Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Le taux de chômage en Europe

L’Union européenne a enregistré près de 12,9 millions de chômeurs en novembre 2022. Un chiffre en baisse sur un an, en raison de la sortie progressive de la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Il y a un an, encore affectée par la crise économique liée au Covid-19, l’Union européenne enregistrait 6,5 % de chômeurs (soit un peu plus de 13,8 millions de personnes) en novembre 2021, en forte hausse après plusieurs années de baisse consécutives. Mais en raison de la sortie de crise progressive et les mesures européennes et nationales de relance, le nombre de demandeurs d’emploi baisse continuellement depuis un an.

12,9 millions d’Européens sans emploi

Eurostat estime ainsi qu’en novembre 2022, 12,9 millions de personnes étaient au chômage dans l’UE soit 6 % de la population active. Un taux en baisse par rapport à celui de 6,5% enregistré en novembre 2021. En un an, le nombre de chômeurs a ainsi diminué d’un peu moins d’un 1 million dans l’UE.

Les contrastes entre pays restent particulièrement marqués. Quand la Pologne connaît un taux de chômage de 3 % en novembre 2022 et la République tchèque un taux exceptionnellement bas de 2,7 %, celui-ci culmine au même moment à 12,4 % en Espagne et à 11,4 % en Grèce. Avec un taux de chômage de 7 % de sa population active, la France se situe quant à elle au-dessus de la moyenne européenne (6 %) mais aussi de celle de la zone euro (6,5 %).

Diminution du taux de chômage

Dans la majeure partie des Etats européens, le taux de chômage a eu tendance à baisser entre novembre 2021 et novembre 2022, passant d’une moyenne de 6,5 % à 6 % pour l’UE d’une année sur l’autre. L’assouplissement progressif des mesures de confinement après le pic pandémique du printemps 2020 et les plans de relance européen et nationaux semblent avoir eu un effet bénéfique sur l’emploi.

Mais cette tendance à la baisse masque le chiffre des personnes ayant renoncé à chercher un travail, note Eurostat. Seuls les individus en recherche active d’emploi sont en effet comptabilisés comme chômeurs, excluant par exemple les parents qui doivent garder leurs enfants.

Pour Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, le taux de chômage représente le pourcentage de chômeurs dans la population active, sur la base de la définition de l’Organisation internationale du travail (OIT).

La population active représente le nombre total des personnes ayant un emploi ou étant au chômage. Les chômeurs sont les personnes âgées de 15 à 74 ans qui :

  • sont sans travail ;
  • sont disponibles pour commencer à travailler dans les deux semaines ;
  • et ont activement recherché un emploi pendant les quatre semaines précédentes.

En décembre 2022, la Banque de France a modélisé plusieurs scénarios pour l’économie française. L’institution retient une fourchette comprise entre - 0,3 % et + 0,8 % de croissance du PIB en 2023. La possibilité d’une récession n’est donc pas exclue, mais celle-ci serait “cependant alors temporaire et limitée”, prévoit la Banque de France. En cause, un pic des tensions attendu cette année sur les prix des matières premières et sur l’approvisionnement en énergie. Une fois ce pic atteint, l’institut s’attend à une phase de reprise à partir de 2024, avec une croissance de + 1,2 % du PIB en moyenne annuelle. Une dynamique qui se poursuivrait en 2025 avec une progression de + 1,8 %.

Ces scénarios sont à prendre en compte pour prévoir l’évolution du taux de chômage dans le pays. Une récession conduirait certainement à une hausse du chômage. 

Différences nationales

De manière générale, les écarts entre pays peuvent s’expliquer par une flexibilité du marché du travail différente. Un paramètre également lié à la qualité de la protection sociale.

Dans les pays scandinaves, le modèle de flexisécurité permet de faciliter les licenciements mais offre dans le même temps une couverture assurantielle élevée couplée à une politique active d’aide au retour à l’emploi. Des facteurs qui, en temps normal, placent ces pays parmi ceux qui ont les plus faibles taux de chômage en Europe.

La pratique du temps partiel est également très présente dans les pays d’Europe du nord. En Allemagne notamment, les faibles taux de chômage s’accompagnent d’un recours aux contrats courts. Et selon Eurostat, 38,7 % de la population active (des 20-64 ans) aux Pays-Bas occupait un emploi en temps partiel en 2021 par exemple. Ce taux est également important en Autriche (29,1 %) et en Allemagne (27,9 %) sur la même année.

Durant la pandémie de Covid-19, le recours au chômage partiel et/ou au télétravail dans un certain nombre d’Etats membres a également pu jouer un rôle important pour limiter la hausse du chômage.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le taux de chômage en Europe

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide