Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] L’Union bancaire européenne avance… à pas feutrés

Si la supervision des banques de la zone euro va pouvoir se concrétiser après le feu vert donné, mardi 15 octobre, par les ministres européens des Finances, l'Eurogroupe n'a pas su, en revanche, trouver un terrain d'entente sur la résolution bancaire, le mécanisme commun de gestion de crise, deuxième et plus important pilier de l'Union bancaire. L'Allemagne bloque tout accord.

Olli Rehn Ecofin

Un mois après le Parlement européen, les ministres des Finances des 28, réunis à Luxembourg, ont adopté mardi 15 octobre, le mécanisme de supervision bancaire par un vote à l’unanimité. Le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, a salué “une date importante” [Libération].
Le mécanisme sera opérationnel “en novembre 2014” , a précisé le ministre lituanien des Finances, Rimantas Sadzius, dont le pays préside l’UE pour six mois.

C’est à la Banque centrale européenne (BCE) que reviendra le rôle de superviseur, qui concernera à terme non seulement les banques de la zone euro mais aussi celles des autres pays de l’UE qui souhaiteront participer. La BCE entend passer en revue la qualité des actifs des banques de la zone euro et procéder à des tests de résistance courant 2014.

Mais si l’Eurogroupe a validé la mise en place du mécanisme de supervision unique (SSM) bancaire dans l’UE, il existe, en revanche, une absence de décision absolue sur le point devenu crucial pour l’union bancaire : le mécanisme de résolution unique (SRM) [La Tribune]

Selon Libération, l’Allemagne a en effet soulevé plusieurs objections, à commencer par la base juridique du mécanisme qu’elle conteste. Elle remet aussi en question le fait que la Commission européenne soit investie de la mission d’ “appuyer sur le bouton” lorsqu’il faudra décider du sort d’une banque.
Selon le projet présenté par la Commission, le mécanisme de résolution doit s’accompagner d’un fonds, abondé directement par le secteur bancaire, La France y est favorable, mais l’Allemagne préfère un réseau de fonds nationaux. Il va falloir également faire en sorte que les pays qui veulent y participer, mais ne sont pas dans la zone euro, soient traités de manière équitable.
Le débat porte enfin sur le nombre de banques qui seront concernées par le mécanisme de résolution. “Il pourrait y avoir plusieurs étapes, en commençant par les plus grandes banques avant d’élargir le champ” , a suggéré mardi Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe.

La situation semble pour l’instant bloquée. Or, selon Romaric Godin de la Tribune, “sans mécanisme unique de résolution, l’union bancaire n’est qu’un objet sans réelle fonction. C’est un cerveau sans bras” . Il estime que “encore une fois, l’avenir de l’Europe dépend de la bonne ou de la mauvaise volonté allemande… ”

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] L’Union bancaire européenne avance… à pas feutrés

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide