Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] La Commission européenne hausse le ton contre Berlin et ses excédents

Tous les médias reviennent ce matin sur la décision de la Commission européenne d'ouvrir une "enquête approfondie" sur les excédents commerciaux allemands, qui lèseraient l'activité de certains pays de la zone euro et induiraient des déséquilibres économiques.

@ Union européenne 2013

“L’Allemagne affiche un excédent des comptes courants important (…) qui justifie d’enquêter” , a affirmé lors d’une conférence de presse, hier, le président de la Commission, José Manuel Barroso. “Une procédure formelle mais inédite pour Berlin, toujours vu comme le bon élève de l’Europe et locomotive de la zone euro” [Le Nouvel Obs]. “Cette procédure pour excédent excessif est du jamais vu à Bruxelles, qui n’épinglait jusqu’ici que des déficits” , renchérit Jean Quatremer. “Avec ses excellents excédents, Berlin a un problème de riche” , analyse le journaliste de Libération [Edition abonnés].

“La première puissance de l’euro est critiquée de longue date pour sa dépendance aux exportations et pour la faiblesse relative de ses salaires” , résume Le Figaro. Dans son éditorial, La Croix note que “l’intérêt de [cette] décision (…) est d’abord de souligner que les règles communautaires ne vont pas dans un seul sens, celui de l’austérité budgétaire et de l’équilibre comptable à tout prix” . Car “le problème n’est pas que l’Allemagne exporte autant, mais plutôt qu’elle importe peu. Autrement dit, ce pays produit beaucoup et consomme peu, contribuant ainsi à la morosité économique de la zone euro, ce qu’ont déjà critiqué récemment le Fonds monétaire international et le département américain du Trésor” .

Pour Berlin, pourtant, ce surplus commercial n’est pas un problème et la procédure annoncée par Bruxelles est infondée. Se voulant rassurant, le président de la Commission européenne n’a cessé de se justifier. “Nous ne voulons pas que l’Allemagne devienne moins compétitive. Elle est le moteur économique de l’Europe. Nous aimerions avoir plusieurs Allemagne en Europe” , a souligné M. Barroso. Le commissaire européen aux Affaires économiques a quant à lui promis que “l’analyse sera conduite sans parti-pris” [Les Echos]. Dans une tribune publiée dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Olli Rehn a demandé à l’Allemagne d’engager une politique de réduction de son excédent courant. Une demande peu réaliste, selon La Tribune, qui tente de démontrer en quatre points qu’il est peu probable que Berlin renonce à une partie de la compétitivité du pays.

Quinze autres pays européens ont également été épinglés dans le cadre de la surveillance européenne des déséquilibres macroéconomiques. La France avait déjà été visée par une telle enquête l’an dernier, pour son déficit extérieur. La nouvelle enquête devra évaluer “la persistance de ces déséquilibres” [Les Echos].

“Les résultats de cet examen devraient être connus au printemps” , selon Le Nouvel Observateur.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] La Commission européenne hausse le ton contre Berlin et ses excédents

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide