Derniers articles publiés

Valéry Giscard d'Estaing : "Je souhaite que les citoyens expriment leurs propositions sur mon blog"

Actualité 14.06.2007

 

A une semaine du Conseil européen, Valéry Giscard d'Estaing, l'un des "pères" de la Constitution européenne, fait son retour dans le débat. Il publie aujourd'hui une tribune dans laquelle il commente le projet de traité simplifié. Au même moment, il signe son entrée dans la blogosphère en lançant vge-europe.eu, sur lequel il souhaite alimenter le débat sur l'Europe, dans un dialogue permanent avec les internautes.

 

Pourquoi lancer un blog ? Quels thèmes souhaitez-vous y aborder ?

Essentiellement l'achèvement de la ratification du Traité constitutionnel et la participation des citoyens au débat. Nous célébrons le quatrième anniversaire de la remise au Conseil européen des 1ère et 2ème parties de ce qui est devenu le Traité constitutionnel. Depuis, il y a de nombreux débats et de longues discussions. Les choses ont avancé dans la plupart des pays d'Europe, mais elles se sont bloquées dans d'autres.

Dans tout le débat actuel, l'opinion des Européens n'est pas prise en compte. Il y a actuellement des négociations dont vous entendez parler, des visites bilatérales, mais personne ne sait ce qui s'y dit. Il y a simplement des comptes rendus très brefs, différents d'ailleurs suivant les interlocuteurs, car ils ne disent pas exactement la même chose. Le citoyen ne peut donc pas savoir comment se discute son sort en Europe. Je crois que cette situation n'est pas raisonnable au 21e siècle, avec tous nos moyens de communication et notre immense demande de transparence.

 


Le lancement de votre blog coïncide avec le retour dans l'actualité du débat sur l'avenir de l'UE. Quel rôle comptez-vous jouer dans ce débat ?


Je ne peux pas jouer un rôle direct parce que ce débat est défini comme étant un débat du Conseil européen. Sont membres du Conseil européen les Chefs d'Etat et de gouvernement des vingt-sept Etats membres de l'Union. C'est donc eux qui vont débattre, et personne d'autre. Le président de la Commission et le président du Parlement jouent également un rôle car ils sont invités au Conseil européen. L'un y siège (le président de la Commission), l'autre est invité au début du débat et  fait une communication (le président du Parlement). Tout ceci a lieu la semaine prochaine [Conseil européen des 21 et 22 juin 2007]. C'est un enjeu considérable. La présidence allemande s'est donnée beaucoup de peine. Il y a  eu en même temps des initiatives prises ça ou là, pour un mini-traité, pour un traité simplifié, pour d'autres formules, et les citoyens sont tenus à l'écart.

Alors ma demande, c'est d'abord que le débat du Conseil européen soit public, comme l'a été le débat de la Convention. Nous savons que ce genre de débat peut être public car nous l'avons fait pendant deux ans. Et d'autre part, que sur ce blog puissent s'exprimer un certain nombre de propositions et réflexions des citoyens, qui seront, je l'espère, communiquées et prises en compte par les dirigeants de l'Europe.



A vos yeux, que peut apporter Internet au débat public ?


Internet peut apporter l'expression d'opinions. Nous avons actuellement des opinions qui sont connues, dans la presse. Mais ce sont essentiellement les opinions des journalistes, un peu de courriers des lecteurs, et c'est tout. Nous n'avons pas l'opinion des citoyens.

Alors comment peuvent-ils s'exprimer ? Internet est un outil qui leur donne accès à l'expression, d'une façon synthétique, libre, à leur gré, comme ils entendent le faire. C'est donc une contribution très importante. Je crois qu'il existe en réalité un fossé entre les dirigeants, c'est-à-dire la diplomatie finalement, et les citoyens. Ces discussions qui vont avoir lieu, elles sont préparées par des diplomates, et non par des élus. Elles sont préparées par des gens qui sont habitués à considérer les Etats comme différents les uns des autres, et généralement plus ou moins antagonistes les uns par rapport aux autres.

Les citoyens, eux, qui sont les acteurs du système, et éventuellement ses bénéficiaires, ne peuvent rien dire. Je crois qu'Internet est un moyen d'expression, un accès à l'expression. S'il y a sur mon blog des indications fortes, positives, je m'en ferai le relais auprès de la présidence allemande.



A quelle fréquence comptez-vous publier sur votre blog ?


A une fréquence quasi quotidienne, je pense. Il sera alimenté aujourd'hui par un article que je fais paraître dans Le Monde, sur lequel les internautes peuvent réagir. Ensuite, ce sera en fonction de leurs réactions et du déroulement des événements que je débattrai sur mon blog. Bien entendu, je répondrai à toutes celles et tous ceux qui viennent participer à ces discussions, parce que c'est tout à fait normal. Et je le ferai personnellement.

 

 

Quel utilisateur d'Internet êtes-vous ?

Pas un grand utilisateur, par manque de temps. Je suis quelqu'un qui écrit beaucoup et cela prend beaucoup de temps. Je suis sur Internet quelques journaux, les grands marchés mondiaux, tous les jours, pour être au courant de l'évolution des cours des matières premières, du pétrole, des marchés financiers. C'est là l'essentiel de mon information sur Internet.