Derniers articles publiés

Une vision chrétienne de l'Europe

Actualité 18.10.2007

Refaire l'EuropeHenri Madelin est jésuite et maître de conférence à l’IEP de Paris. Son ouvrage, préfacé par Jacques Delors, part du principe que "refaire l’Europe aujourd’hui, c’est se remémorer le vieux pour en garder le meilleur et inventer du nouveau". Pour cet Européen convaincu, l’Union constitue "une victoire d’une partie de l’humanité sur elle-même qui ne peut que trouver un immense écho dans le monde actuel, désormais en voie de globalisation croissante". L'apport de cet ouvrage repose essentiellement sur des références peu courantes, aux discours pontificaux notamment.

L’auteur revient dans une première partie sur les origines "gréco-latino-judéo-chrétiennes" de l’Europe, pour en retenir un certain nombres de valeurs qui ont traversé les siècles et permettent d’expliquer la construction européenne… et qu’il convient aujourd’hui de réaffirmer. Henri Madelin craint en effet que "la chute des idéologies" consécutive aux deux guerres mondiales ne rende les Européens aveugles aux défis futurs.

Dans une deuxième partie, l’auteur revient sur les enjeux actuels et notamment sur les enjeux institutionnels posés par les "non" français et néerlandais. Il rappelle la distinction établie par Zaki Laïdi entre "Europe-puissance" et "Europe-puissante" : l’Europe doit être puissante sans être une puissance (comme ont pu l’être les Etats européens par le passé). Faisant référence à Marcel Gauchet, il revient sur le processus de sécularisation qui spécifie la manière dont les valeurs héritées de l’Histoire, notamment la solidarité, doivent guider nos actions.

Sa thèse lui permet, dans une troisième partie, de traiter de la question des frontières de l’UE, qui ne devraient pas être définies selon des critères culturels et religieux. Henri Madelin ne nie pas pour autant les défis posés par la démographie de pays comme la Turquie. Les critères de Copenhague ne lui semblant pas suffisants, la "capacité d’intégration" (et non "d’absorption") doit être prise en considération selon une triple logique : "capacité institutionnelle", "capacité d’élaboration et de mise en œuvre de politiques communes" et "faisabilité budgétaire". En conclusion, il estime que la question énergétique est l’occasion pour l’Europe de se "refaire", de s'affirmer comme un véritable espace de coopération, solidaire vis-à-vis des pays les plus pauvres du globe.

Henri Madelin appelle donc à un "sursaut éthique", afin que l'UE puisse représenter "la portion des êtres humains qui s'articule au reste du monde global, tout en l'enrichissant  de ses propres apports".


Henri Madelin, Refaire l'Europe : le neuf et le vieux, Editions du Rocher, 2007