Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Actualité

Francfort désignée pour accueillir le siège de l’Autorité européenne de lutte contre le blanchiment d’argent, au détriment de Paris

Ce jeudi 22 février, les représentants du Parlement européen et des Etats membres ont désigné Francfort comme ville d’accueil de la nouvelle agence de lutte contre le blanchiment d’argent. Paris faisait partie des neuf villes européennes en lice.

Après Paris, Francfort est la deuxième place financière de l'Union européenne, et la sixième plus importante dans le monde - Crédits : Daniel Roland / Parlement européen
Après Paris, Francfort est la deuxième place financière de l’Union européenne, et la sixième plus importante dans le monde - Crédits : Daniel Roland / Parlement européen

C’est officiel, on connaît la ville qui accueillera la nouvelle Autorité européenne de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (ALBC, ou en anglais anti-money laundering authority, AMLA). Lors d’un vote conjoint ce jeudi 22 février, les députés européens et les ambassadeurs des Etats membres de l’Union européenne ont choisi Francfort (Allemagne) pour accueillir l’autorité centrale de l’UE chargée de la lutte contre l’argent sale.

Déception pour Paris

Le choix de la ville allemande est une déception pour les Français. Paris faisait en effet partie des neuf villes européennes candidates à cet accueil, aux côtés de Rome, Vienne, Vilnius, Riga, Dublin, Madrid, Bruxelles et Francfort, donc. Le 30 janvier, les ambassadeurs de chacune des neuf villes avaient exposé les atouts majeurs de leur candidature lors d’un grand oral face aux représentants du Parlement européen et du Conseil de l’UE.

Trois semaines plus tard, le verdict est donc tombé. Au premier tour de scrutin, Francfort a récolté 28 voix, soit la majorité des 54 voix. Les ambassadeurs des Vingt-Sept avaient éliminé toutes les autres candidatures les unes après les autres. Paris, dont le dossier a été défendu par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, était la dernière ville retenue avant Francfort. Mais la capitale financière allemande, qui héberge déjà les quartiers généraux de la Banque centrale européenne (BCE) et du superviseur bancaire européen (MSU), a su tirer son épingle du jeu.

Un nouveau processus de désignation

C’est la première fois que la sélection du siège d’une nouvelle agence européenne faisait intervenir de telles auditions publiques, organisées conjointement par le Parlement et le Conseil de l’UE. Celles-ci font suite à un arrêt de 2022 de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a donné au Parlement européen un droit de regard égal à celui du Conseil pour déterminer les villes d’accueil des futures agences. Auparavant, ces décisions se prenaient entre ministres européens. Dans le cadre de ce nouveau processus, les Etats membres disposaient de 27 votes (un par pays), tout comme les eurodéputés, pour un total de 54 voix.

Cette nouvelle agence de lutte contre le blanchiment d’argent a été créée sur une proposition formulée par la Commission européenne en juillet 2021. Elle s’intègre dans un plan d’action européen de 2020 sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. L’ALBC se trouvera ainsi au cœur d’un système associant également des autorités nationales dotées de compétences en la matière.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Francfort désignée pour accueillir le siège de l'Autorité européenne de lutte contre le blanchiment d'argent, au détriment de Paris

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide