Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Erasmus+ : “La première des priorités est l’inclusion et la diversité”

Programme phare de la mobilité européenne, Erasmus+ célèbre en 2022 ses 35 ans. A cette occasion, l’agence Erasmus+ France / Education Formation organisera une journée spéciale le 20 janvier prochain à la Maison de la radio à Paris. Explications avec la directrice générale de l’agence, Laure Coudret-Laut.

 

Laure Coudret-Laut est directrice de l’agence française du programme Erasmus+ depuis janvier 2016. Elle était auparavant conseillère éducation, jeunesse, sport à la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne. Crédits : Agence Erasmus+ Education / Formation / France

L’année 2022 débute par un temps fort pour le programme européen de mobilité Erasmus+, ses 35 ans. Vous organisez une célébration de cet anniversaire le 20 janvier prochain à la Maison de la radio à Paris. Quel est son objectif ? 

Le programme Erasmus+ fête ses 35 ans en 2022, ouvrant l’Année européenne de la jeunesse. Depuis sa création, ce programme d’échange a beaucoup évolué. Chaque année, plus de 100 000 personnes en bénéficient, à partir de la France.

Notre objectif, partagé également par les différents ministères, est de sensibiliser l’opinion publique aux opportunités offertes par l’Europe en matière de mobilité et d’engagement des jeunes, de mettre en avant aux niveaux national et européen des actions concrètes et ambitieuses pour les renforcer et de proposer des pistes pour l’avenir.

35 propositions sur l’amplification du programme Erasmus+ et un droit à la “mobilité apprenante en Europe pour tous” ont ainsi émergé. Ils seront présentées le 20 janvier prochain à Clément Beaune, secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, au cours de l’événement organisé à la Maison de la radio en présence de plusieurs autres membres du gouvernement français.

A l’occasion des 35 ans d’Erasmus+, l’Agence Erasmus+ France/ Education Formation organise un événement interministériel le 20 janvier 2022 à la Maison de la radio et de la musique à Paris, en partenariat avec l’Agence Erasmus+ / Jeunesse et Sports pour valoriser la diversité des projets et des publics du programme Erasmus+. Au programme, la mise en valeur des six types de bénéficiaire du programme : élèves, apprentis, étudiants, enseignants et formateurs, demandeurs d’emplois et adultes peu qualifiés, volontaires et professionnels des associations à travers des témoignages forts. Cet événement présentera également les résultats d’une consultation menée sur 35 bénéficiaires et 35 non-bénéficiaires du programme Erasmus+ afin d’identifier les attentes pour l’Erasmus de demain. Suivez l’événement en direct en vous inscrivant !

Sur quels thèmes portent ces nouvelles propositions issues du Forum citoyen ? Avez-vous été surprise par leur contenu ?

Les 70 participants ont d’abord échangé sur leurs rêves de mobilité, les obstacles et leurs besoins pour concrétiser leurs projets. Ils ont formulé un premier ensemble de propositions dégageant cinq grands axes. Ces propositions ont été rediscutées via une plateforme en ligne et lors d’une dernière réunion le 26 novembre avec 12 volontaires parmi les 70 participants initiaux. Nous avons été assez agréablement surpris par ce forum, à la fois par son organisation très structurée sur une période de deux mois et par le caractère concret des demandes. Il faut souligner que ces jeunes ont des profils très variés, correspondant à tous les types d’apprenant et qu’ils étaient issus de tous les territoires, y compris l’outre-mer. Je pense donc que c’est assez représentatif d’une demande collective sur le sujet.

Comment ces propositions vont-elles se traduire concrètement en France ?

Ces propositions seront détaillées le 20 janvier prochain aux différents ministres présents. Mais nous allons bien sûr les porter comme contribution de l’agence nationale au débat organisé dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Enfin, nous allons travailler avec nos homologues des autres agences nationales Erasmus+.

Le programme Erasmus+ est mentionné dans les priorités de la PFUE dévoilées en décembre dernier par le président de la République. Quelles sont les vôtres pour cette année ?

La première des priorités, qui est d’abord celle de l’Union européenne, est l’inclusion et la diversité. Il s’agit de faire en sorte que ce programme soit accessible à tous : que ceux qui jusqu’à présent pensaient qu’il n’était pas pour eux se sentent désormais concernés. Ensuite d’accompagner avec ce programme la transition écologique et la transition numérique, qui sont également des axes prioritaires de la Commission européenne. Il s’agit aussi de développer le sentiment d’appartenance à l’Europe autour de la citoyenneté et du partage des valeurs démocratiques.

Enfin, afin de poursuivre la promotion d’Erasmus+ à travers la France, nous avons mis en place cinq bureaux territoriaux pour mener une expérience, d’abord sur une année. Ils vont s’appuyer sur des acteurs qui connaissent très bien le tissu local et qui vont agir plus en profondeur sur certains territoires dans lesquels le programme est moins développé. Nous allons également avoir au sein de l’agence un chargé de mission territoriale. Cela nous permettra de disposer de diagnostics territoriaux plus fins que ceux dont nous disposons aujourd’hui. Et donc de pouvoir travailler soit sur ces champs du programme qui sont moins utilisés que d’autres soit sur des établissements qui sont par nature un peu plus reculés. Il s’agit de relayer cette information au plus près du terrain.

Le thème de la jeunesse a été choisi pour cette année européenne 2022. Selon vous, quel impact cela peut-il avoir pour les jeunes ?

Nous avons une vraie attente concernant l’accroissement de la mobilité des plus jeunes avec Erasmus+. La mobilité des jeunes scolaires, individuelle ou de groupe, est un bon outil pour lutter contre l’exclusion dans certains endroits où ils n’ont pas du tout l’habitude de bouger pour des raisons sociales, familiales ou culturelles. Des expériences de mobilité de 3 à 6 mois dans le cadre d’un collège ou d’un lycée pourront également solidifier des liens entre établissements européens, et permettre aux jeunes d’acquérir des compétences linguistiques et de gagner en maturité. Par ailleurs, nous espérons que l’apprentissage pourra davantage se développer. A ce sujet, nous comptons beaucoup sur la participation des entreprises.

Pour terminer, Laure Coudret-Laut, un vœu à formuler en ce début d’année ?

De ne jamais s’autocensurer sur une possibilité de mobilité !

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Erasmus+ : "La première des priorités est l’inclusion et la diversité"

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide