Derniers articles publiés

Une initiative pour développer le microcrédit dans l'Union européenne

Actualité 28.11.2007

Lundi 19 novembre 2007, Danuta Hübner, commissaire européenne chargée de la Politique régionale, a dévoilé une initiative visant à améliorer l’accès au financement de ceux qui souhaitent exercer une activité indépendante. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie de Lisbonne de la croissance et de l'emploi et a pour objectif de promouvoir l'accès au microcrédit.

Contexte

La Commission européenne a dévoilé, le 19 novembre 2007, une initiative visant à promouvoir le développement du microcrédit dans l'Union européenne, dans le but d'améliorer l'accès au financement des petites entreprises, des exclus sociaux ou encore des personnes issues des minorités ethniques qui souhaiteraient exercer une activité indépendante.

Le microcrédit, déjà répandu dans les pays en voie de développement, consiste généralement en l'attribution de prêts de faible montant à des entrepreneurs ou des artisans qui ne peuvent accéder aux prêts bancaires classiques. Selon la commissaire Danuta Hübner, chargée de la Politique régionale, "le microcrédit est un moyen très efficace pour créer de nouvelles entreprises ou aider les chômeurs à se réinsérer dans la vie économique en exerçant un emploi indépendant ou en créant une micro-entreprise".

D'après la Commission, il y aurait dans l'Union européenne une demande potentielle de 700 000 prêts, notamment pour des créateurs de petites entreprises dans le secteur de services pour des prêts avoisinant 7 700 euros.

L'initiative s'adresserait ainsi aux micro entreprises qui occupent moins de dix personnes, c'est à dire 91% de l'ensemble des entreprises européennes, ainsi qu'aux chômeurs ou aux personnes inactives qui désirent se lancer dans un emploi indépendant mais ne peuvent avoir accès aux services bancaires traditionnels. D'après Danuta Hübner, "avec le microcrédit, 6,1 milliards d’euros supplémentaires pourraient être investis en Europe".

Les principaux aspects du Microcrédit

La commissaire a annoncé que "cette initiative a pour but de créer un cadre de coordination de nos efforts au niveau de l’UE en améliorant l’environnement juridique et institutionnel dans lequel opèrent les fournisseurs de microcrédits et en augmentant la disponibilité des capitaux". Concrètement, l'initiative s'articule autour de trois axes principaux.

Tout d'abord, la commissaire en charge de la Politique régionale a appelé les Etats membres à adapter les cadres institutionnels, juridiques et commerciaux nationaux nécessaires à l’établissement d’un environnement plus favorable au développement du microcrédit. La Commission souhaite en effet aider les États membres à établir un inventaire des bonnes pratiques réglementaires et propose d’autres types de soutien pour consolider et développer les travaux déjà entrepris dans ce domaine.

Danuta Hübner a ensuite recommandé la création d’une nouvelle entité au niveau européen, dotée d’un personnel spécialisé, qui serait chargée de dispenser une assistance technique et un soutien au développement des institutions de microfinancement du secteur non-bancaire dans les États membres.

La nouvelle entité serait chargée de réaliser une analyse du marché, d’établir des lignes directrices, de promouvoir des cours de formation, en particulier pour développer la capacité tutoriale, qui est essentielle au bon fonctionnement des opérations de microcrédit. Son financement se ferait sur le budget d’assistance technique existant des fonds structurels et elle serait gérée par le Fonds européen d’investissement (FEI) qui est déjà partenaire de la Commission dans le domaine du microcrédit au travers de l’initiative Joint European Resources for Micro and Medium Enterprises (JEREMIE) lancée en 2005.

Ensuite, afin d’accroître le volume des capitaux accessibles aux fournisseurs de microcrédits, cette initiative comporte l’établissement d’un microfonds au sein de la nouvelle entité établie au niveau européen. Ce fonds contribuerait au financement des activités de prêts des institutions de microfinancement qui pourraient également recevoir des contributions d’un certain nombre d’investisseurs et de donneurs. La BEI et le FEI ont manifesté leur intérêt pour la gestion de cette entité.

En savoir plus

La Commission fait de nouvelles propositions pour pousser au développement du microcrédit en Europe - Communiqué de presse du 19/11/2007 - Commission européenne