Derniers articles publiés

Une réglementation financière entravée par le poids des lobbies bancaires ?

Actualité 22.06.2010

Constituer un "Greenpeace de la Finance" ? C’est la solution qu’envisagent les eurodéputés de la commission Affaires économiques et Crise du Parlement européen pour se soustraire au poids des lobbies de l'industrie bancaire et financière. Les difficultés rencontrées par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour imposer des normes en matière de règlementation des marchés pourraient être la manifestation concrète d'une faille présente dans le système.    

Les réticences envers la réglementation prônée par Merkel et Sarkozy …

Ces derniers temps le problème de la régulation financière fait la Une de la presse européenne. Le déjeuner entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, qui s'est tenu à Berlin le 14 juin dernier, a remis le problème sur la table. La nécessité exprimée par les deux partenaires d’encadrer fermement les marchés financiers et d'améliorer la gouvernance économique de l'Union européenne démontre l'ampleur du problème.

Paris et Berlin devraient faire preuve de leur inquiétude lors du G20 de Toronto, qui se tiendra les 26 et 27 juin prochains. Mme Merkel et M. Sarkozy demanderont en particulier la création d'une taxe sur les banques et sur les transactions financières.

Lundi dernier, par le biais d'une lettre envoyée au Premier ministre canadien Stephen Harper et aux chefs d'Etat et de gouvernement du G20, la Chancelière et le Président ont voulu mettre en avant la nécessité de parvenir à un accord qui aille dans le sens de la réglementation des marchés à l'échelle internationale. Actuellement les propositions franco-allemandes ne semblent pas faire consensus.

Quelles sont les raisons d'une telle réticence ? Cela aurait-il un lien avec l'appel lancé par les  eurodéputés des commissions Affaires économiques et Crise du Parlement européen à la société civile ?

… cacheraient-elles les pressions de la part de l'industrie financière?


Leonardo Domenici, eurodéputé italien du Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen a déclaré à Touteleurope.fr :

"J'ai signé l'appel parce qu'il est très important de faire connaître à la société civile, aux médias et aux citoyens, les activités menées dans les marchés financiers par les principaux opérateurs. Ce qui est proposé nous permettra de respecter l'indépendance du mandat parlementaire et de fournir aux citoyens la transparence maximale. Cette initiative permettra également de garantir un débat à deux voix, afin de résoudre l'asymétrie qui caractérise actuellement les discussions portant sur les normes à appliquer aux domaines financier et bancaire".

Lundi 21 juin, ces eurodéputés, toutes appartenances politiques confondues, ont voulu revendiquer de vive voix l'exercice serein de leurs fonctions. Ils considèrent en effet qu’œuvrer à la réglementation des marchés financiers est devenu une tâche très ardue.

La raison ?  "La pression exercée par l'industrie financière et bancaire pour influencer les lois qui la régissent" semble être devenue insoutenable.

Les marchés financiers seraient donc tenus en échec par le lobbying des banques ?

C’est en tout cas ce que laissent à penser les déclarations des eurodéputés.

Pourtant, ce n'est pas l'action des groupes d'intérêt qui est sur le banc des accusés.

Au contraire elle est considérée comme une présence tout à fait légitime, parfaitement inscrite dans un  processus décisionnel démocratique. Ce qui dérange plus, c’est l'absence d'une contrepartie qui rééquilibre la force des pouvoirs institutionnels.

Pascal Canfin, eurodéputé d'Europe-écologie, initiateur de l'appel, a parlé de la constitution d'un "Greenpeace de la Finance". Il dévoile ainsi la nature de l'organisation à laquelle il songe : il s'agirait d'une sorte d'ONG, indépendante des instituts financiers, dotée d'une capacité d'expertise, actuellement l'apanage des banques, et qui soit en mesure de communiquer sur des sujets très techniques. 

Cela serait un premier pas pour garantir l'indépendance des institutions dans le processus de réglementation des marchés financiers. Pour que le projet devienne réel, les parlementaires européens ont invité les Parlements nationaux à rejoindre cet appel.


En savoir plus:
Le texte de l'appel