Derniers articles publiés

Une Convention des maires pour sauver la planète

Actualité 20.05.2010

"C'est la première fois en France que l'on signe un accord de ce type". C'est par ces mots que Bruno Bourg-Broc, président de la Fédération des Maires des villes Moyennes (FMVM), a salué, mercredi dernier à Paris, l'accord de partenariat entre la Commission européenne et l'organisation qu'il préside. Un acte qui s'inscrit dans le cadre de la Convention des maires, une initiative de l'exécutif européen visant à sensibiliser les collectivités territoriales pour réduire leurs émissions de CO2.

 

Des villes polluantes, une nécessité d'agir

Un mantra a rythmé mardi dernier les cinquante minutes de conférence de presse, conclue à la Représentation française de la Commission par la signature de l'accord : les villes sont responsables directement et indirectement de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre découlant de la consommation d'énergie liée à l'activité humaine.

 

Un objectif commun lie ainsi les acteurs parties à l'accord : dépasser les objectifs fixés par l'Union européenne de réduire du moins 20% les émissions de CO2 d'ici 2020. Il s'agit d'un encouragement au développement des énergies renouvelables, même au niveau local.

 

L'initiative est d'envergure. Cependant, si dans des pays comme l'Italie et l'Espagne elle a eu un franc succès, les collectivités françaises n'ont pas accueilli le projet avec le même enthousiasme : 105 villes signataires en France, contre 657 en Espagne et 502 en Italie ... cela démontre la frilosité de l'Hexagone face à ce projet. Pour cette raison, le Président de la FMVM est convaincu de l'importance du rôle des associations nationales d'élus locaux, seules capables de relever ce défi à la fois européen et national.

 

"Pensée globale, enjeu local" : c'est le slogan utilisé par la FMVM qui résume le sens de cette démarche en matière énergétique. Après l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto, signé par 180 pays, après les résultats multi-enjeux du sommet de Copenhague, il faut maintenant un engagement global, touchant également aux réalités décentralisées.

 

Les aspects pratiques d'une démarche idéale

Marie Bullet, représentante du Bureau européen de la Convention des maires a ainsi approfondi l'intérêt et les aspects techniques de la Convention.

 

Pourquoi une ville déciderait-elle de s’engager dans ce projet ? La raison principale, explique-t-elle, consiste à renouer le dialogue entre les collectivités locales et l'administration bruxelloise, sans passer par le niveau national.

 

Il s'agit donc d'une collaboration bi-univoque entre la ville et les institutions européennes, la première étant consciente d'avoir besoin des secondes pour tout ce qui concerne assistance technique et financière; les secondes étant conscientes que sans l’aide des villes, il ne leur sera pas possible d'atteindre les objectifs des 'trois 20' d'ici 2020.

 

Mais comment la Commission soutiendra concrètement les Communes ? Marie Bullet explique que l'exécutif européen "n'a pas la prétention de porter un financement exhaustif aux villes, mais plutôt un supplément européen"  qui rendra plus aisée la recherche de financements à l'échelle nationale.

 

Plusieurs outils financiers européens sont consacrés à cet effet. Il s'agit :

  • du Programme énergie intelligente pour l'Europe,
  • des Fonds structurels européens,
  • du FEDER qui mise notamment sur l'amélioration de l'efficacité énergétique dans les bâtiments
  • de l'ELENA qui est un outil d’assistance technique pour les projets énergétiques locaux, mis en place par la Commission.

 

Une reconnaissance institutionnelle pour contrer le réchauffement climatique

Lancée en 2008, la Convention des maires compte aujourd'hui 2700 signataires. Un succès important qui a été célébré le 4 mai 2010 dans l'hémicycle du Parlement européen, en présence du Président de la Commission José Manuel Barroso, du commissaire à l’Energie Günther Oettinger, du Président du Parlement européen Jerzy Buzek, et du représentant de la Présidence tournante de l'UE, José Luis Rodríguez Zapatero.

 

Ainsi les 2000 représentants de collectivités territoriales et les 500 élus locaux des petites et moyennes villes ont pu constater et sentir l'engagement des institutions.

 

Signe évident que les initiatives locales commencent  à avoir une importance de plus en plus frappante à l'échelle européenne.

 


En savoir plus

Site de la Convention des maires – Commission européenne