Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

L’Union européenne prépare son plan pour freiner l’envolée des prix de l’énergie

Pour faire face à une inflation galopante, l'Union européenne s'apprête à adopter des mesures visant à réguler le marché de l'électricité. Parmi les options sur la table, une taxation des surprofits de certaines centrales et un plafonnement des prix du gaz.

Le 29 août dernier, la présidente de la Commission européenne a annoncé une réforme structurelle du marché de l'électricité
Le 29 août dernier, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé une réforme structurelle du marché de l’électricité - Crédits : Dati Bendo / Commission européenne

Les prix de l’énergie poursuivent leur ascension. Ce week-end, “[ceux] du gaz naturel ont grimpé en flèche après que la Russie a interrompu pour une durée indéterminée son principal gazoduc vers l’Europe”, Nord Stream, note Bloomberg. La décision, annoncée vendredi 2 septembre, “enfonce la région dans une crise qui pourrait propulser les principales économies dans la récession et les contraindre au rationnement”, alerte le magazine américain.

Nous sommes bien préparés à résister à l’utilisation extrême de l’arme du gaz par la Russie”, s’est empressé de réagir le commissaire européen à l’Economie Paolo Gentiloni le lendemain [Ouest-France]. “Le stockage européen de gaz est actuellement à environ 80 %” [Libération] et certains Etats européens comme la France sont, selon son gouvernement, en avance sur leurs objectifs.

Taxer les surprofits

Surtout, “l’UE est en passe d’imposer des interventions historiques sur le marché de l’énergie”, note Politico. Il y a une semaine, la présidente de la Commission européenne avait annoncé “une intervention d’urgence et une réforme structurelle du marché de l’électricité”, rappelle France info. “La première sera ainsi au menu d’un Conseil extraordinaire de l’UE ce vendredi 9 septembre”.

Les ministres européens de l’Energie devraient tout particulièrement débattre de deux propositions. L’option privilégiée par la Commission européenne et Berlin “consiste à prélever les bénéfices excédentaires des centrales nucléaires, renouvelables et au charbon et à redistribuer ces recettes pour subventionner l’électricité destinée aux consommateurs et aux PME”, détaille Politico.

Car avec l’explosion des coûts du gaz, l’ensemble des producteurs européens d’électricité ont aligné leurs prix de vente sur ceux des opérateurs les plus chers, le plus souvent les centrales à gaz. D’où les “revenus considérables” engrangés ces derniers mois par les producteurs “ne recourant pas au gaz, comme les parcs éoliens et solaires et les centrales nucléaires” [La Tribune]. Tandis que les consommateurs, même soutenus par des aides nationales, ont vu leurs factures énergétiques grimper. Ainsi, “de nombreux dirigeants mettent en garde contre des mouvements sociaux massifs si les prix ne sont pas maîtrisés”, souligne Politico.

Certains pays ont déjà mis en place une telle taxe au niveau national. Dernier en date : l’Allemagne, dont le gouvernement a annoncé dimanche “un nouveau bazooka contre la flambée des prix de l’énergie”, titrent Les Echos. Le plan d’aide de 65 milliards d’euros détaillé par le chancelier Olaf Scholz prévoit ainsi un “plafonnement des prix du gaz sur une partie de la consommation et des aides aux ménages les plus modestes […] financés par une contribution obligatoire sur les gains exceptionnels des énergéticiens”, détaille le quotidien économique.

Plafonner les prix

De fait, le plafonnement du prix du gaz - qui détermine aujourd’hui le prix de l’électricité – est aussi en discussion au niveau européen. Selon un document consulté par Reuters, “les ministres examineront différentes options, notamment un plafonnement du prix du gaz importé, un plafonnement du prix du gaz utilisé pour produire de l’électricité ou le retrait temporaire des centrales au gaz du système européen actuel de fixation des prix de l’électricité”.

Certains pays souhaitent cibler les prix du gaz provenant de “juridictions spécifiques”, selon Politico. Une mesure permettant de “retourner la situation” vis-à-vis de la Russie, “qui se sert de ses exportations de gaz comme d’une arme”, poursuit le média en ligne. Ainsi, “au lieu d’assister impuissante à chaque réduction supplémentaire de l’approvisionnement en gaz par Poutine, l’UE devrait plutôt décider d’un prix limite auquel les entreprises peuvent acheter du gaz russe”.

Enfin, l’option d’un découplage temporaire des prix de l’électricité et du gaz, également sur la table, suscite des “désaccords importants” entre les pays de l’UE “sur l’opportunité et la manière” de le mettre en œuvre [Politico].

Dans une lettre de la présidence tchèque du Conseil adressée aux Etats membres, et dévoilée par Politico, Prague a “demandé aux capitales de dire quelles mesures elles sont prêtes à soutenir lors d’une réunion des ministres de l’énergie de l’UE vendredi”. Le 14 septembre, Ursula von der Leyen présentera les propositions de la Commission européenne pour plafonner les prix de l’énergie à l’occasion de son discours sur l’état de l’Union, selon une responsable de l’exécutif européen citée par La Tribune.

Les autres sujets du jour

Allemagne

Elections

Economie et euro

Grèce

Migration

Royaume-Uni

Suède

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur L'Union européenne prépare son plan pour freiner l'envolée des prix de l'énergie

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide