Derniers articles publiés

Union pour la Méditerranée : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy trouvent un compromis

Actualité 05.03.2008

© Communauté européenne, 2008Lors d’une rencontre à Hanovre le 3 mars, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sont parvenus à un compromis sur un projet qui suscitait des tensions entre les deux chefs d’Etat : "l’Union pour la Méditerranée". Le contenu du projet sera dévoilé lors du Conseil européen des 13 et 14 mars 2008.


Contexte

Nicolas Sarkozy s’est déplacé lundi 3 mars à Hanovre, dans le nord de l’Allemagne pour inaugurer le salon mondial des technologies de l’information, en compagnie d’Angela Merkel, Chancelière de la République fédérale d’Allemagne. Ce déplacement a permis au chef de l’Etat de s’entretenir longuement avec la chancelière allemande sur les grands sujets européens et internationaux. Ils ont annoncé à la fin de la rencontre être parvenus à un "compromis" en faveur d’une Union pour la Méditerranée, sujet qui suscitait de réelles discordes entre la France et l’Allemagne ces derniers mois.

Un compromis difficile

Le projet de Nicolas Sarkozy d’Union méditerranéenne a longtemps suscité des méfiances du côté allemand. Mme Merkel craignait que ce chantier ne divise les Européens, et que s’organise une Europe du sud contre les intérêts de l’Europe du nord. Toutefois, les deux chefs d’Etat ont minimisé les discordes. "Sur l’Union pour la Méditerranée, nous n’avons pas nié qu’il puisse y avoir des malentendus et des difficultés". "Ce qui est important c’est que l’on trouve des solutions", a rappelé Nicolas Sarkozy. Le chef de l’Etat a également souligné que le souci d’Angela Merkel était "que tous les Etats européens puissent y participer".

"Ce sera un projet européen"

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont insisté sur le fait que le nouveau projet, renommé "Union pour la Méditerranée", réunira les 27 Etats membres de l’Union européenne. Ce sera donc un "projet européen", qui inclura également les Etats non-riverains de la Méditerranée, comme l’a souligné Nicolas Sarkozy.

Il s’agit donc de faire évoluer le processus de Barcelone, créé en 1995. "Nous sommes convenus qu'en ce qui concerne la coopération entre l'Union européenne et la Méditerranée, nous voulions faire évoluer le processus de Barcelone et lui donner une nouvelle dimension", a souligné Mme Merkel. La chancelière a en effet reconnu que le processus de Barcelone avait "ses forces et ses faiblesses". Ce processus a été créé comme un véritable partenariat entre les 27 Etats membres et les 10 Etats du sud et de l’est de la méditerranée, autour de trois volets (politique et sécurité, économique et financier, social, culturel et humain).

Perspectives

Les deux chefs d’Etat sont restés vagues sur le contenu du nouveau projet "d’Union pour la Méditerranée". En effet, ils ont souligné la nécessité d’impliquer les 27 Etats dans l’élaboration de ce projet. Angela Merkel a ainsi précisé que Paris et Berlin évoqueraient le projet d'"Union pour la Méditerranée" lors du dîner du prochain Conseil européen, les 13 et 14 mars à Bruxelles. "Nous allons demander à la Présidence slovène de mettre ce point à l'ordre du jour", a indiqué Mme Merkel.

Sources

Conférence de presse conjointe de Mme Merkel et M. Sarkozy à Hanovre le 3 mars 2008 - Communiqué de presse - 05/03/08 - Présidence de la République

En savoir plus

Le projet d’Union méditerranéenne – Analyses et opinion – Touteleurope.fr