Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Les pesticides en Europe

En 2019, les Etats membres de l'UE utilisaient en moyenne 3,13 kg de pesticides par hectare de terre cultivée. Un chiffre qui, s'il a relativement peu évolué depuis plus de 30 ans, cache d'importantes disparités entre les pays.

Les écarts d’utilisation de pesticides sont élevés entre pays européens. Ainsi, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le pays de l’UE qui utilise le plus de pesticides est Chypre, avec 9,98 kg par hectare (10 000 m²) de terres cultivées en 2019. Viennent ensuite les Pays-Bas (8,88 kg/ha) et la Belgique (6,96 kg/ha).

En valeur absolue, la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne ont déclaré plus des deux tiers du volume total des ventes de pesticides de l’UE en 2019. Rapportés au nombre d’hectares cependant, l’Allemagne (3,8 kg/ha) et l’Espagne (3,66 kg/ha) se situent dans la moyenne européenne (3,3 kg/ha). La France (4,46 kg/ha) et l’Italie (5,21 kg/ha) se situent pour leur part au-delà de cette moyenne.

Enfin, la Roumanie (0,57 kg/ha), la Suède (0,58 kg/ha), la Finlande (0,6 kg/ha) et l’Estonie (0,91 kg/ha) sont quant à eux les pays les moins consommateurs de pesticides.

Les types de pesticides

La Commission européenne définit un pesticide comme “un produit qui prévient, détruit, ou contrôle un organisme nuisible ou une maladie, ou qui protège les végétaux ou les produits végétaux durant la production, le stockage et le transport”.

Le terme regroupe donc des familles différentes de pesticides, comme les fongicides, les herbicides ou les insecticides, mais inclut aussi les répulsifs ou les régulateurs de croissance, entre autres.

Le cadre européen

En Europe, la commercialisation et l’utilisation de pesticides ainsi que le niveau de résidus dans les denrées alimentaires sont régis par une législation en vigueur depuis 1991.

L’Union européenne, au travers de sa règlementation, cherche à harmoniser les règles en termes de pesticides autorisés et interdits, et de seuils maximums de résidus présents. En outre, elle veut inciter à un usage raisonné des pesticides pour réduire leur impact sur la santé et l’environnement, mais aussi promouvoir l’usage de produits ou de techniques alternatifs.

Dans la législation européenne, les produits phytosanitaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché. Le règlement relatif à la production et à l’autorisation des pesticides contient ainsi une liste positive de “substances actives” (les ingrédients chimiques des pesticides) approuvées, établie au niveau de l’Union. Les pesticides sont ensuite autorisés au niveau national sur la base de cette liste. Un règlement de la Commission européenne prévoit également la possibilité pour les industriels de demander des extensions d’autorisation des substances actives pour répondre aux besoins des cultivateurs.

Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, la Commission européenne veut diminuer l’utilisation de certains pesticides. Avec sa stratégie “De la ferme à la table”, présentée en mai 2020, elle ambitionne ainsi de réduire de 50 % le recours aux pesticides d’ici à 2030. Une coupe conjuguée à l’objectif de 20 % de réduction des engrais chimiques.

Les débats sur le glyphosate

Le glyphosate est l’herbicide le plus répandu dans le monde, et contenu notamment dans le Roundup de Monsanto (racheté par Bayer en 2018). Le renouvellement de l’autorisation du glyphosate fait depuis 2015 l’objet d’âpres débats au sein de l’UE, en lien avec les effets supposés de l’herbicide sur la santé. 

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence intergouvernementale sous l’autorité de l’OMS classe le glyphosate comme “cancérogène probable”. Une étude contestée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) quelques mois plus tard, qui le juge probablement non cancérogène.

Après des mois de débats et de réticences, le Conseil de l’UE se prononce finalement en 2017 en faveur du renouvellement de l’autorisation du glyphosate à la majorité qualifiée des Etats membres. Une prolongation qui ne met pas pour autant fin aux débats, plusieurs décisions judiciaires ayant depuis pointé du doigt les effets supposés nocifs du produit sur la santé de ses utilisateurs. Le Luxembourg a par exemple déjà interdit l’utilisation totale du glyphosate, de même que le Danemark sur les nouvelles terres.

Le débat devrait être relancé en 2022. L’autorisation de l’herbicide arrive en effet à échéance le 15 décembre de cette année et devra être prolongée (ou non) par les Etats membres de l’UE lors d’un vote au Conseil. Un rapport de l’Agence européenne des produits chimiques publié le 30 mai - et vivement contesté par les associations de défense de la santé et de l’environnement - a conclu que “la classification du glyphosate comme cancérogène n’était pas justifiée”. Un avis de l’EFSA devrait suivre dans les prochaines semaines, avant le vote des ministres en charge de l’Agriculture d’ici la fin de l’année.

Quelles tendances ?

La vente de pesticides au sein de l’UE est en légère baisse selon Eurostat, passant de 360 000 tonnes vendues par an en 2011 à 333 500 tonnes en 2019, soit une diminution de 10,2 %. Il s’agit également du plus bas niveau enregistré depuis le début des relevés. 

Rapportée aux surfaces agricoles toutefois, cette tendance tend à être démentie : la moyenne de l’UE passe ainsi de 2,98 kg/ha en 2011 à 3,13 kg/ha en 2019 : si l’on vend moins de pesticides, on en épand en moyenne davantage par hectare. En fonction des périodes toutefois, la tendance a pu évoluer en sens inverse : en 1990, on utilisait en moyenne 3,17 kg/ha.

Ces chiffres sont aussi à relativiser selon les pays. De 2011 à 2019, certains ont ainsi utilisé de plus en plus de pesticides par hectare, à l’image de la France, de la Grèce ou de l’Espagne. A l’inverse, l’Italie et les Pays-Bas ont diminué cette quantité, mais ces derniers figurent parmi les plus gros consommateurs depuis 2011. Chypre a quant à elle connu successivement une forte hausse puis une forte baisse de son utilisation de pesticides, avant d’atteindre finalement les 9,98 kg en 2019, soit le double du niveau de 2011.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Les pesticides en Europe

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide