Derniers articles publiés

Votre avis sur la Présidence française de l'Union européenne

Actualité 25.03.2008

Tout au long du mois de février 2008, Touteleurope.fr vous a proposé d'exprimer vos attentes pour la présidence française de l'Union européenne en répondant à une grande enquête en ligne. Vous avez été 4 300 à prendre part à cette consultation. Nous vous proposons aujourd'hui un décryptage complet des résultats de cette enquête : les thèmes les plus mobilisateurs, les propositions les plus populaires, la teneur des commentaires… 

Découvrez également une vidéo dans laquelle le politologue Dominique Reynié, spécialiste de l'opinion européenne, analyse les grandes tendances qui se sont exprimées.

Des participants bien informés, intéressés par les questions européennes… et parfois militants !

Tous les résultats

Explorez l'ensemble des résultats de l'enquête en ligne : les choix les plus populaires pour chacun des thèmes, l'accès à une sélection de commentaires représentatifs ou originaux, des synthèses des profils des participants...

Résultats complets

Près de 4 300 personnes ont participé à cette enquête ouverte du 24 janvier au 10 mars. 85 % des participants ont déclaré être au courant de l'organisation prochaine de la Présidence française de l'Union européenne (PFUE). C'est un public bien plus diplômé que la moyenne de la population française (la proportion de Bac + 4 s'élève à 50% parmi les personnes ayant rempli le questionnaire socio-démographique proposé en début de consultation) et probablement bien informé sur les questions européennes, comme le montre la qualité de la plupart des commentaires.

La consultation a enregistré début février un afflux de militants altermondialistes, proches de l'association ATTAC. Beaucoup ont protesté contre le mode de ratification du Traité de Lisbonne et se sont exprimés en faveur des mesures économiques les plus interventionnistes proposées dans le questionnaire. Les anti-nucléaires, généralement très mobilisés sur le Net, ont également participé en nombre, ainsi d'ailleurs, dans une moindre mesure, que les anti-OGM.

La présence élevée parmi les participants de ces militants plus ou moins déclarés explique en partie (mais pas seulement !) pourquoi les priorités des participants vont à l'environnement et aux questions sociales.


La Présidence française : un impact à relativiser

68 % des répondants estiment que la PFUE ne permettra pas de "relancer" la construction européenne, 66 % qu'elle ne permettra pas d'améliorer la place de la France au sein de l'UE.

Ces questions ont suscité deux types de réactions opposées chez les personnes qui ont répondu par la négative :

- les internautes de sensibilité plutôt "altermondialiste" ont souligné que de toute manière la construction européenne telle qu'elle se déroule est néfaste pour la France et qu'il faut avant tout la "réorienter" dans un sens moins "libéral".

- les pro-européens ont pour la plupart réfuté l'idée qu'un pays puisse à lui seul relancer l'Union européenne. Ils ont également considéré que la Présidence du Conseil ne doit pas profiter au pays qui l'exerce mais être envisagée en collaboration avec les 26 autres Etats membres.

Une majorité de participants (63 %) estime que cet événement ne permettra pas de rapprocher les Français de l'Europe : chez beaucoup d'entre eux, on constate l'impact négatif de la ratification du Traité de Lisbonne par voie parlementaire, assimilée à une volonté de construire l'Europe sans (voire contre) l'avis des citoyens.

Autre enseignement de cette première série de questions : la polarisation d'un nombre important de commentaires sur la politique du Président de la République. Nombreux  sont les participants qui soupçonnent Nicolas Sarkozy de vouloir profiter de la Présidence française pour "se mettre en avant"… au risque d'un échec pour l'Union européenne. Plus rares sont ceux qui comptent sur son "dynamisme" pour faire de ce rendez-vous un succès.

Le sondage réalisé par IFOP pour Touteleurope.fr en janvier 2008 auprès d'un échantillon représentatif de la population française était nettement plus optimiste : 58 % des sondés pensaient alors que la PFUE permettrait d'améliorer l'efficacité de l'UE, 61 % qu'elle serait positive pour la place de la France en Europe. Les participants à la consultation en ligne sur la PFUE sont loin de partager l'avis de la majorité de la population sur ces questions.

Priorité à l'environnement et aux questions sociales

Les préoccupations des internautes vont clairement vers l'environnement, qui est à la fois le thème sur lequel les participants se sont le plus exprimés (plus de 2 800 réponses) et l'enjeu prioritaire de la future présidence pour 69 % des répondants. Ce sujet arrivait également en tête des préoccupations des Français pour la PFUE dans le sondage IFOP- Touteleurope.fr.

Les questions sociales, qui ne figurent pas en tant que telles dans le programme de la Présidence – et relèvent avant tout de la compétence des Etats membres– sont une priorité pour 51 % d'entre eux, l'emploi pour  27 %. Ces thèmes qui ont cristallisé les débats à l'occasion du référendum sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe continuent de susciter beaucoup d'attentes au plan européen.

L'énergie, qui constitue un dossier prioritaire pour Paris, se classe en troisième position avec 36 %. Les autres priorités affichées de la France, immigration et défense, recueillent un nombre infime de suffrages des internautes (9 % et 4 %). Il est intéressant de noter que l'immigration est davantage un sujet de préoccupation pour l'ensemble de la population française (22 % selon notre sondage) que pour les participants à cette consultation.

Signalons enfin que la protection des consommateurs, qui ne figurait pas parmi les choix proposés, a été spontanément érigée au rang de priorité par un certain nombre de participants.

Un modèle de société, des orientations divergentes

L'analyse de l'ensemble des réponses (voir les profils des participants dans la synthèse générale des résultats) montre qu'un consensus se dessine assez nettement autour d'un modèle environnemental durable (les propositions visant la protection de l'environnement sont plébiscitées) et d'une société solidaire (les services publics et la protection sociale sont mis en avant). Les droits de l'homme constituent également une valeur commune pour les répondants, tant au plan européen qu'à l'échelle internationale.

Par delà ce consensus, on peut esquisser deux profils-types de répondants :

- les participants explicitement préoccupés par les questions sociales et d'emploi, partisans de mesures politiques volontaristes au niveau européen (taxation, harmonisation, lutte contre les délocalisations…).

- les participants plus orientés vers les questions de régulation et la place de l'Europe dans le monde.

Quant aux solutions généralement qualifiées de "libérales" (concurrence, ouverture de marchés, flexisécurité…), elles sont peu prisées par les participants, tout comme les mesures les plus restrictives en matière d'immigration.

Explorez l'ensemble des résultats de l'enquête, thème par thème ! Les statistiques pour toutes les questions, une sélection des commentaires les plus significatifs et les plus percutants, l'ensemble des commentaires accessibles par nuages de mots clés, l'analyse des profils des participants…

Voir les résultats de l'enquête en ligne

 

Comment les résultats ont-ils été recueillis ?

Le questionnaire comportait cinq parties : le thème "Les enjeux de la Présidence" proposait aux internautes de donner un point de vue général sur la présidence à venir et de lister les domaines politiques prioritaires. Les quatre autres parties étaient consacrées à des domaines qui seront au coeur de la présidence française : croissance et emploi, énergie et environnement, Europe des citoyens, Europe et monde.

Les participants étaient libres de s'exprimer sur le(s) thème(s) de leur choix, chacun d'entre eux comprenant 2 à 5 questions. Pour chacune des questions, ils ont sélectionné leurs préférences parmi une série de propositions qui sont autant de mesures possibles pour l'avenir de l'UE. Un certain nombre d'entre elles correspondent à des propositions faites par des acteurs de la société civile dans le cadre de la consultation réalisée par Euractiv.fr. Mais les internautes étaient également libres de suggérer d'autres orientations !

Nous les avons invités à compléter chacun de leur choix en rédigeant un commentaire libre.