Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Energie : les Vingt-Sept s’accordent sur un plafonnement des prix du gaz

Les ministres européens de l’Energie se sont accordés lundi 19 décembre pour interdire les achats de gaz au-delà de 180 euros le mégawattheure. Un consensus obtenu après plusieurs semaines de négociations, qui ménage les pays rétifs à une intervention sur les marchés.

Les Vingt-Sept se sont engagés à remplir leurs réserves de gaz à 90 % avant l'hiver 2023
En juin dernier, les Vingt-Sept s’étaient engagés à remplir leurs réserves de gaz à 90 % avant l’hiver 2023 - Crédits : Commission européenne

Il aura fallu des semaines de négociations, des discussions à n’en plus finir, parfois jusque tard dans la nuit, des psychodrames à répétition”, se souvient Le Monde. Réunis hier à Bruxelles, les ministres de l’Energie des Vingt-Sept ont enfin trouvé un accord qui “permettra de plafonner les prix de gros du gaz dès qu’ils dépassent 180 euros le mégawattheure”, note Libération.

Concrètement, détaillent Les Echos, le mécanisme de correction du marché s’appliquera à partir du 15 février prochain. Il prévoit “d’être déclenché quand le prix des contrats à un mois dépasse, pendant trois jours d’affilée, les 180 euros par MWh, et qu’il existe un écart entre le prix des marchés européens et mondiaux de 35 euros”.

Avec ce nouvel instrument, “l’Europe veut éviter à tout prix une répétition de l’épisode de l’été dernier, lorsque le prix du gaz naturel s’est envolé au-delà de 350 euros par mégawattheure (MWh)”, juge en Espagne El País. Elle compte aussi “préparer l’approvisionnement énergétique […] pour l’hiver prochain, ce qui va être beaucoup plus difficile que pour l’hiver 2022″ alors que l’Europe “bénéficiait encore du gaz russe”, préviennent Les Echos.

Le ministre tchèque de l’Energie Jozef Síkela s’est félicité d’un “accord important qui protégera les citoyens de la flambée des prix de l’énergie, avec un mécanisme réaliste et efficace, qui comprend les garanties nécessaires pour la sécurité de l’approvisionnement et la stabilité des marchés financiers”, cite Le Temps.

Plafond revu

La proposition initiale de la Commission européenne envisageait de plafonner les contrats mensuels de gaz dès lors qu’ils dépassaient 275 euros le mégawattheure pendant deux semaines consécutives. “Des facteurs jamais réunis, même au plus fort de la flambée des cours en août dernier, sur fond de conflit en Ukraine”, rappelle Libération. Lors de leur dernière réunion le 13 décembre, les ministres s’étaient déjà mis d’accord “sur certaines modalités du mécanisme” [RFI], mais pas sur le plafond lui-même.

Le compromis d’hier, qui fixe ce dernier à 180 euros, est qualifié par Le Figaro d’ “accord au forceps, ­entre des Etats membres soucieux de protéger davantage les ménages et les entreprises et, d’autres pays pour lesquels une intervention sur les marchés est un jeu très dangereux”. Ainsi, “l’Allemagne et les Pays-Bas rejetaient initialement l’idée même d’un plafond, craignant que cela fasse fuir les fournisseurs” vers d’autres marchés, notamment asiatiques, rapporte RFI.

In fine, seule “la Hongrie a voté contre, tandis que les Pays-Bas et l’Autriche se sont abstenus” [Il Sole 24 Ore]. L’Allemagne, elle, a accepté ce nouvel instrument en raison de “différentes mesures de sécurité”, fait savoir le quotidien Die Zeit.

Garde-fous

Parmi ces “garde-fous stricts”, “le mécanisme ‘pourra être désactivé rapidement, si ce n’est automatiquement’ dans plusieurs cas de figure, par exemple si la consommation des Européens augmente”, explique Le Monde. Citée par le journal, la commissaire à l’Energie Kadri Simson prévient également que la Commission pourrait “suspendre ex ante le mécanisme” en fonction des conclusions des études d’impact menées préalablement. Un impact que le média Politico anticipe comme “faible”, compte tenu des restrictions dont le nouvel instrument est assorti.

Deux autres textes d’urgence destinés à amortir la crise énergétique ont par ailleurs été approuvés par les Etats membres. “Le premier prévoit des achats groupés de gaz” afin d’obtenir de meilleurs prix [Le Point]. Quant au second, souhaité par l’Allemagne, Libération indique qu’il “simplifie les procédures d’autorisations pour les infrastructures d’énergies renouvelables”.

Les autres sujets du jour

CEDH

Economie

Energie

Environnement

Numérique

Relations extérieures

Royaume-Uni

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Energie : les Vingt-Sept s'accordent sur un plafonnement des prix du gaz

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide