outre invitée à investir davantage dans la musique européenne, y compris auprès d’artistes locaux, de niche ou issus de communautés vulnérables. 

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

  • Economie et social

  • Economie et euro

  • Culture

  • Emploi et social

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Streaming musical : le Parlement européen souhaite rééquilibrer la balance en faveur des artistes

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide